AUJOURD'HUI
226
SEMAINE DERNIERE
2475
PAGES VUES
269799
TOTAL VISITES
255221

Le deuxième vice-président plaide pour la validation du rapport national de priorisation des ODD

BUJUMBURA, 18 juillet 2017 : Le 2ème vice-président de la République du Burundi, Dr Joseph Butore, a plaidé mardi à Bujumbura pour la validation du rapport national de priorisation des Objectifs du développement durable (ODD) au Burundi pour la période 2016-2030.

En charge de la coordination des ministères socio-économiques au sein du gouvernement, le Dr Butore intervenait à l’occasion d’une cérémonie d’ouverture d’un atelier de validation du rapport national de priorisation des ODD au Burundi, élaboré en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

″La validation de ce rapport national de priorisation des ODD, constituera donc une étape très importante et très attendue pour notre pays, dans la mesure où ce sera une bonne opportunité pour le Burundi, de se doter d’un document d’orientation pour le développement durable″, a-t-il précisé.
Ce rapport national, ″réconforte et encourage″ les autorités burundaises dans leur ambition de concevoir des politiques et des stratégies devant conduire à la réalisation des ODD, auxquels le Burundi a souscrit à la 70ème assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en septembre 2015.
Initialement, les ODD parrainés par l’ONU au niveau mondial sont au nombre de 17 mais, au lendemain de la clôture des huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) fixés en 2000 pour une période de 15 ans par le ″Sommet du Millénaire″ de New-York, les autorités burundaises, sur proposition du comité national de pilotage des ODD en partenariat avec le PNUD, ont opté pour une priorisation de 15 d’entre eux.

Ces 15 ODD qui seront priorisés par le Burundi d’ici l’horizon 2030 sont : éliminer la pauvreté (ODD1), éliminer la faim (ODD2), vivre en bonne santé (ODD3), assurer l’accès à une éducation de qualité (ODD4), parvenir à l’égalité de sexes (ODD5), garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement (ODD6), garantir l’accès de tous à l’énergie (ODD7), assurer une croissance économique ″soutenue″ (ODD8), bâtir une infrastructure résiliente et une industrialisation durable qui profite à tous (ODD9), réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre (ODD10), garantir des villes et des établissements humains ouverts à tous, résilients et durables (ODD11), établir des modes de consommation et de production durables (ODD12), réussir la lutte contre les Le 2 ème vice-président de la République, Dr Joseph Butore lors de la validation du rapport national de priorisation des ODD changements climatiques (ODD 13), préserver et restaurer des écosystèmes terrestres (ODD15 et assurer l’accès de tous à la justice (ODD16).

En revanche, le Burundi a opté de ne pas prioriser l’ODD14 relatif à la conservation et à l’exploitation des océans, des mers et des ressources marines de manière durable aux fins du développement durable parce qu’il n’a pas accès à ces écosystèmes. De même, le Burundi n’a pas priorisé l’ODD17 portant sur le renforcement des moyens de mise en œuvre du partenariat mondial parce qu’il s’avère difficile ″d’avoir une main mise″ sur ce dernier.

″En dépit des efforts déployés en vue de l’atteinte des OMD, les différentes évaluations effectuées au cours de ces dernières années, montrent que dans la plupart des pays en développement, y compris le Burundi, les OMD ont eu un succès mitigé et n’ont pas, par conséquent, atteint les performances souhaitées″, a-t-il reconnu.

Pour accélérer la réalisation des OMD, a-t-il expliqué, les pays membres de l’ONU dont le Burundi, se sont ainsi dotés de ce nouveau cadre d’objectifs (les ODD) fixés sur la période 2016- 2030 pour trouver des solutions sur les objectifs non atteints par les OMD dans la lutte contre la pauvreté en vue d’un développement durable.

″En réfléchissant sur les causes de ce succès mitigé des OMD, les membres de l’assemblée générale de l’ONU réunis en septembre 2015 à New-York, ont conclu que la raison principale de non atteinte des OMD, tenait au fait que les bénéficiaires de ce programme, n’avaient pas été consultés lors de ce montage″, a ajouté le deuxième vice-président.

C’est pourquoi, a-t-il révélé, dans le cadre de l’élaboration de l’Agenda post-2015, le Burundi a déjà initié un ″processus de consultations, transparent, ouvert et sans exclusion″ en vue de la participation de multiples parties prenantes à travers trois centres fixés au niveau du pays.

Sur ce, il a cité le centre-sud comprenant des représentants des provinces de Makamba, Bururi, Rutana et Mwaro, le centre-est où l’on a regroupé des délégués des provinces de Gitega, Ruyigi, Cankuzo, Karusi, Bubanza et Bujumbura, ainsi que d’autres venus du nord-ouest regroupant les provinces de Ngozi, Muyinga, Kirundo, Kayanza, Cibitoke et Muramvya.

Le 2 ème vice-président de la République a signalé également que le rapport issu de ces consultations populaires, a été bien apprécié par les Nations Unies, à telle enseigne que le Burundi a été choisi parmi les 15 pays africains appelés à mettre en œuvre l’agenda post-2015 incarné par l’atteinte des ODD d’ici l’horizon 2030.

abp

Retour
Discours: President et autres

Ijambo Nyenicubahiro Umukuru w’Igihugu ashikirije Uburundi n’amakungu mu kwigina imyaka 55 y’Intahe y’Ukwikukira

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves