AUJOURD'HUI
57
SEMAINE DERNIERE
2288
PAGES VUES
299786
TOTAL VISITES
294808

Ouverture du premier congrès de cardiologie au Burundi

BUJUMBURA, 30 sept 2017 : L’assistante du ministre de la Santé publique et de la Luttecontre le Sida, Mme Joselyne Nsanzerugeze a ouvert ce vendredi le 29 septembre 2017 à Bujumbura ,le premier congrès de cardiologie au Burundi organisé par la société Burundaise de cardiologie, sous le thème : "Prise en charge de l’hypertension artérielle " . L’assistante du ministre ayant la santé dans ses attributions a fait savoir que les maladies cardio-vasculaires constituent la première cause de mortalité dans le monde.

L’Afrique et le Burundi en particulier est en train de subir une transition épidémiologique. Par contre, les classiques maladies infectieuses et tropicales sont en nette diminution grâce à de nombreux efforts consentis par le gouvernement du Burundi en matière de vaccination avec comme conséquences la baisse de la mortalité infantile,ce qui permet à la majorité de la population d’atteindre l’âge adulte et le troisième âge, la prévention et le meilleure accès aux soins de santé primaires et des efforts déployés dans la lutte contre les maladies infectieuses les plus mortelles
telles que les programmes de lutte contre le paludisme, la tuberculose et le VIH-SIDA.

Mme Nsanzerugeze a aussi indiqué que le changement des modes de vie qui provient de l’exode rural, l’urbanisation, la sédentarité, l’alimentation riche en graisses, en sucreries, le stress et le tabagisme entraînent une émergence de plusieurs maladies chroniques et spécialement les maladies cardio-vasculaires et l’hypertension artérielle.

L’hypertension artérielle demeure la première pathologie cardio- vasculaire et constitue le premier facteur de risque des maladies cardio-vasculaires dans le monde et au Burundi. Les défis de la L’assistante du ministre de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida prise en charge des maladies cardiovasculaires et de l’hypertension artérielle au Burundi restent de taille, a-t-elle soulignée.

En plus la manque de données fiables ,avec absence de registres nationaux de l’hypertension artérielle, le manque quantitatif et qualitatif du personnel soignant, tous les spécialistes se trouvant
uniquement à Bujumbura, les lacunes dans la prise en charges des pathologies par les médecins généralistes et le personnel paramédical, la connaissance insuffisante des pathologies par la population Burundaise et autres. Tels sont quelques-uns des défis auxquels le Burundi est confronté dans la prise en charge de l’hypertension.

Mme l’assistante du ministre de la Santé a signalé que la société Burundaise de cardiologie avec l’appui du ministère de la santé et son programme des maladies chroniques vont contribuer à relever les défis de la prise en charge adéquate des maladies cardiovasculaires en général et de l’hypertension artérielle en particulier en renforçant la formation continue dans la prévention et la prise en charge de ces pathologies au Burundi.

Le cardiologue et président de l’SBC, Colonel Nimburanira Marc a précisé que la première stratégie c’est de communiquer, informer les professionnels de la santé de la prise en charge de l’hypertension artérielle, sa prévention, et continuer à informer la population sur le danger de cette maladie, et la population est demandée de faire le dépistage au moins une fois par an parce que c’est une maladie asymptomatique et cela pour tout le monde et même les enfants. La SBC a été agrée le 16 janvier 2015 par l’ordonnance ministérielle N° 530/081 et fait partie des sociétés savantes Burundaises qui composent l’Association burundaise des spécialités médicales (ABSM).

abp

Retour
Discours: President et autres

Discours de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent du Burundi auprès des Nations Unies à l’occasion de la réunion du Conseil de Sécurité sur la situation au Burundi,

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves