AUJOURD'HUI
374
SEMAINE DERNIERE
3211
PAGES VUES
435890
TOTAL VISITES
467079

Validation du diagnostic national des infrastructures et équipements scolaires du Burundi

BUJUMBURA, 17 fév 2018 : Le ministère de l’Education, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a organisé vendredi le 16 février 2018, à Bujumbura, un atelier de validation du Diagnostic national des infrastructures et équipements scolaires du Burundi (DNIES).

Le directeur du bureau de la planification et de la statistique de l’éducation au ministère en charge de l’Education, Mme Neema Ndayishimiye, a fait savoir que le ministère de tutelle savait qu’il y a des problèmes dans les écoles, au niveau des infrastructures et de la disponibilité de l’eau et des latrines dans les milieux scolaires, sans toutefois avoir de données précises pour l’aider.

Mme Ndayishimiye a fait savoir que l’UNICEF a, par après, appuyé financièrement le ministère en charge de l’Education et a mis à sa disposition un expert, un analyste des infrastructures et des équipements connexes. L’enquête a ainsi porté sur toutes les écoles du pays, publiques et privées, a-telle dit, signalant que cette enquête a aidé le ministère à faire l’état des lieux et identifier les priorités.

Les résultats de l’enquête ont prouvé que 70% des salles de classes sont acceptables, et que le reste des écoles nécessitent de petites réparations, a précisé Mme Ndayishimiye, ajoutant qu’environ 9% des écoles nécessitent d’être reconstruites pour éviter d’éventuels dégâts.

Au niveau de l’adduction de l’eau, qui est l’élément fondamental pour le bon fonctionnement des écoles, la situation est plus ou moins catastrophique. Selon Mme Ndayishimiye, environ 65% d’écoles n’ont pas d’eau. Mais les chiffres varient selon les provinces ou les communes. En province Cibitoke par exemple, seulement 24% d’écoles fonctionnelles disposent de l’eau potable, au moment où dans la Mairie de Bujumbura, 75% d’écoles ont une adduction d’eau.

Concernant les latrines, la situation est également inquiétante en province Cibitoke, où on trouve un niveau le plus élevé d’écoles sans latrines. Selon la directrice de la planification au ministère en charge de l’Education, les résultats de cette enquête ou ce document vont servir à identifier les écoles à prioriser et à faire la planification en ce qui concerne la construction des salles de classes, des latrines et des adductions d’eau chaque fois qu’on construit une école. Les mêmes résultats vont aider à mobiliser les fonds et les financements, a indiqué Mme Ndayishimiye.

abp

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E.M. Ezéchiel NIBIGIRA, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDU A LA 73ème SESSION ORDINAIRE DE L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’ONU, New York, le 29 septembre 2018

Burundi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves