AUJOURD'HUI
96
SEMAINE DERNIERE
2630
PAGES VUES
174174
TOTAL VISITES
137890

L’énergie reste le défi principal des pays de l’EAC

Bujumbra, 3 novembre 2015 : Le ministère de l’Energie et des Mines a organisé ce lundi 02 nov, à Bujumburra, un atelier de consultation sur le développement du cadre de la politique de la sécurité énergétique dans les pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CEA). Il s’agit, selon le secrétaire permanent à ce ministère, M. Siméon Habonimana, de révéler les défis dans différents sous-secteurs énergétiques, à savoir la biomasse, le gaz, le pétrole et l’électricité, afin d’arriver à atteindre la sécurité à plus ou moins brève échéance.

M. Habonimana a en outre fait savoir que l’énergie reste le défi principal des pays de l’EAC car, il ne peut y avoir de développement viable sans disponibilité de l’énergie en quantité et en qualité. Au Burundi, a-t-il dit, la population est majoritairement tributaire de la biomasse (bois de chauffe, charbon, de bois, …) comme source d’énergie, pour la cuisson des aliments, le chauffage, l’éclairage dans les ménages, les écoles, les hôpitaux, les prisons, les boulangeries, les briqueteries, etc. A lui seul, la biomasse représente 96% de la consommation en énergétique locale. Il, a par ailleurs indiqué que le déficit entre l’offre et la demande du bois est de l’ordre de 1 à 3, ce qui est alarmant. La surexploitation de la biomasse risque de conduire, à court terme, à une déforestation catastrophique suite au déboisement intensif, expansif et incontrôlé et à la destruction généralisée et systématique des réserves naturelles.

Le gouvernement cherche d’autres sources de substitution pour remplacer le bois de chauffe et faire l’économie d’énergie consommée par l’utilisation des biocarburants, des briquettes issues des déchets ménagers, du biogaz, des foyers améliorés à argile, et autres. En matière d’électricité, le milieu rural n’est électrifié qu’à 1% de l’étendue du pays, selon M. Habonimana, qui a par ailleurs laissé entendre que le Burundi produit 32 MW dont 15 MW recueillis dans deux centrales thermiques et 15 MW importés de la RD Congo. Le pays envisage plusieurs actions pour relever l’énergie par la construction des barrages hydroélectriques nationaux, mais aussi en collaboration avec la région en mettant en place des centrales hydroélectriques régionales.

Dans le sous secteur des gaz et du pétrole, M. Habonimana a indiqué que les recherches sont en cours dans le Lac Tanganyika par des sociétés AZ-petroleum et Surestream Petrolium. Signalons que l’atelier a été organisé grâce à la contribution du Bureau sous régional de l’Afrique de l’Est pour la Commission économique des Nations Unies et le secrétariat de l’EAC.

Abp-info

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves