AUJOURD'HUI
136
SEMAINE DERNIERE
2190
PAGES VUES
498239
TOTAL VISITES
551560

La Police a arrêté un présumé coupable de traite des personnes

BUJUMBURA, 20 déc 2018 : La Police Nationale du Burundi (PNB) a montré à la presse dans l’après-midi du mercredi 18 décembre 2018 un certain Haruna Nzisabira alias Japhar, accusé d’avoir escroqué une somme de 79.050 dollars américains à quatre-vingt-trois burundais qui vivent au Qatar.

Selon le porte-parole adjoint du ministère de la Sécurité Publique et de la Gestion des Catastrophes M. Moïse Nkurunziza, le commissariat central chargé de la recherche criminelle au sein du commissariat général de la police judiciaire a été alerté, en date du 6 décembre 2018 vers 9 heures du matin, par des Burundais qui se trouvent actuellement au Qatar, qu’un certain Haruna Nzisabira alias Japhar leur a escroqué de l’argent et que ce dernier était en voyage à destination de Bujumbura, où il a été arrêté à l’aéroport international de Bujumbura.

M.Nkurunziza a indiqué que ce présumé escroc, en complicité avec sa sœur qui a une agence de voyage dénommée « Blue Sky Travel Agency », a escroqué à ces Burundais en leur promettant de l’emploi au Qatar.

Chaque Burundais, a précisé M. Nkurunziza, devait payer une somme variant entre 1200 et 1800 dollars américains pour le visa de Qatar alors qu’en réalité, a-t-il déclaré, ce visa pour trois mois coûte 400 dollars. En plus de cela, chacun devait se payer un billet d’avion pour 750 dollars, a-t-il ajouté.

Il a également fait savoir que M. Nzisabira promettait à ces Burundais qu’après expiration du visa, il allait leur chercher une carte d’identité (ID) de ce pays pour qu’ils puissent y exercer du service à l’aise durant deux ans.

Selon toujours ce porte-parole, le travail qui était accordé à ces immigrés, une fois arrivé au Qatar n’était pas celui qu’ils avaient demandé. Il a donné l’exemple d’un certain Willerm Nsengiyumva qui, une fois arrivé au Qatar a été engagé en qualité de peintre alors qu’il était parti croyant qu’il serait chauffeur de camions.

M. Nkurunziza a fait savoir que M. Nzisabira a alors rassemblé 93 Burundais et a signé un contrat de travail avec une entreprise sous leurs noms, malheureusement, a-t-il ajouté, ces derniers n’ont pas eu leurs salaires après tout un mois de travail. C’est alors que ces Burundais, étant dans une situation intenable, ont porté plainte au niveau de la police de Qatar et ce présumé criminel a été arrêté mais relâché juste après quelques jours, a-t-il dit. Ayant appris que ce présumé criminel a pris la décision de rentrer au Burundi, ces Burundais ont alerté la PNB pour qu’elle puisse l’arrêter une fois arrivé sur le sol Burundais, ce qui a été vite fait, a précisé M. Nkurunziza.

Il a signalé que parmi les 93 Burundais qui se trouvent au Qatar, la PNB a déjà eu une déposition de 49 plaintes, ajoutant que cinq parmi eux sont déjà revenus au Burundi grâce à la contribution de leurs familles respectives.

Il a profité de l’occasion pour lancer un appel vibrant à ces jeunes demandeurs d’emplois à ne pas prêter oreille à ces escros mais plutôt d’aviser la police avant que l’infraction ne soit commise.

De son côté, M. Nsengiyumva réclame que l’on lui rembourse les frais dépensés pour les billets d’avion, pour le visa, l’hébergement et la restauration, etc. Quant à M. Nzisabira, il nie catégoriquement tout ce que l’on lui reproche et fait savoir par contre, que tous ces gens sont jaloux de son niveau de vie et des biens qu’il a.

Signalons que cette infraction de traite des personnes est un crime qui est prévu et puni par la loi N° 1/28 du 29 octobre 2014 portant prévention et répression de la traite des personnes et la protection des victimes de la traite, a déclaré M. Nkurunziza. abp

Retour
Discours: President et autres

Ijambo rya Nyenicubahiro Umukuru w’Igihugu Petero Nkurunziza Uburundi buhimbaza umunsi w’amasezerano y’ubumwe bw’abarundi 2019.

Burundi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves