AUJOURD'HUI
420
SEMAINE DERNIERE
3321
PAGES VUES
435036
TOTAL VISITES
465694

Les caféiculteurs pourront bientôt pousser un ouf de soulagement

BUJUMBURA, 3 oct 2018 : Le ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage (MEAE) a sorti ce mercredi le 03 octobre 2018 à Bujumbura, un communiqué de presse sur les mesures prises en rapport avec le paiement des caféiculteurs pour la campagne café 2018-2019.

Selon ce communiqué lu par le directeur général de l’Autorité de régulation de la filière café au Burundi ( ARFIC), M. Emmanuel Niyungeko, le MEAE voudrait informer le public en général, et les caféiculteurs en particulier, qu’il suit de près toutes les activités exécutées dans la filière café, depuis l’encadrement jusqu’à la commercialisation du café et saisit cette occasion pour remercier les caféiculteurs qui n’ont pas encore reçu leur argent pour la patience qui les a caractérisés.

Selon toujours ce communiqué, le MEAE rappelle que des mesures ont été prises par le gouvernement dans le but de redynamiser le secteur. Il y a entre autres la multiplication des plans caféiers, la distribution des semences et des cultures intercalaires, la distribution des pesticides, la création de la fenêtre « café » pour faciliter les crédits aux exportateurs, le suivi de la rentrée des devises dans le pays à travers la Banque de la République du Burundi, sans oublier le paiement de la taxe communale, poursuit le même communiqué.

Ledit communiqué indique que malgré des efforts fournis, des irrégularités ne manquent pas. Il s’agit du cas des caféiculteurs qui n’ont pas encore été payés au cours de cette campagne café 20182019. A ce propos, a précisé M. Niyungeko, le Conseil national de la sécurité a recommandé que tous les caféiculteurs soient payés dans deux semaines à partir du 1er octobre 2018.

C’est ainsi qu’une réunion réunissant tous les intervenants de la filière café, les banques commerciales et la Banque de la République du Burundi s’est tenue en date du 02 octobre 2018 sous la présidence du ministre ayant l’agriculture dans ses attributions, pour échanger sur les modalités de paiement de ces caféiculteurs.

Selon ce communiqué, les banques commerciales ont promis de donner des crédits aux exportateurs du café sur un taux de 7% pour cette campagne, au lieu de 9%, soit une réduction de 2%. Les banques commerciales pourront donner des cautions bancaires relatives aux redevances normalement payées avant l’exportation, après que l’ARFIC aura analysé les dossiers des exportateurs de café, pour voir s’ils sont en ordre et cela sur demande des intéressés.

Les exportateurs malhonnêtes doivent payer les taxes communales et faire rentrer des devises pour payer les caféiculteurs. La Banque de la République du Burundi a accepté de revoir à la hausse le taux de change applicable sur les recettes d’exportation du café pour la campagne café 2018-2019. Tous les intervenants de la filière café, à savoir Sénac-Mutima w’isangi, Intercafé et ARFIC vont réduire les redevances retenues de 5,6% à 2,6%, soit un effort de contribution de 3%.

Le même communiqué signale que le ministre de tutelle a recommandé à ceux qui n’ont pas encore commencé le paiement que la date limite est fixée au 15 octobre 2018. Le MEAE fait aussi savoir que des mesures seront prises à l’endroit de ceux qui n’auront pas pu respecter cette décision dans les deux semaines recommandées par le CNS, souligné ce communiqué.

abp

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E.M. Ezéchiel NIBIGIRA, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDU A LA 73ème SESSION ORDINAIRE DE L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’ONU, New York, le 29 septembre 2018

Burundi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves