AUJOURD'HUI
42
SEMAINE DERNIERE
2591
PAGES VUES
170337
TOTAL VISITES
136143

Bientôt la troisième Enquête nationale démographique et de santé, édition 2015

Bujumbura, 18 janvier 2016 : L’Institut des statistiques et d’études économiques du Burundi (ISTEEBU) envisage d’organiser la troisième Enquête nationale démographique et de santé (EDS), édition 2015, la dernière EDS étant celle de 2010, a annoncé lundi à l’ABP, le directeur général (DG) de l’ISTEEBU, M. Nicolas Ndayishimiye. La nouvelle enquête vient à point nommé car, selon lui, elle permettra la mise à jour des données pour se rendre compte si la situation sanitaire évolue positivement ou négativement.

D’après la situation nutritionnelle des enfants et des femmes relevée par l’enquête de 2010, près d’un enfant de 6 à 59 mois sur deux (45%) était atteint d’anémie, la plupart sous une forme légère ou modérée. C’est dans la région ouest que la proportion d’enfants anémiés était la plus élevée (51%). En mairie de Bujumbura elle était la plus faible (39%). Parmi les femmes de 15 à 49 ans, 19% étaient atteintes d’anémie. Parmi les femmes enceintes, cette proportion était de 26%.

Par ailleurs, 58% des enfants de moins de cinq ans ont une trop petite taille, par rapport à leur âge et donc accusent un retard de croissance ou souffrent d’une malnutrition chronique. Dans 27% des cas, il s’agissait d’un retard de croissance sous la forme sévère. La malnutrition chronique était plus élevée en milieu rural qu’en milieu urbain (60% contre 38%) et elle élevée dans les régions du nord et du centre-est (62% chacune). La prévalence du retard de croissance est influencée par le niveau d’instruction de la mère (61% des enfants dont la mère est sans aucune instruction contre 31% des enfants dont la mère a atteint un niveau du secondaire et plus).

Parmi les enfants de moins de 5 ans, 6% souffraient de malnutrition aiguë. Ils étaient trop maigres pour leur taille. Par ailleurs, 29% des enfants de moins de cinq ans présentaient une insuffisance pondérale. L’EDS 2010 a relevé que 16% des femmes avaient un Indice de masse corporelle (IMC) inférieur à 18,5 et présentaient une déficience énergétique chronique. L’IMC est défini par le poids en kilos divisé par la taille en mètres carrés. C’est parmi les femmes qui résidaient dans la région du centre-est que cette proportion est la plus élevée (18%). La surcharge pondérale (IMC supérieur ou égal à 25%) touche 8% de femmes en âge de procréer.

Abp-info

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves