AUJOURD'HUI
163
SEMAINE DERNIERE
2881
PAGES VUES
288580
TOTAL VISITES
280035

Le parlement poursuit son programme de contrôle de l’action gouvernementale

BUJUMBURA, 4 oct 2017 : Le premier vice-président de la République du Burundi, M.
Gaston Sindimwo a présenté ce mercredi, au parlement, le rapport trimestriel des ministères des domaines relevant de sa tutelle. Parmi les grandes contraintes rencontrées, il a souligné notamment le budget insuffisant, le manque de moyens pour faire des descentes sur terrain et le problème de changement des mentalités des bénéficiaires des réformes.

Malgré cela, les ministères concernés ont travaillé à la satisfaction du gouvernement, selon cette autorité. En effet, une note a été attribuée à chaque ministère. Le ministère en charge de la Sécurité publique vient en tête avec 87,35%, quand le ministère en charge des Affaires de l’East african community vient en dernier lieu avec 65,88%. Pour les six autres ministères, celui en charge de l’Intérieur a 81,73%, de la Bonne Gouvernance 80,2%, de la Justice et Garde des sceaux 79,52%, de la Fonction
publique 73,7% contre 70% pour le ministère des Relations extérieures et de la Coopération internationale et 67,85% pour celui en charge de la Défense nationale. A ce, un député a proposé que le parlement jouisse du droit de coter les ministères dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale.

Le gros des questions posées a concerné la lutte contre l’impunité, les précautions à prendre pour contraindre les Burundais de rentrer d’exil ainsi que les critères de sélection des bénéficiaires des bourses d’études fournies par le gouvernement. Les parlementaires ont par ailleurs demandé au service habilité d’essayer d’être rapide dans la délivrance des permis biométriques pour alléger les amendes lourdes imposées aux retardataires. Ils ont en outre proposé la sensibilisation pour la paix durable, afin de permettre le rapatriement volontaire en grands nombres, la révision des anciennes lois pour les adapter à la situation du moment comme le cas de la gestion des crédits bancaires, la traduction des codes et lois en langue nationale, la réglementation claire des différentes taxes comme le cas récent de taxation aux stationnements en mairie de Bujumbura.

Le président de l’Assemblée nationale, M. Pascal Nyabenda a par ailleurs insisté pour que le gouvernement face son mieux pour transmettre à temps les projets de lois à analyser.

abp

Retour
Discours: President et autres

Déclaration de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent de la République du Burundi après des Nations Unies devant la 3ème Commission de l’AG de l’ONU lors du débat général sur le point 68 de l’ordre du jour : « promotion et protection des droits de l’enfant »,

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves