AUJOURD'HUI
22
SEMAINE DERNIERE
2329
PAGES VUES
298083
TOTAL VISITES
292683

Le rendement de l’OBR s’élève à 115% au cours du 1er trimestre 2017

BUJUMBURA, 15 juil 2017 : Le ministre des Finances, du Budget et de la Privatisation, M. Domitien Ndihokubwayo a répondu, vendredi le 14 juillet 2017 à l’hémicycle de Kigobe, au cours d’une séance de questions orales à l’Assemblée nationale (AN), aux questions des députés relatives au rapport présenté par la commission des comptes publics et des finances, des affaires économiques et de la planification, après les descentes effectuées dans les provinces du pays pour s’informer sur les performances et les contraintes de l’Office burundais des recettes (OBR).

Selon le rapport de la commission, cette dernière a effectué, en dates du 10,11 et 12 avril et du 20 et 21 juin 2017, des descentes auprès des différents postes de l’OBR tels que Ruhwa, Aéroport international de Bujumbura, Kobero, Gasenyi, Gahumo, Kanyaru haut, Nyanza-lac, Rumonge, Kayogoro, Giharo, Gitega, Mabanda et Gatumba. Les quatre commissariats de l’OBR qui sont celui des douanes et accises, celui des taxes internes et les recettes non fiscales, celui des enquêtes, des renseignements et gestion des risques ainsi que celui des services généraux, travaillent en synergie, ce qui a fait que l’OBR puisse avoir un rendement de 115% au cours du premier trimestre 2017. L’OBR a donc pu collecter, selon ce rapport, 170.782.187.783 FBu sur 149.794.894.852 FBu prévus.

Le rapport apprécie aussi le travail abattu par le personnel de l’OBR et les relations que cette institution maintient avec d’autres agences de contrôle financier quand bien même de petites mésententes dues aux conflits de lois ne manquent.

Il donne l’état des lieux sur la collecte des fonds à quelques postes de l’OBR. Les plus félicités sont le poste de Kobero qui enregistre mensuellement entre 2 et 2.5 milliards, celui de l’Aéroport international de Bujumbura avec plus d’un milliard, celui de Gitega avec deux milliards (fonds du carburant inclues), celui de Gasenyi entre 600 et 800 millions, celui de Ruhwa et Rumonge avec 70 millions chacun ainsi que celui de Gahumo avec 10 à 23 millions par mois.

Ce rapport mentionne également pas mal de problèmes auxquels l’OBR fait face. Il cite entre autres l’insuffisance du personnel et du matériel (scanners, machines de suivi électronique, ponts bascules), l’impossibilité de contrôler toute la bordure du lac Tanganyika et le long des frontières burundo-tanzaniennes, l’implantation de quelques bureaux loin des frontières favorisant la fraude, la connexion internet qui n’est pas rapide, l’usage de faux certificats d’origine par quelques commerçants, quelques documents délivrés seulement à Bujumbura (le Numéro d’identification fiscale, le registre de commerce et la non-redevabilité), le pont de Gatumba qui n’est pas en mesure de laisser passer des camions lourds.

A toutes ces inquiétudes, M. Ndihokubwayo a fait savoir que l’OBR n’emploie que 850 personnes mais qu’avec la contrainte financière qu’a connue le Burundi, on ne peut pas recourir à l’accroissement du personnel pour l’OBR alors qu’il y a d’autres secteurs qui ont plus besoin de fonds. Il a ensuite fait savoir que cette insuffisance est due à l’ouverture de nouvelles agences.

Quant à la double taxation (l’une par l’OBR et l’autre par les communes), le ministre Ndihokubwayo a expliqué que c’est juste un conflit de lois burundaises qui admet que quelques revenus soient directement acheminés vers les communes tandis que pour le problème de contrôle des sacs à mains à l’Aéroport international de Bujumbura, il a promis d’inciter l’OBR, l’Air Burundi, la SOBUGEA et l’Autorité de l’aviation civile à une étroite collaboration pour éviter toute fraude à cet endroit.

M. Ndihokubwayo a déclaré que la décision de mettre quelques produits alimentaires en exonération a été bénéfique et que ces produits sont suffisamment entrés. Il a cité entre autres plus de cent tonnes de maïs entrées, du riz et du haricot. Il a conclu en demandant à chaque Burundais de dénoncer toute fraude et aux commerçants de faire recours aux déclarants bien reconnus dans le dédouanement de leurs marchandises. Selon le président de l’Assemblée nationale, M. Pascal Nyabenda, l’OBR devrait, dans la mesure du possible, augmenter son personnel pour produire plus.

abp

Retour
Discours: President et autres

Discours prononcée par S.E Pierre Nkurunziza, Président de la République du Burundi et Commandant Suprême des FDS burundaises à l’occasion de la 7ème Conférence Panafricaine des Associations des Policiers Chrétiens, édition 2017

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves