AUJOURD'HUI
268
SEMAINE DERNIERE
2145
PAGES VUES
515106
TOTAL VISITES
574234

Echange entre les responsables des medias et des organisations professionnelles des medias pour la mise en place d’une charte des medias sensibles au genre organisée

Bujumbura, City Hill Hôtel, 14décembre2018

-* Monsieur le Président du Conseil National de la Communication,

  • Monsieur le Directeur Pays de Cordaid au Burundi
  • Madame la Présidente de l’Association burundaise des Femmes Journalistes « AFJO »
  • Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux
  • Les mesdames et messieurs les représentants légaux
  • Mesdames et Messieurs les Directeurs
  • Mesdames et Messieurs les Responsables des médias et des organisations des Professionnelles des Médias
  • Distingués invités,
  • Mesdames, Messieurs,

C’est un réel plaisir pour moi et un devoir pour mon institution de procéder à l’ouverture de cette rencontre des responsables des médias et des organisations professionnelles des médias afin d’échanger sur la mise en place d’une charte des médias sensibles au genre.

En effet les objectifs de la rencontre sont :

  • Sensibiliser les parties prenantes sur le faible taux de participation des femmes et des jeunes dans les organes prise de décision alors que ces derniers constituent la majorité de la population burundaise [60% les jeunes et plus de 50% les femmes
  • proposer des actions concrètes pour promouvoir la voix de la femme des jeunes dans les médias
  • inviter les parties prenantes à signer la charte de l’intégration de la dimension genre et des jeunes dans les médias matérialisant la déclaration signée le 05 juillet 2018.
  • Revisiter le cadre légal de la dimension genre dans système médiatique

Permettez-moi de remercier l’Association Burundaise des femmes Journalistes « AFJO » qui nous a proposé d’organiser cette rencontre qui vient contribuer à la mise en application de la Politique Nationale de la Communication et des médias sous son axe « genre »

Je souhaite à vous tous ici présents la bienvenue à cette rencontre qu’elle soit pour vous une occasion en or pour analyser l’étape déjà franchie dans l’intégration de la dimension genre dans le secteur des médias en conformité avec la Politique Nationale Genre et la Politique Nationale de la Communication qui réserve le chapitre neuf à la Parité Hommes-femmes.

Nous saluons cette initiative de réfléchir sur les actions à mener pour concrétiser la parité hommes –femmes dans les médias qui est prônée par la Politique nationale de la communication.

En effet, le document de politique nationale de la communication reconnaît que les médias sont incontestablement le reflet de la société. Ces derniers doivent alors garantir l’égalité des genres étant donné que c’est un droit humain fondamental.

Par ailleurs, la parité hommes-femmes dans médias n’implique pas seulement la représentation de façon équitable des femmes et des hommes dans les postes de responsabilités et les emplois disponibles dans les entreprises de presse mais aussi dans la collecte, le traitement et la diffusion de l’information.

Dans notre pays, le quota constitutionnel de 30% dans les postes de nominations comme les Directeurs et les Directeurs Généraux des médias publics est respecté.

Souvent considérés comme le quatrième pouvoir, les médias est un secteur de la vie nationale dans lequel les femmes devraient jouir pleinement de leurs droits économiques, socioculturels et politiques.

Cependant malgré les efforts remarquables fournis par le Gouvernement du Burundi dans la prise en compte du genre dans ses politiques la représentation féminine reste faible dans paysage médiatique 9%

Nous reconnaissons que les défis ne manquent pas en cette matière. En effet, les femmes des zones les plus reculées n’ont pas librement accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), il est nécessaire que les radios prennent plus en compte leurs besoins.

En plus d’être un outil d’information, les médias sont un outil de sensibilisation. Il est donc primordial que les thématiques relatives aux femmes et à l’égalité de genre soit des sujets traités par les radios et médias communautaires.

Dans ce cadre, et par devoir de déontologie, ils doivent s’engager à ne pas transmettre des valeurs stéréotypées et à ne pas entretenir des discours discriminants à leur égard.

Distingués invités,

Mesdames, messieurs,

Nous espérons qu’au cours de cette rencontre, les responsables des médias et des organisations professionnelles des médias vont réitérer leur engagement en termes de prise en compte du genre dans leur travail surtout qu’en juillet 2018, ces derniers avaient rendu public une déclaration dans laquelle ils s’engageaient à intégrer les dimensions genre et jeunes dans le travail des médias.

Avant de terminer mon propos, permettez-moi de saluer encore une fois l’initiative de l’AFJO dans la prise en compte du genre dans les médias. Nous l’encourageons et lui promettons notre soutien dans l’intégration de la dimension genre dans les contenues des médias .

Pour les femmes et les jeunes je les invite à user de leurs compétence pour s’affirmer dans le monde scientifique afin de migrer de démocratie vers la méritocratie (gouvernement du peuple par celui qui le mérite)

Nos sincères remerciements sont également adresses à l’ONG Cordaid qui a appuyé cette activité. De cette occasion nous invitons d’autres partenaires techniques et financiers de lui emboîter le pas en appuyant le secteur des médias.

C’est sur ces propos que je déclare ouverte la rencontre d’échange sur la mise en place d’une charte des médias sensibles au genre et aux jeunes.

Que la prise en compte du genre et des jeunes dans les médias soit une réalité

Je vous remercie !

Retour
Discours: President et autres

Ijambo rya Nyenicubahiro Umukuru w’Igihugu Petero Nkurunziza Uburundi buhimbaza umunsi w’amasezerano y’ubumwe bw’abarundi 2019.

Burundi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves