AUJOURD'HUI
89
SEMAINE DERNIERE
2761
PAGES VUES
172729
TOTAL VISITES
137114

La CENI présente le rapport général sur le processus électoral de 2015

Bujumbura, 15 déc (DWG) : La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a présenté ce mardi 15 décembre 2015, à Bujumbura, le rapport général sur le processus électoral de 2015 dans le but de restituer au peuple burundais et aux plus hautes institutions du pays les activités réalisées dans ce cadre et d’évaluer ledit processus en vue de tirer des leçons conséquentes pour l’amélioration des scrutins à venir.

Le président de la CENI, M. Pierre Claver Ndayicariye, a d’abord indiqué que son institution a organisé les élections dans un contexte de fragmentation de certaines formations politiques, de contestations politiques internes et de pesanteurs régionales et internationales. La pression sur la CENI et le processus électoral fut forte en raison des agendas de plusieurs partenaires intéressés ou impliqués, a-t-il dit.

D’après M. Ndayicariye, l’environnement politique et sécuritaire des élections a également épuisé les efforts de la CENI, notamment la démission de deux commissaires de la CENI et la perturbation dans le fonctionnement des démembrements de la CENI suite à la défection de certains de leurs membres et le retrait des membres du clergé catholique y affectés. Le comportement de certains partenaires techniques et financiers qui ont suspendu leurs contributions en plein processus a failli perturber l’organisation des élections, n’eut-été les efforts du gouvernement qui a dû combler le fossé laissé par les financements suspendus, a déclaré le président de la CENI.

Malgré tout cela, a-t-il poursuivi, cinq scrutins au total ont été organisés en quatre séquences, et ces élections ont abouti à la mise en place des institutions du pays, de la base au sommet. Il a fait savoir que ce processus électoral a abouti à l’élection du président de la République, de 121 députés dont 100 élus et 21 cooptés, de 43 sénateurs dont 36 élus, trois d’ethnie twa cooptés et quatre anciens chefs d’Etat, de 2002 membres des conseils communaux, ainsi que de 14.536 conseillers de collines/quartiers.

Pour que ce processus réussisse, il a fallu des contributions du gouvernement de 22. 644.237,35 USD, des contributions au basket fund de 15. 679.204,42 USD et des contributions hors basket fund de 962.368,19 USD, faisant un total de 39.285.809,96 USD, a déclaré M. Ndayicariye.

Toutefois, a-t-il fait savoir, plusieurs défis planent sur les processus électoraux au Burundi. Les élections au Burundi font toujours peur. Elles alimentent la méfiance et les suspicions comme si les rendez-vous électoraux devenaient automatiquement les rendez-vous de la mort physique et de la mort politique. Il y a en outre le financement des élections, l’absence de la démocratie interne aux partis politiques qui augmente les risques de divorces répétés et de transhumances politiques, ainsi que le défi qui est de nature juridique et légale, a déclaré M. Ndayicariye.

Selon lui, avec l’évaluation du processus électoral de 2015, la CENI a émis des recommandations en vue de bien préparer les élections de 2020. Elle demande au gouvernement et au parlement d’amorcer assez tôt le débat sur l’amendement du cadre légal des élections, de prévoir à temps le budget des élections, de renforcer l’éducation civique et patriotique des populations, d’analyser les voies et moyens d’opérer un décalage des mandats des institutions élues en vue de minimiser les risques de vide institutionnel, d’évaluer la possibilité de l’élection au suffrage direct des administrateurs communaux, d’instaurer une carte nationale d’identité sécurisée et harmonisée à temps, etc.

Aux partis politiques, la CENI demande d’instaurer une démocratie réelle à l’intérieur d’eux-mêmes, en introduisant notamment les élections primaires pour désigner les candidats, et en renouvelant régulièrement le leadership. Les partis politiques devraient aussi renforcer l’éducation civique et électorale de leurs militants,
notamment en vulgarisant les textes électoraux.

Abp-info

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves