AUJOURD'HUI
125
SEMAINE DERNIERE
2051
PAGES VUES
128646
TOTAL VISITES
106742

Burundi – Poésie : L’UNESCO reconnaît à la poésie sa valeur de symbole de la créativité de l’esprit humain

Bujumbura, 21 mars 2016 : B. Muhimpundu, 15 ans, fréquente la neuvième année fondamentale. Elle indique n’avoir jamais eu à mémoriser ou à composer un poème. « Et pourtant, la mémorisation et la composition de petits textes, qui peuvent être des poèmes ou des sketches, constitue l’une des meilleures stratégies d’apprentissage d’une langue, mais aussi un moyen d’expression de ce qu’on sent dans son coeur. La poésie m’a beaucoup aidé dans l’apprentissage du Français », a souligné sa maman, 45 ans, ancien professeur de Français à l’école secondaire.

Dans son message à l’occasion de la Journée internationale de la poésie édition 2016, la directrice générale de l’UNESCO rappelle que Shakespeare écrivait dans le « Songe d’une Nuit d’été » que : « l’imagination du poète donne un corps aux choses inconnues, la plume du poète leur prête une forme et assigne à leurs bulles d’air un lieu dans l’espace et un nom ».

En rendant hommage à celles et à ceux qui n’ont pour instrument que leur parole libre, qui imagine et qui agit, poursuit le message, l’UNESCO reconnaît à la poésie sa valeur de symbole de la créativité de l’esprit humain. En donnant forme et mots à ce qui n’en a pas encore – la beauté insondable qui nous entoure, les souffrances immenses et la misère du monde – la poésie contribue à l’élargissement de notre humanité commune, elle aide à la rendre plus forte, plus solidaire et plus consciente d’elle-même.

Selon Mme Bokova, les voix qui portent la poésie contribuent à valoriser la diversité linguistique et la liberté d’expression. Elles participent à l’effort mondial pour l’éducation artistique et la diffusion de la culture. Le premier mot d’un poème suffit parfois à reprendre confiance dans l’adversité, à retrouver le chemin de l’espoir contre la barbarie.

A l’ère de la robotisation, du tout-immédiat, souligne-t-elle, la poésie ouvre aussi un espace de liberté et d’aventure inhérent à la dignité humaine. Qu’il s’agisse de l’Arirang coréen, la Pirekua mexicaine, le Hudhud des Ifugao, l’Alardah saoudienne ou encore le Görogly turkmène et l’Aitysh kirghize, chaque culture a son art poétique, et s’en sert pour transmettre des connaissances, des valeurs socioculturelles et une mémoire collective qui fortifient le respect mutuel, la cohésion sociale et la recherche de la paix.

« Je salue en ce jour les praticiens, les comédiens, les conteurs ou les inconnus qui s’engagent pour et par la poésie, par des lectures faites dans l’ombre et sous les projecteurs, dans les jardins et dans les rues. J’appelle tous les Etats membres à soutenir cet effort poétique, qui a le pouvoir de nous rassembler, sans distinction d’origines et de croyances, par ce que l’humanité a de plus profond », conclut-elle.

Abp-info

Retour
Discours: President et autres

Statement by H.E. M. Ambassador Alain Aimé NYAMITWE, Minister of External Relations and International Cooperation of the Republic of Burundi

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves