AUJOURD'HUI
19
SEMAINE DERNIERE
2866
PAGES VUES
289332
TOTAL VISITES
281097

Vers la compétitivité des produits burundais sur les marchés régionaux et internationaux

BUJUMBURA, 27 sept 2017 : L’Agence de promotion des investissements (API) a organisé ce mercredi à Bujumbura, un séminaire de sensibilisation sur les opportunités d’exportation offertes aux produits burundais à l’intention des entreprises exportatrices et celles potentiellement exportatrices qui présentent une bonne éthique de développement des activités commerciales.

Etaient également invités un officiel de chacune des institutions qui interviennent dans le processus d’exportation, à savoir les ministères en charge du Commerce et de l’Industrie, de l’Agriculture et de l’Elevage, des Affaires de la Communauté est africaine, la Banque de la République du Burundi et le Bureau de normalisation et de contrôle de la qualité.

Le but de la sensibilisation était d’inviter les industries à améliorer la qualité et la quantité des produits pour être compétitives sur les marchés établis par les différents partenariats régionaux et internationaux.

Le directeur de l’API, M. Didace Ngendakumana a, à cette occasion souligné que le Burundi attend beaucoup des opérateurs économiques, notamment la lutte contre la pénurie des devises et N° 10319 Le président de l’Assemblée nationale (à dr.) en audience avec le nouvel ambassadeur de Chine autres aléas conjoncturels du moment. Les opérateurs économiques peuvent s’y inspirer pour être responsables de leurs destins et des auteurs du développement.

M. Ngendakumana a par ailleurs déploré le fait que la grande partie des exportations soit constituées par des produits sous forme de matières premières ou des produits transformés, mais avec un niveau très bas de valeur ajoutée. Il s’est appuyé sur un exemple de 2015 où des peaux brutes d’une valeur d’environ 2.476.000 dollars américains ont été exportées contre seulement 1.135.000 dollars américains. Il a ainsi invité les opérateurs économiques à s’investir dans la transformation des produits en y mettant de la valeur ajoutée pour faire face à la concurrence des produits des pays membres des partenaires économiques existants. Dans tous les cas, l’API souhaite que soient réduites les importations de certains produits comme les tomates, les jus, le sucre, les savons, l’huile de toute sorte, les produits laitiers, les poissons, les matériaux de construction, les produits textiles, le matériel ou objets en plastique.

Parlant des défis qui désavantagent le Burundi, le directeur de l’API estime, cependant, que le Burundi peut avancer sûrement grâce à plusieurs atouts dont il regorge en termes de ressources naturelles et de sa position sur le lac Tanganyika qui offre une large ouverture aux marchés importants de la sous-région.

Le problème lié au manque de courant électrique est en train d’être résolu, a-t-il ajouté, en invitant les opérateurs économiques burundais à augmenter la production qualitative et quantitative pour entrer en compétition avec les partenaires régionaux et internationaux.

abp

Retour
Discours: President et autres

Déclaration de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent de la République du Burundi après des Nations Unies devant la 3ème Commission de l’AG de l’ONU lors du débat général sur le point 68 de l’ordre du jour : « promotion et protection des droits de l’enfant »,

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves