AUJOURD'HUI
71
SEMAINE DERNIERE
2177
PAGES VUES
299408
TOTAL VISITES
294434

Burundi-Sénat : Adoption de deux accords de prêts pour le bitumage de la RN 16 Bururi-Mahwa-Gitega

BUJUMBURA, 24 août 2017 : Les sénateurs burundais ont analysé et adopté jeudi à l’unanimité deux projets de loi portant ratification par la République du Burundi de deux accords de prêts relatifs au projet d’aménagement et de bitumage de la route nationale n° 16 Bururi-MahwaGitega, phase 1 Bururi-Gakuba.

Le 1er projet de loi concerne l’accord de prêt signé le 24 mai 2017 entre la République du Burundi et la Banque Arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA). Le 2ème projet de loi concerne l’accord de prêt n° 12744p signé à Vienne le 15 mai 2017 entre la République du Burundi et le fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID). Cette 1ère phase Bururi-Gakuba va coûter 48,6 millions de dollars américains, soit plus de 77 milliards de FBu. Chacun de ces bailleurs s’est engagé à accorder un prêt de 15 millions de dollars américains, à côté du Fonds saoudien pour le développement (FSD) qui a promis le même montant même s’il n’a pas encore signé l’accord de prêt. De son côté, le gouvernement burundais fournira 3,6 millions de dollars.

Selon le ministre des Transports, des Travaux publics et de l’Equipement, M. Jean Bosco Ntunzwenimana qui a exposé aux sénateurs l’intérêt de cette œuvre, le projet de construction de cette route nationale n°16 est subdivisé en deux tronçons, à savoir le tronçon 1 Bururi-Gakuba et le tronçon 2 Gakuba-Gitega. C’est un projet qui présente un intérêt économique très appréciable en matière de désenclavement du pays.

La route va renforcer notamment la liaison entre les régions du sud du pays et les régions du centre et du nord. Le transport des produits en provenance du sud ou de l’ouest comme l’huile de palme et le poisson du Lac Tanganyika sera rapide. La route va réduire le coût de transport et développer les échanges commerciaux entre le Burundi et la Tanzanie.

Le ministre Ntunzwenimana a précisé que La BADEA et l’OFID ont déjà concrétisé leurs promesses tandis le 3ème bailleur, en l’occurrence le Fonds saoudien pour le développement (FSD) n’a pas encore concrétisé sa promesse de financement. Le gouvernement burundais espère que l’accord de financement avec le FSD pourra être disponible après la tenue de son prochain conseil d’administration de cette année. Le gouvernement poursuit, en même temps, la recherche du financement de la 2ème phase Gakuba-Gitega. Le Fonds saoudien pour le développement a promis de financer ce tronçon.

Constatant que ces projets de loi sont soumis à l’analyse au moment de l’expiration des délais de ratification, les sénateurs ont recommandé au gouvernement, à l’Assemblée nationale et au Sénat de traiter avec diligence les questions en rapport avec la ratification des accords pour éviter de dépasser les délais. Les sénateurs ont demandé au ministre en charge des travaux publics de veiller à la qualité des infrastructures construites pour que les cas des routes qui se détériorent juste après leur aménagement comme la route Ruyigi-Makebuko ou Bubanza-Ndora ne se reproduisent plus. Le ministre a répondu qu’aujourd’hui une importance est notamment mise sur l’épaisseur de la couche.

Un sénateur a déploré le manque d’infrastructures routières dans la province de Bujumbura (rural) malgré les promesses de hautes autorités de les construire. Il a voulu savoir les prévisions du ministère dans cette région. Le ministre a répondu que des études vont commencer prochainement en vue de la réhabilitation de la route Kiriri-Bugarama, dite Astrida notamment.

abp

Retour
Discours: President et autres

Discours de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent du Burundi auprès des Nations Unies à l’occasion de la réunion du Conseil de Sécurité sur la situation au Burundi,

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves