AUJOURD'HUI
21
SEMAINE DERNIERE
2748
PAGES VUES
172031
TOTAL VISITES
136803

INTERVENTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE DEUXIEME VICE-PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI A L’OCCASION DE HIGH-LEVEL CONSULTATIVE MEETING OF AFRICAN HEADS OF STATE AND GOVERNMENT ON DEMOGRAPHIC DIVIDEND AND INVESTING IN YOUTH,NEW YORK, 26 Septembre 2015

Monsieur le Président,

Distingués délégués, chers collègues,

1. Je commence par rendre grâce à Dieu Tout Puissant qui nous a gardés en vie jusqu’à ce jour, et je Lui demande d’être constamment à nos côtés durant toute la durée de la 70ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies.

2. Permettez-moi d’adresser mes vifs remerciements au Directeur Exécutif de l’UNFPA pour l’invitation à cet important événement et à l’appui tant technique que financier très appréciable apporté au Gouvernement de la République du Burundi.

3. Mon pays le Burundi réaffirme son soutien aux résultats des réunions pertinentes de haut niveau des Nations Unies, des conférences et réunions au sommet, particulièrement la session spéciale de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 22 Septembre 2014, qui a permis aux États membres de valider les engagements pris à l’issue de l’examen global de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD) et du rapport du Secrétaire Général, intitulé « Plan directeur pour la suite à donner après 2014 au Programme d’action de la CIPD » .

4. A ce titre, le Burundi soutient la résolution 65/234 sur le suivi de la Conférence internationale sur la population et le développement au-delà de 2014, dans laquelle l’Assemblée a reconnu et souligné la nécessité de renforcer l’intégration de la population et du développement dans les processus mondiaux relatifs au développement ; il prend également note des rapports du Secrétaire Général sur l’intégration des questions de population dans le développement durable, y compris dans le programme de développement post-2015.

Monsieur le Président,

5. Le Burundi est confronté aux défis démographiques qui risquent d’hypothéquer ses efforts de développement socio-économique si des stratégies ne sont pas mises en place pour atteindre la Dividende Démographique. A titre illustratif, la densité moyenne de la population est aujourd’hui de 367Hab/ km², l’indice synthétique de fécondité est de 6,4 enfants par femme, le taux de prévalence contraceptive était de 34% en 2014 et 65% de la population est constitué par les jeunes de moins de 25 ans. Qu’il me soit permis, à cet effet, de souligner la nécessité de privilégier les investissements dans les jeunes par un renforcement de leurs capacités en vue de susciter une transition démographique et ainsi, tirer profit de la dividende démographique, y compris par des opportunités d’emploi et le travail décent pour les jeunes.

6. En vue de tirer profit des bénéfices de la dividende démographique, mon pays s’est engagé à mettre en œuvre des politiques de développement visant à faire « baisser la fécondité de 6 enfants par femme à 3 enfants par femme d’ici 2025 » et investir dans la jeunesse par des stratégies de promotion de la planification familiale et l’amélioration des services de santé de la reproduction adaptés aux adolescents et jeunes. Ces stratégies permettront d’obtenir des gains dans les secteurs de : l’éducation (une économie cumulée de 185 milliards de BIF d’ici 2025 pourrait être réalisée) ; en matière de la santé (une économie cumulée de 953,2 milliards de BIF est attendue) et en matière d’emploi : 240.000 demandeurs d’emplois de moins.

Monsieur le Président ;

7. Permettez-moi de partager avec cet auguste assemblé l’expérience du Burundi sur le « Réseautage sociocommunautaire pour l’information et l’offre des services adaptés en santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes au Burundi »

8. Ce modèle est basé sur une approche communautaire permettant de développer une synergie autour du centre de santé. Il est déjà mis en œuvre dans dix-huit (18) localités autour des centres de santé qu’on appelle désormais « centres de santé amis des jeunes ». Les mesures mise en pratique ont permis de mettre en place un véritable réseautage social pour l’offre des services conviviaux en santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes (SSRAJ) noué à partir de 18 centres de santé « amis des jeunes » pour accroître la demande sur la base de l’implication de 56 écoles de niveau primaire, fondamental et secondaire, choisies selon le critère de proximité avec le centre de santé qui collabore aussi avec les mouvements de jeunesse constitués par des organisations communautaires (le centre des jeunes).

Bien plus, dans le souci d’améliorer la demande, le centre de santé « ami des jeunes » met en œuvre une politique de partenariat avec les structures au sein desquelles évoluent les adolescent(e)s et jeunes qui vivent dans son champ d’action : les écoles et les organisations et mouvements des jeunes, avec possibilité d’impliquer les parents, les leaders communautaires et religieux et les représentants de l’administration locale. Le renforcement d’un tel ancrage dans la communauté permet de régler les questions d’accessibilité et de proximité des services de santé.

Monsieur le Président  ;

9. Le Burundi est conscient que les défis de développement auxquels il est confronté exigent des moyens financiers énormes et une participation systématique de toutes les parties prenantes dans l’élaboration des réponses. Ceci passera par le partenariat et le leadership mondial à travers l’Organisation des Nations Unies dont le Burundi est fier d’être membre.

10. Je termine mon propos sur un appel vibrant auprès des partenaires du Burundi pour redoubler d’efforts en vue de lui doter de moyens techniques et financiers à la hauteur des besoins, afin d’assurer l’accès universel et équitable aux soins de santé de qualité, y compris l’accès universel à la santé sexuelle et reproductive et les droits en matière de reproduction et de la Planification Familiale.

Je vous remercie pour votre aimable attention !

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves