AUJOURD'HUI
420
SEMAINE DERNIERE
3321
PAGES VUES
435036
TOTAL VISITES
465694

Les porte-paroles des différents ministères et institutions publiques ont répondu aux questions des journalistes et de la population

RUYIGI, 29 septembre 2018 (DWG) : Les porte-paroles du président de la République du Burundi, du gouvernement, des ministères et différentes institutions publiques ont, ce vendredi 28 septembre 2018, animé une émission publique au cours de laquelle, les questions des journalistes et de la population sur la vie du pays ont été répondues.

Le porte-parole du Président de la République du Burundi, M. Jean Claude Karerwa Ndenzako a transmis le message du président de la République, Pierre Nkurunziza. Le Chef de l’Etat a souhaité aux Burundais la paix, la sécurité, la justice et la prospérité. Il appelle la population à s’atteler aux activités de développement et ne pas surtout se laisser distraire par les rapports biaisés produits par la commission des Nations Unies pour les droits de l’homme. L’ensemble des questions les différents secteurs tels que l’éducation, l’environnement, l’agro pastoral, les droits de l’homme, la justice, la coopération, le sport, l’économie, etc, ont été largement développés.

En politique  : les journalistes ont voulu savoir si le gouvernement du Burundi conformément aux incessantes demandes de la population compte se retirer du Conseil des Nations Unies pour les droits de l’homme. Sur ce point, M. Ndenzako a dit que la décision appartient au gouvernement suivant l’intérêt général de la nation. Si la question de savoir si le Chef de l’Etat aurait déjà commencé à préparer son successeur après sa déclaration de ne pas briguer un autre mandat. M. Ndenzako a précisé que son successeur est désigné et préparé par les membres du Parti CNDD-FDD. Il a ajouté que le Président Nkurunziza ne cesse de préparer les Barundi à travers les séances de moralisations. Répondant à la question de savoir le degré de l’indépendance de la commission électorale nationale indépendante (CENI), M. Philippe Nzobonariba porte-parole de cette commission a fait savoir que les sept membres composant cette commission doivent impérativement se concerter sur toutes les mesures et respecter leur serment.

En éducation  : les journalistes ont voulu savoir le sort réservé aux élèves qui viennent d’échouer au concours national, et n’ont pas le droit de reprendre l’année surtout que les écoles des métiers ne sont pas suffisantes. M. Juma Edouard a souligné que la question des élèves autodidactes qui ont échoué à l’examen d’état et d’autres ayant échoué au concours national de 9ème qui sont obligés de payer 50mille francs pour refaire ces tests. Le porte-parole du ministère de l’éducation, de la formation technique et professionnelle. M. Edourd Juma a précisé que l’état ne peut en aucun cas continuer à dépenser au profit des élèves ne figurant plus sur la liste des candidats. Il a aussi réagi sur la question de savoir pourquoi seuls les élèves des sections scientifiques ont accès aux écoles d’internat en défaveur de ceux des sections des lettres modernes malgré les efforts du Burundi en adhérant au sein des communautés régionales où certaines de ces langues sont des outils privilégiés de communication. M. Juma a fait savoir que le gouvernement a fait une priorité le domaine des sciences et technologies à 70% et d’autres à 30% pour encourager les élèves à adhérer dans les sections scientifiques qui sont considérées comme prioritaires pour le pays. Concernant le nombreux élevé d’élèves dans les écoles, Juma a fait savoir que tant que la politique de limitation des naissances ne sera pas respectée la situation continuera à s’aggraver.

Concernant le secteur de l’énergie : la question de manque des compteurs d’électricité a été soulevée. Le porte-parole de ce ministère a, dans ses réponses, indiqué que trois milles compteurs sont déjà disponibles, et douze milles autres le seront jusqu’au mois de décembre 2018.

Dans le domaine de la coopération : la question sur les relations entre le Burundi et le Rwanda a été soulevée. Le porte-parole du gouvernement, M. Ntahorwamiye a indiqué que le « Burundi attend que l’Union africaine se prononce sur les allégations lui soumises sur cette affaire ».

Les journalistes ont posé la question sur la tenue d’un recensement général de la population et de l’habitat, la presse a voulu savoir sur quelles statistiques les décideurs vont se baser pour planifier les programmes de développement. M. Ntahiraja a indiqué que ce recensement n’aura pas eu lieu. Il ajoute que le pays possède d’autres techniques pour connaître le nombre estimatif de sa population.

Dans le secteur de la santé, les journalistes ont voulu savoir pourquoi les pharmacies de la mutuelle enregistrent un manque criant des médicaments, alors qu’ils sont disponibles dans les pharmacies privées. Le porte-parole adjoint du ministère de la Santé publique et Lutte contre le Sida a précisé que, désormais la CAMEBU va importer les médicaments et que les pharmacies vont s’approvisionner auprès d’elle il a laissé entendre qu’avec ce nouveau système, le problème aura une solution durable. Notons que la population a eu l’occasion de poser différentes questions qui ont été répondues.

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E.M. Ezéchiel NIBIGIRA, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDU A LA 73ème SESSION ORDINAIRE DE L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’ONU, New York, le 29 septembre 2018

Burundi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves