AUJOURD'HUI
131
SEMAINE DERNIERE
2461
PAGES VUES
175060
TOTAL VISITES
138227

Burundi – Anniversaire : Commémoration du 22ème anniversaire de l’assassinat du président Ntaryamira

BUJUMBURA, 6 avril 2016 : Le Burundi a commémoré ce mercredi le 22ième anniversaire de la mort du président Cyprien Ntaryamira , tué le 6 avril 1994 à Kigali avec son homologue rwandais Juvénal Habyarimana dans un crash d’un avion qui les ramenait de Dar es Salaam en Tanzanie. Le Burundi y a perdu également deux ministres du gouvernement de feu Ntaraymira, MM. Bernard Ciza, qui était ministre
des Travaux publics et Cyriaque Simbizi, qui était ministre de l’Information et porte-parole du gouvernement.

Les cérémonies se sont déroulées dans toutes les communes du pays. Dans la capitale Bujumbura, elles ont été rehaussées par la présence des hautes autorités du pays, avec en tète le chef de l’Etat, M. Pierre Nkurunziza et ces deux vice-présidents, les présidents de l’assemblée nationale et du sénat, le président de la cour suprême, les parlementaires, les membres du gouvernements, le corps judiciaire et les hauts gradés dans la force de défense et de sécurité, les représentants des partis politiques agréés, les corps diplomatiques accrédités à Bujumbura ainsi que la famille du président Ntaryamira.

Elles ont débuté par une messe d’action de grâce qui a été officiée à la cathédrale Régina Mundi, suivie du dépôt des gerbes de fleurs sur les tombes des disparus qui reposent à la place des héros de la démocratie. C’est à cet endroit que les participants aux cérémonies ont écouté le discours prononcé par le président Ntaryamira lors de son investiture comme chef de l’Etat le 2 févier 1994.

Un discours plein de sages conseils aux Burundais, et qui reste d’actualités malgré qu’il ait été prononcé il y a 22 ans. Ce discours appelle les Burundais à vivre en harmonie, à bannir à jamais les divisions ethniques car, selon lui, tous les Burundais sont des enfants du pays et partant, ils doivent avoir les mêmes chances.

En marge des cérémonies, le porte-parole du gouvernement, M. Philippe Nzobonariba a indiqué que le Burundi ne peut accuser qui que ce soit sur cette mort de l’ancien président Ntaryamira. « Si nous avions la technicité, les moyens d’investigations nécessaires, si la communauté internationale n’avait pas banalisé cette mort, s’elle avait mis tout le paquet, tel qu’elle se mobilise actuellement sur les questions qui
concernent le Burundi, on aurait pu connaître la vérité », a-t-il indiqué, signalant que ce manque d’intérêt a été également observé dans les investigations sur la mort du héro de la démocratie Melchior Ndadaye, du héros de l’indépendance le prince Louis Rwagasore et du président rwandais Juvénal Habyarimana.

« Or comme c’est un assassinat qui lie beaucoup de parties et beaucoup d’intérêts, le gouvernement suit avec attention l’évolution du processus de recherche de la vérité sur ce cas, même s’il est lent, tôt ou tard, elle finira par voir le jour. », a-t-il ajouté.
Le porte-parole du gouvernement a cependant laissé entendre que cette mort de l’ancien président Ntaryamira sera mise aux mains de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) qui est déjà prête à commencer le travail.

« Nous avons une Commission Vérité et Réconciliation qui a été déjà mise en place et qui est à l’étape opérationnelle, nous pensons qu’au bout de ce processus certaines vérités vont voir le jour. Parce que si la mort d’un chef de l’Etat profite à l’une ou l’autre opinion ou groupe d’intérêts, c’est toujours aisé de pouvoir suivre l’affaire lorsque vous avez déjà identifié certaines vérités, certains dessous d’une affaire qu’on veut camoufler. », a dit le porte-parole Nzobonariba. « La CVR n’a pas les compétences pour enquêter au Rwanda, a-t-il reconnu mais, sa mission est de tout faire pour éclairer en récoltant des témoignages qui peuvent révéler certaines réalités jusque là inconnues ». Selon le porte-parole du gouvernement, le président Ntaryamira a été assassiné deux mois après sa prise de fonctions, trois mois seulement après la mort du héros de la démocratie, le président Melchior Ndadaye.

Ces deux morts qui n’ont pas mobilisé la communauté internationale au point où l’intérêt de cette communauté internationale ne semble pas avoir été attiré, des circonstances qui pourtant ont été à l’origine d’un drame humanitaire, ce sont ces dessous que la CVR a les prérogatives d’éclairer », a indiqué M. Nzobonariba. Il a cependant reconnu que le travail de la CVR, ne vient pas empêcher la justice de travailler, mais vient plutôt l’éclairer. Le porte-parole du gouvernement a également indiqué que les ayants droit de feu président Cyprien Ntaryamira bénéficient des indemnités des anciens chefs d’Etat comme le stipule la loi burundaise, ajoutant que la compagnie assureuse de l’avion à bord duquel voyageaient les deux présidents ne peut pas indemniser les familles tant que la vérité sur cet attentat n’est pas encore élucidée.

Pour M. Pierre Claver Nahimana, membre du parti de feu président Ntaryamira, le Front pour la Démocratie au Burundi, FRODEBU, le pays n’a jamais été stable pour pouvoir enquêter ou demander des enquêtes sur la mort de feu président Ntaryamira et pour d’autres personnalités du pays assassinés comme le héros de l’Indépendance du Burundi, le Prince Louis Rwagasore, le héros de la démocratie, et les autres dignes fils de ce pays. « Ce n’est pas aujourd’hui où les relations entre le Burundi et le Rwanda sont tumultueuses que l’on peut demander quoi que ce soit », a-t-il dit.

A Ruyigi (est du Burundi), les cérémonies marquant le 22ème anniversaire de l’assassinat du président Ntaryamira ont connu la participation du gouverneur de province, M. Abdallah Hassan. Il a indiqué dans son allocution que feu président Ntanyamira, s’était fixé comme objectif de ramener la discipline dans tous les domaines car le pays traversait une période d’impasse. Il avait aussi la vision de respect mutuel à tous les niveaux.

M. Abdallah Hassan a appelé la population présente aux cérémonies à poursuivre cette idéale de feu président Ntaryamira, qui ramènerait la paix. Il a lancé un appel au retour de ceux qui sont en exil et à ceux qui sont restés de veiller aux biens de ceux qui ne sont pas encore de retour.

Il a demandé aux jeunes d’abandonner les boissons prohibées, car, a-t-il expliqué, ils se détruisent et le pays perd une grande partie de ses forces vives. Il a terminé ses propos en appelant à la sauvegarde de la paix et de la sécurité par la responsabilité de tout un chacun.

Ces cérémonies avaient débuté par une messe en mémoire de feu président Cyprien Ntaryamira dite en la Cathédrale des martyrs et suivie par le dépôt de gerbes de fleurs à la place de l’indépendance au chef-lieu de la province.

A Kayanza (nord du Burundi), les cérémonies commémoratives du 22ème anniversaire de la mort du président Cyprien Ntaryamira, survenue dans un crash d’avion à Kigali au Rwanda le 6 avril 2016, ont été débutées par le dépôt des gerbes de fleurs par le gouverneur de la province Kayanza, l’administration communale, les représentants des corps de défense et de sécurité, les représentants du parti CNDD-FDD et du parti Sahwanya Frodebu, a-t- on constaté sur place.

Après le dépôt des gerbes de fleurs au monument de l’indépendance, le gouverneur de la province Kayanza, M. Anicet Ndayizeye a rappelé ce qui a caractérisé feu président Ntaryamira. Il a signifié qu’il prônait la discipline au travail, en tout et partout.
Pour lui, cette journée est une occasion pour s’auto-évaluer en matière de discipline en tenant compte de la situation qui prévaut au Burundi. Il a déploré le comportement de certains Burundais qui ont mis les jeunes dans les rues des quartiers de la ville de Bujumbura, faisant allusion aux dernières manifestations.

Il a invité la population à profiter de la paix qui règne dans la province afin de s’atteler aux activités de développement et de combattre les remueurs ainsi qu’à rester serein et à sauvegarder la sécurité.

A Bururi (sud-ouest), les festivités marquant le 22ème anniversaire de la mort de feu Cyprien Ntaryamira ont débuté par une messe célébrée à la cathédrale Reine Marie de Bururi par l’évêque du diocèse de Bururi, Mgr Venant Bacinoni. Il a demandé dans son homélie, à toute la population de respecter l’être humain, travailler dans la justice, car, a-t-il ajouté, les mauvaises personnes travaillent dans les ténèbres.

Aux politiciens, l’évêque de Bururi leur a demandé d’être de bons dirigeants, de bien orienter la population, de faire respecter les biens de la population et surtout de respecter la vie des gens.

Quant à la divergence des idées et opinions, l’évêque a demandé aux protagonistes de s’assoir ensemble pour trouver des solutions consensuelles et durables au lieu de s’entretuer. Aux autorités nationales, l’évêque a demandé de respecter la loi et par conséquent les droits de l’Homme.

Après la messe, la population conduite par le gouverneur de la province, M. Christian Nkurunziza s’est dirigée vers le monument de l’indépendance où une gerbe de fleur a été déposée par l’administration provinciale et communale de Bururi. La population a ensuite suivi le discours de feu président Cyprien Ntaryamira centré sur la discipline dans tous les domaines de la vie du pays.

Abp-info

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves