AUJOURD'HUI
1
SEMAINE DERNIERE
2326
PAGES VUES
175731
TOTAL VISITES
138428

Répondre aux questions du public burundais

Kayanza 18 décembre 2015 (DWG) : Ce vendredi 18 décembre 2015, une émission publique s’est organisée à partir de la province de Kayanza (Nord) où les porte-paroles de toutes institutions dont la présidence de la république répondent aux questions des journalistes et le public en général. D’emblée, les domaines liés à la paix et sécurité, la politique, l’éducation ont été évoqués.


Le Burundi contrôle ses frontières

Major Clément Cimpaye, Porte-parole du Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants (FDN) a donné les plus amples informations sur les attaques du 11 décembre 2015 à Bujumbura. Dans ses réponses, il rejette en bloc les informations qui ont circulé portant sur tueries des personnes non impliquées dans ces attaques. La FDN demande à toute personne qui détiendrait des épreuves de ces actes ignobles commis par les militaires de les présenter. Il annonce en plus que le camp militaire est une place que l’on doit respecter. Les communiqués officiels rendus publics fournissent à suffisance la réponse aux interrogations de tout un chacun. Il a aussi rassuré le public que le Col Baratuza Gaspard est en formation en Ouganda, après laquelle, il poursuivra son voyage en Centrafrique où il va exercer de nouvelles fonctions. Major Cimana a également signalé que les frontières burundo-rwandaise sont sécurisées. La FDN fait de son mieux pour éviter l’entrée des armes. Il dément les communiqués qui circulent sur les raisons sociaux sur les armes volés par les assaillants et le départ des soldats lors des attaques du 11 décembre 2015.

Le porte-parole du Gouvernement M. Philippe Nzobonariba affirme que les groupes terroristes existent au Burundi depuis un certain temps. Il cite les attaques en province de Cibitoke au cours du mois de décembre dernier, le lancement des grenages au marché central de Bujumbura, attaques contres les véhicules des policiers et des bistrots, forment autant d’indicateurs évidents de l’existence de groupes terroristes.

Les Ambassadeurs burundais exercent pleinement leurs fonctions

M. Philippe Nzobonariba apprécie le travail accompli par les ambassadeurs du Burundi à l’étranger et même si leur travail se heurte à l’opposition des certaines gens, ce qui se passe au Burundi porte d’intérêt au monde entier. « Nos ambassadeurs jouent pleinement leur rôle en représentant dignement le Burundi », a-t-il déclaré.
Pierre Nkurikiye a quant à lui, rejeté les allégations contre la police accusée de cas de vols des téléphones mobiles et d’autres biens. Il dit que ces téléphones portables sont récupérés par la police pour enquêtes après lesquelles, ils sont immédiatement remis aux propriétaires. Il a dit que le travail de fouille répercussion a produit des effets concrets. Ainsi, la police a mis la main sur environ 700 armes dont au mois 200 armes sont été récupérés en utilisant la force. Nkurikiye dit en outre que ce travail va se poursuivre, surtout que le constat actuel montre qu’il y a encore des armes dans les mains des citoyens. Il lance un appel à tout le monde d’apporter son appui en soutenant la police dans ce travail de collecte des armes.

Le Burundi a des épreuves sur l’implication du Rwanda

A base des descentes effectuées à Gasenyi en province de Kirundo, le Porte-parole du Gouvernement dit que les burundais y rencontrés ont témoigné de ce qu’ils ont vécu au Rwanda où les exercices paramilitaires s’organisent pendant la nuit. Un autre élément évoqué par Philippe Nzobonariba est le récent rapport publié par une ONG américaine qui travaille sur les droits des réfugiés (Refugees International) sans oublier de faire mention du langage récemment utilisé par le président rwandais sur les médias.

Utilisation des TIC par les institutions burundaise

Concernant l’utilisation des outils en TIC, M. Munezero Richard, porte–parole du Ministère ayant le travail dans ses attributions dit que ce ministère se sert des TIC dans ses activités quotidiennes notamment le paiement ponctuel de salaire. Selon lui, le guichet unique sera opérationnel en début de l’année 2016 car tout en cours pour rendre opérationnel le mécanisme. Il lance un appel solennel envers la jeunesse pour changer la mentalité et se grouper en association.
M. Rémy Ndayishimiye, Porte-parole du ministère des postes, des TIC et des médias, a réagi sur les questions qui touchent la fibre optique et le processus de migration en numérique. Ses réponses ont montré qu’avec l’installation de la fibre optique, 60 institutions dont la présidence de la République, les deux vice-présidences, l’OBR, les banques, certains hôpitaux à Bujumbura et institutions académiques sont connectées par une connexion COMGOV pour une période de dix ans sous financement du gouvernement du Burundi et la Banque mondiale. Le réseau métropolitain est opérationnel (MAN), les prévisions envisagent la connexion les chefs lieux des provinces, a-t-il renchéri. Le Ministère a aussi commencé la création de télécentre communautaire, le tout premier centre en fonction est en province de Rumonge. Ndayishimiye rassure que tout est prêt pour que le Burundi respecte les nouveaux délais fixés au 31 décembre 2016, en ce qui concerne la migration numérique. Le Ministère des finances prévoit étendre l’utilisation de l’internet dans les provinces pour le suivi de l’utilisation du budget de l’état, faciliter le travail de l’OBR. Cette connexion en 4G, permettra aussi aux utilisateurs de suivre les séances en vidéo conférence, dit Désiré Musharitse, porte-parole du Ministère des Finances.

Tout burundais est invité au dialogue

Concernant le dialogue inter-burundais, M. Philippe Nzobonariba, porte-parole du Gouvernement, dit que le dialogue est ouvert à tout le monde même les personnes en refuge. Le travail du médiateur ne va en aucun cas compromettre le travail de la commission en charge du dialogue entre burundais. Les deux vont travailler ensemble pour se compléter. Le rapport qui sera produit tiendra compte des avis de tous.

Sur la question sur la prochaine occasion réservée au Burundi d’être à la tête de la Communauté Est Africaine, le Porte –parole du président de la République Monsieur Gervais Abayeho a annoncé que la réunion du comité Ministériel va se réunir pour se pencher sur toutes les questions en rapport avec l’intégration. Les chefs de l’état vont à leur tour se réunir au mois de février 2016. Leur réunion va donner la réponse sur la personne qui dirigera la communauté. En effet, le Burundi s’apprête à occuper le poste du Secrétaire Général de la Communauté Est Africaine, a déclaré Gervais Abayeho.

Un déficit de 3% n’occasionnera d’impact sur la vie du pays

Dans le but d’ harmoniser le salaire des fonctionnaires, le Gouvernement vient de prévoir 20 milliards sur le budget 2016 qui seront réservés à cet exercice. Désiré Musharitse a déclaré que pendant quatre ans, les fonctionnaires dont le salaire est insignifiant seront les premiers à être servis pour une période de quatre ans. Il souligne en outre que la production devrait suivre afin de permettre la stabilité des produits et la valeur monétaire. Après 4 ans, le rapprochement sera établi pour ensuite avancer vers le groupe qui reste ceux dont leur salaire est relativement supérieur. Sur les provisions budgétaires de l’année 2016 un déficit de 129 milliards s’observe. "La réponse proviendra dans les dettes que le Gouvernement va prendre, il est également prévu que les entrées à l’intérieur sont estimés à 107.6 milliards. Un déficit est de 3% n’occasionnera pas d’impact sur la vie du pays", a-t-il rassuré.

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves