AUJOURD'HUI
8
SEMAINE DERNIERE
2269
PAGES VUES
177609
TOTAL VISITES
139059

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 06 ET JEUDI 07 AOUT 2014.

Les points suivants étaient inscrits à l’ordre du jour :

1. Projet de décret portant conditions requises pour exercer la profession d’enseignant dans les établissements d’enseignement supérieur, présenté par le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Aujourd’hui, le monde est en pleine mutation et les différentes nations font face à des changements rapides et profonds. Pour faire face à cette transformation, les pays, surtout ceux en développement, investissent dans la formation, la recherche et l’innovation.
Dans ce contexte, les Burundais attendent beaucoup de leurs institutions d’enseignement supérieur et des centres de recherche pour promouvoir surtout le capital de connaissances.
C’est pourquoi le Burundi a mis en place une politique de réorganisation de son système d’enseignement supérieur concrétisée par la mise en place d’une loi réorganisant l’enseignement supérieur en 2011 ainsi différents textes portant sur son application.
Cet arsenal juridique a besoin d’être complété par un texte réglementant la profession d’enseignant au niveau supérieur surtout dans un environnement marqué par une pluralité d’établissements d’enseignement supérieur tant public que privé. C’est l’objet de ce projet de décret.

Après beaucoup d’échanges sur ce projet, le Conseil l’a adopté moyennant amendements.

2. Projet de décret portant organisation des études de premier et deuxième cycle universitaire, présenté par le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Le Plan Sectoriel de Développement de l’Education et de la Formation en ce qui concerne l’enseignement supérieur prévoit d’encourager le développement de la recherche dont la base nécessite une meilleure organisation des études de premier et de deuxième cycle universitaire. Cette stratégie est également inscrite en bonne place dans la politique sectorielle du ministère.

Dans ce cadre, le ministère a engagé depuis quelques années des réformes dans ce secteur notamment par l’élaboration des programmes de formation en vue de la mise en place d’une structure d’enseignement en trois cycles c’est –à dire Baccalauréat-Mastère-Doctorat.
Le premier cycle a déjà démarré depuis deux ans tandis que les programmes du cycle de Mastère sont déjà disponibles dans la plupart des établissements d’enseignement supérieur.

Le présent projet vient donc mettre en place un outil de référence pour l’organisation et l’évaluation des formations de premier et de deuxième cycle.

Ce projet a été adopté après avoir subi quelques corrections.

3. Projet de décret portant production et gestion des manuels scolaires et des autres matériels didactiques, présenté par la Ministre de l’Enseignement de Base et Secondaire, de l’Enseignement des Métiers, de la Formation Professionnelle et de l’Alphabétisation.

Dans le développement de tout pays , le livre joue un rôle très important car il aide à promouvoir les valeurs, les principes moraux, l’humanisme, etc…
Les matériels scolaires et didactiques sont conçus sur base de ces mêmes fonctions et constituent donc une source quotidienne du savoir et un outil indispensable dans toute action d’enseignement/apprentissage. Sa disponibilité contribue de façon sensible à l’amélioration des résultats scolaires.

Le présent projet vient donc définir le rôle et les responsabilités de chacun des intervenants en la matière c’est-à-dire le Gouvernement et les partenaires de l’éducation dans la production et la gestion des manuels scolaires et autres matériels didactiques dans l’objectif d’améliorer la qualité de l’enseignement en mettant à la disposition des enseignants et apprenants des supports pédagogiques en qualité et quantité suffisantes.

Ce projet a été adopté moyennant toilettage qui sera fait par une équipe désignée à cet effet.

4. Projet de décret portant organisation et fonctionnement de l’enseignement et la formation technique et professionnelle, présenté par la Ministre de l’Enseignement de Base et Secondaire, de l’Enseignement des Métiers, de la Formation Professionnelle et de l’Alphabétisation.

L’enseignement et la formation technique dont il s’agit est orienté vers toutes les activités éducatives en faveur des jeunes et des adultes non scolarisés, déscolarisés et scolarisés issus de l’école fondamentale, ainsi que des travailleurs et d’autres qui veulent rehausser leur niveau de formation ou se reconvertir professionnellement. Il concerne le secteur formel et informel.
Il porte sur la formation artisanale, l’enseignement des métiers, l’enseignement technique, la formation et le perfectionnement professionnels.

Ce projet s’inspire du contexte international et régional et de l’ambition de la Vision Burundi 2025 qui est de doter le pays d’une économie compétitive et diversifiée. Cette ambition ne peut être réalisée sans une main d’œuvre bien formée et compétentes.
Par ailleurs, l’emploi au Burundi dépendant beaucoup du secteur informel, la formation à l’emploi doit tenir compte de cette réalité et donner la priorité à des formations courtes, pratiques et accessibles.

Après avoir suffisamment échangé sur ce projet d’un intérêt évident surtout pour la jeunesse burundaise, le Conseil l’a adopté moyennant quelques légers amendements.

5. Note d’information sur les préparatifs de la rentrée scolaire 2014-2015, présentée par la Ministre de l’Enseignement de Base et Secondaire, de l’Enseignement des Métiers, de la Formation Professionnelle et de l’Alphabétisation.

Cette note fait état des contraintes liées à la préparation de la rentrée scolaire 2014-2015 au niveau de l’enseignement secondaire. On retiendra essentiellement les problèmes liés à la gestion des internats, beaucoup d’impayés accusés par les écoles à régime d’internat, les enseignants en nombre insuffisant, etc …

Le Conseil a pris bonne note de ces difficultés et a recommandé qu’en ce qui concerne l’internat, il faut être strict quant au nombre à ne pas dépasser afin que les conditions de vie des élèves internes soient améliorées.
Il faudra aussi maintenir le contact avec le Ministère des Finances pour régler la question des impayés et pour que le recrutement des enseignants se fasse à temps.

6. Projet de décret portant modification du décret n°100/189 du 5 octobre 1989 portant organisation de l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi (ISABU), présenté par la Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage.

Ce projet qui avait été analysé en date du 16 avril 2014 mais sous forme de projet d’ordonnance et retourné le projet pour être retravaillé a pour objectif d’adapter l’organisation de l’ISABU, régi jusqu’aujourd’hui par un décret de 1989, aux défis auxquels sa mission fait fasse actuellement. Au regard des contraintes auxquelles il est confronté actuellement, un plan directeur de la recherche agronomique a été adopté et il est nécessaire de s’y ajuster en adaptant son organisation.

Après avoir analysé le nouveau projet présenté, le Conseil l’a trouvé conforme aux orientations qu’il avait formulées et l’a adopté moyennant quelques corrections à opérer.

7. Projet d’ordonnance ministérielle portant création, organisation et fonctionnement du Comité Technique d’Homologation des Variétés, présenté par la Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage.

Le Comité Technique d’Homologation des Variétés est un organe qui a pour mission d’apporter à la Commission Nationale Semencière un appui scientifique et technique dans sa tâche de superviser et coordonner les activités de la filière semencière au Burundi.
Il jouera le rôle de conseiller de la Commission pour lui permettre de porter un jugement éclairé sur le processus d’homologation et d’inscription des variétés au catalogue national.

Le Conseil avait analysé ce projet en date du 07-08 mai 2014 et l’avait retourné afin qu’il soit retravaillé en tenant compte des avis et considérations formulés lors de cette séance.
Au cours de cette deuxième lecture, le Conseil a noté que le projet avait répondu à ses préoccupations et l’a adopté moyennant quelques légers amendements.

Dans les Divers, la Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le SIDA a parlé de l’épidémie de choléra qui se fait remarquer surtout à Rumonge et sur ce qui est en train d’être mis en œuvre pour la combattre, ainsi que de la fièvre Ebola qui s’est déclarée dans certains pays de l’Afrique de l’Ouest et les mécanismes de prévention envisagés en collaboration avec les partenaires de la Santé pour éviter qu’elle n’entre au Burundi.
Bujumbura, le 08 août 2014.-
Le Secrétariat Général du Gouvernement

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves