AUJOURD'HUI
8
SEMAINE DERNIERE
2269
PAGES VUES
177609
TOTAL VISITES
139059

Poursuite des négociations entre les parties prenantes du processus électoral de 2015

Bujumbura, 17 juil 2015 : Les négociations entre les parties prenantes du processus électoral burundais de 2015, qui ont été relancées mercredi soir à Bujumbura sous l’égide du nouveau facilitateur sur la crise politico-sécuritaire burundaise et chef d’Etat ougandais, Yoweri Kaguta Museveni, se sont poursuivies jeudi soir dans la capitale burundaise sous la direction du ministre ougandais de la Défense, Kyonga Crispus, en qualité de représentant spécial du facilitateur.

Le secrétaire général de la Communauté Est-Africaine (CEA) dont le Burundi fait partie, le rwandais Richard Sezibera, a déclaré dans une brève communication à l’ouverture des travaux en étant assis à côté du médiateur Kyonga, que les négociations vont se dérouler "à huis-clos" pour être "plus efficaces".

La veille, au cours d’une cérémonie solennelle de relance des pourparlers inter burundais, le facilitateur Museveni, a annoncé dans un point de presse, que le parti au pouvoir, l’opposition et la société civile, ont accepté de négocier de façon "intensive, continue et rapide", afin de parvenir à un accord.

"Toutes les parties burundaises ont accepté de négocier sur les points de désaccord afin d’évoluer rapidement vers un compromis politique", a insisté le président Museveni.

Toutefois, le président Museveni, qui a été désigné nouveau facilitateur sur la crise burundaise par le 3ème sommet de la CEA sur le Burundi le 6 juillet dernier à Dar-Es-Salaam (Tanzanie), s’est gardé à fixer un échéancier précis pour la durée et la clôture des ces pourparlers inter burundais.

Le président Museveni, n’en est pas à sa première médiation sur le Burundi. En effet, le 28 août 2000 lors de la signature de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi (AAPRB), le président Museveni avait incarné le parrainage régional pour cet accord de paix, en qualité de président de l’Initiative Régionale de Paix sur le Burundi.

Le médiateur Kyonga a consacré la première soirée au recueil des avis des parties prenantes du processus électoral sur le calendrier et l’ordre du jour convenables pour les négociations.

Par ailleurs, le ministre Kyonga, ont rapporté certains participants, a ordonné de travailler en commissions selon les diverses sensibilités politiques (pouvoir et opposition) afin que l’on puisse évoluer rapidement vers un compromis politique pour une sortie de crise.

Cependant, le porte-parole du gouvernement burundais et secrétaire général du gouvernement, Philippe Nzobonariba, a publié jeudi soir à Bujumbura une déclaration où il a réaffirmé qu’en dépit du dialogue politique en cours, le scrutin présidentiel prévu le 21 juillet prochain, devra se tenir coûte que coûte à cette date.

M. Nzobonariba en a profité pour appeler la population burundaise à se préparer sérieusement à cette échéance électorale.

De son côté, la présidente de l’Union pour le progrès national (UPRONA,), Concilie Nibigira, a plaidé qu’en vue d’une sortie de crise au Burundi, tout devait être fait pour " le respect de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi (AAPRB) et de la constitution qui en découle, dans le fonctionnement des institutions afin de garantir un réel partage du pouvoir".

Source:ABP

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves