AUJOURD'HUI
89
SEMAINE DERNIERE
2761
PAGES VUES
172729
TOTAL VISITES
137114

L’anémie est un problème de santé publique au niveau du pays

Bujumbura, 13 janvier 2016 : L’anémie est un problème de Santé publique au niveau du Burundi parce que celui-ci se trouve dans une région des Grands lacs très endémique pour le paludisme, apprend-on du médecin spécialiste en Santé publique et directeur du Programme national de Santé pour la reproduction (PNSR) au ministère burundais de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida, Dr Juma Ndereye.

Le médecin Ndereye, qui procédait à l’état des lieux sur l’anémie au Burundi lors d’un entretien avec l’Agence burundaise de presse (ABP), a précisé qu’au Burundi, le paludisme se complique très souvent avec l’anémie, particulièrement chez les burundaises enceintes.

Souvent, a-t-il expliqué, la femme burundaise enceinte souffre de l’anémie, soit suite à un paludisme (1ère cause de mortalité au Burundi), soit à cause de la parasitose intestinale, ou alors à cause d’une alimentation déséquilibrée où le manque de fer est omniprésent.

Pour lui, si on regarde de près l’évolution de la mortalité maternelle au Burundi, on découvre que l’anémie est la première cause de mortalité pour des causes obstétricales directes. Cela veut dire qu’en premier lieu, a-t-il fait remarquer, les burundaises enceintes meurent à cause de l’anémie suite à des hémorragies survenues après l’accouchement.

Suite à leur état physiologique où elles sont amenées à perdre du sang à cause des règles, les femmes burundaises devraient bénéficier d’une supplémentation en fer pour compenser les carences en la matière au niveau des repas consommés quotidiennement dans leurs familles respectives.

Particulièrement dans les milieux ruraux, a souligné Dr Ndereye, la prévention de l’anémie chez les femmes devrait se focaliser sur la lutte contre les parasitoses intestinales, notamment les ankylostomiases. Ceux-ci sont des vers qui s’incrustent dans la paroi intestinale et provoquent des saignements qui peuvent devenir abondants au fur du temps, avec le risque de constituer un danger pour la vie humaine, a-t-il explicité.

Pour le médecin Ndereye, au niveau des axes de lutte contre l’anémie au Burundi, il faudrait privilégier l’amélioration de la Consultation prénatale (CPN) chez les burundaises enceintes, particulièrement pour celles qui sont potentiellement anémiques. De la sorte, a-t-il estimé, on pourra éviter le décès des femmes enceintes qui succombent des suites d’une anémie non diagnostiquée à temps pour avoir manqué aux rendez-vous de CPN.

Abp-info

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves