AUJOURD'HUI
19
SEMAINE DERNIERE
2866
PAGES VUES
289332
TOTAL VISITES
281097

Déclaration de S.E.M l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent de la République du Burundi auprès des Nations Unies devant la Troisième Commission de l’Assemblée générale de l’ONU lors du débat général sur le point 28 intitulé : « promotion de la femme »,

New York, 06 octobre 2017

Monsieur le Président,

Distingués Délégués, chers collègues,

1. C’est un honneur pour moi de prendre la parole au nom de ma délégation au débat général de la Troisième Commission sur le POINT 28 de l’ordre du Jour intitulé « PROMOTION DE LA FEMME ».

2.Je saisis cette occasion pour remercier le Secrétaire Général pour ses rapports sous ce point.

3. Ma délégation s’associe aux déclarations faites par l’Egypte et par l’Equateur respectivement au nom du Groupe africain et au nom du Groupe des 77 et de la Chine sur ce même thème. Permettez-moi à présent de faire des observations à titre national.

Monsieur le Président,
4. Au Burundi, les femmes représentent plus ou moins 52% de la population totale. On comprend dès lors qu’il n’est point possible d’ignorer une proportion aussi importante et sa contribution et espérer atteindre un développement inclusif, durable, porteur de changement et ne laissant personne de côté.

5. En dépit d’un contexte difficile dû à des conflits récurrents, le Burundi a toujours démontré sa volonté d’améliorer les rapports hommes femmes surtout au niveau des postes politiques. Ainsi la constitution de 2005 fixe à au moins 30% la représentation des femmes au Sénat et à l’Assemblée nationale.Toutes les politiques qui sont élaborées tiennent compte de cette volonté.Nous avons notamment privilégié l’élaboration de la politique Nationale Genre (2012-2025), le plan d’action de la résolution 1325, la stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre en concordance avecle cadre stratégique de croissance et de lutte contre la pauvreté et la vision du Burundi 2025.
Monsieur le Président,

6. Ainsi, avec les élections de 2015, les sièges occupés par les femmes auGouvernement dépassent les 30%. Aujourd’hui les corps de défense et de sécurité comptent des femmes dans la catégorie des officiers supérieurs jusqu’au grade de Général, ce qui favorise la participation des femmes aux missions de maintien de la paix. Je rappelle en passant que le Burundi a plus de 6000 casques bleus en mission de paix dans le monde.

7.Pour les femmes rurales, le Burundi est conscient qu’il ne pourra jamais éliminer la pauvreté sans que la situation des femmes rurales ne soit améliorée et qu’elles ne participent entièrement dans la vie économique et politique du pays. C’est dans ce cadre que le gouvernement a mis en place un fonds de garantie pour l’octroi des micros crédits aux femmes en associations pour le développement des activités génératrices des revenus.

8. Par ailleurs le gouvernement continue de prendre des mesures et d’appuyer des projets de lutte contre les violences faites aux femmes. A titre d’exemple, le Burundi a adopté en 2016 une loi spécifique sur les Violences Sexuelles et un dispositif législatif visant à renforcer les sanctions à l’égard des auteurs des violences faites aux femmes est déjà en place.

Monsieur le Président,
9. Au niveau de l’éducation et de la formation de la femme, la politique du Gouvernement de réduire les disparités entre les garçons et les filles a produit des résultats satisfaisants car la parité filles-garçon a été atteinte.Pour garder cet élan, le Gouvernement s’emploie à trouver des solutions au problème d’abandon scolaire lié parfois à la situation économique des familles, aux grossesses prématurées chez les jeunes élèves.

10. Dans le domaine de la santé, l’extension du réseau des infrastructures sanitaires, la subvention des soins de santé pour les enfants de moins de 5 ans et les mères lors de l’accouchement ont contribué à réduire la mortalité infantile et la morbidité maternelle.

11. En matière de l’emploi, des mesures ont été prises en vue de garantir l’égalité de genres. Pour exemple, le recrutement dans les forces de défense et de sécurité est régi par une ordonnance réglementant la prise en compte du Genre dans cet organe et le taux d’enrôlement des femmes est passé de 0% à 10% (de 1995 à 2014) dans ce corps qui était jadis réservé uniquement aux hommes. Le gouvernement vient d’élaborer le Guide d’intégration du genre dans le plan national de réforme de l’Administration publique.

12. Concernant l’entreprenariat et le commerce, le Gouvernement encourage les femmes à embrasser les secteurs d’import-export, le commerce transfrontalier ainsi que d’autres services diversifiés.

Monsieur le Président,
13. En matière de consolidation de la paix, le pourcentage des femmes dans les équipes de médiation a augmenté au Burundi grâce à l’appui d’ONU-FEMME. Aujourd’hui, elles montrent leurs capacités de prévenir les violences dans leurs communautés et de consolider la paix et la sécurité.

14. Pour conclure,Mon pays le Burundi réitère son engagement ferme à renforcer ses acquis dans la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes et des filles tout en regrattant les sanctions injustes et unilatérales qui ont été imposées dans la précipitation au Burundi par l’Union européenne et qui ont un impact négatif sur la jouissance des droits économiques et sociales en général et sur l’épanouissement de la femme et de la fille en milieu urbain et en zones rurales en particulier.

Je vous remercie de votre aimable attention !

Retour
Discours: President et autres

Déclaration de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent de la République du Burundi après des Nations Unies devant la 3ème Commission de l’AG de l’ONU lors du débat général sur le point 68 de l’ordre du jour : « promotion et protection des droits de l’enfant »,

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves