AUJOURD'HUI
252
SEMAINE DERNIERE
3079
PAGES VUES
458205
TOTAL VISITES
492428

Les frais d’adhésion aux groupements sont un obstacle majeur pour l’entrepreneuriat des jeunes

BUJUMBURA, 5 déc 2018 : Les frais d’adhésion dans les différents groupements (amafaranga y’imbuga) constituent un défi majeur qui bloque les jeunes dans leurs activités entrepreneuriales, selon un expert en entrepreneuriat.

M. Tharcisse Ndayizeye s’exprimait mardi 4 décembre 2018 au cours d’un atelier organisé par l’ONG Parole et action pour le réveil des consciences et le changement des mentalités (PARCEM) dans le cadre de la mise en œuvre de son projet « Jeunesse engagée dans la consolidation de la paix au Burundi ». En effet, ces frais sont, selon lui, de nature à exclure beaucoup de jeunes qui commencent les activités de commerce ou d’autres formes d’activités génératrices de revenus.

M. Ndayizeye affirme que ces frais varient en fonction des métiers à exercer et l’emplacement de ce métier. Il fait savoir, par exemple, qu’à l’intérieur du pays, un nouveau motard doit payer 250.000 FBu pour être admis dans le groupement.

L’argent perçu n’est pas également utilisé de la même façon et de manière transparente. Il indique que les jeunes qui se recherchent en entrepreneuriat sont carrément bloqués par ces frais. Cet expert fait remarquer que ces frais ne sont pas du tout reconnus par la loi en vigueur au Burundi. Il estime que ces frais risquent d’ébranler les initiatives du gouvernement du Burundi ayant déjà mis en place la politique nationale de l’emploi et qui sensibilise toujours les jeunes à créer leur propre emploi, à travers l’entrepreneuriat.

Selon toujours lui, ces frais devraient être revus à la baisse et régulés, quitte à être profitables aussi bien par celui qui donne et le groupement qui reçoit ces frais. M. Ndayizeye estime encore une fois que les médias doivent jouer un grand rôle en portant loin cette problématique qui handicape les ambitions des jeunes.

abp

Retour
Discours: President et autres

Discours de S.E.M l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent du Burundi auprès des Nations Unies lors de la présentation du rapport A/HRC/39/63 de la Commission d’enquête sur la situation des droits de l’homme au Burundi devant la 3ème Commission de l’AG,

Burundi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves