AUJOURD'HUI
2
SEMAINE DERNIERE
2898
PAGES VUES
289238
TOTAL VISITES
280741

Une émission publique des porte-paroles des institutions s’est déroulée à Cankuzo, la deuxième de cette année en cours

Cankuzo, 16 juin 2017 (DWG) : Les porte-paroles de différentes institutions de l’Etat du Burundi ont animé une émission publique ce 16 juin 2016 à partir de la province de Cankuzo. Les questions en rapport avec le dialogue inter burundais, la révision de la constitution, la sécurité, le redéploiement des enseignants, les activités de la commission vérité réconciliation (CVR), la santé, l’éducation, l’intégration pour ne citer que celles-ci ont été évoquées par les journalistes et le public.

La révision de la constitution ne devrait inquiéter personne

Le porte-parole du président de la république M. Jean Claude Karerwa a présenté les salutations de son Excellence Monsieur le Président de la République du Burundi Pierre Nkurunziza, qui a appelé les Burundais à la mise en place de jardins potagers pour la lutte contre la faim durant la période de la saison sèche. Il recommande la sauvegarde de l’environnement par la lutte contre les feux de brousses. Le chef de l’état invite les élèves qui s’apprêtent à débuter les grandes vacances à ne pas se laisser distraire par(…) mais plutôt à participer activement aux travaux des camps de travail. Le numéro un burundais rassure la population que tout ce qui a été exprimé à travers les différentes rencontres de dialogue inter burundais auront des réponses appropriées. Le chef de l’état interpelle tous les burundais à participer aux activités de la commission vérité réconciliation (CVR).

En réponse aux questions des journalistes, le Porte-parole du président de la République a souligné que même si la CNDI a présenté son rapport après les consultations à l’intérieur du pays et dans quelques pays à l’étranger, quiconque voudrait donner sa contribution pourra actuellement le faire au lieu de se plaindre. Concernant le travail de révision de la constitution, le porte parle du Gouvernement a précisé qu’il est impératif de changer certaines dispositions de cette constitution pour éviter de tomber dans les querelles vécues en 2015. M Nzobonariba affirme que ceux qui retardent les pourparlers d’Arusha sont ceux-là qui veulent arriver au pouvoir sans passer par les élections et non le Gouvernement du Burundi. Selon lui, pour faire avancer le dialogue inter burundais, il faudrait l’organiser dans le strict respect de la loi burundaise et internationale. Il ajoute que cette révision ne devrait inquiéter personne surtout que sous d’autres cieux la révision de la constitution ne cause pas de problème.

Il a été clair que le processus de révision de la constitution ne vient aucunement pas répondre à la volonté du chef de l’état pour se porter candidat aux élections prochaines prévues en 2020. Le porte-parole du président M. Karerwa précise que la volonté du peuple est à respecter.

Désiré Musharitse, Porte-parole du Ministère des Finances dit que le processus d’ajustement salarial va se poursuivre en faveur des fonctionnaires dont les rémunérations sont inférieures à celles des enseignants de même qualification.

Le Burundi a honoré ses engagements

Le Porte-parole du Ministère des Affaires de la Communauté Est Africaine M. Ndimurukundo Pierre, a indiqué que le Burundi n’a pas de dette au sein de la communauté. Dans ses argumentes, il a affirmé qu’avec l’an 2017, le Burundi s’est engagé à décaissé plus de 13 milliards constituant la contre partie du Burundi dans cette communauté. Le Burundi s’apprête à vider la question vers la fin de l’année en cours. Il a en outre noté que le Burundi n’est pas le dernier à contribuer. Selon lui, le Burundi est parmi les fidèles contribuables membres de la communauté, a-t-il déclaré. Monsieur Philippe Nzobonariba, le Porte-parole du Gouvernement a ajouté que les intérêts du pays sont suffisamment protégés.

Le Conseil des Ministres a recommandé de revoir le projet de texte

Concernant le secteur des médias, un journaliste a évoqué la loi sur la presse en cours de révision. M. Nzobonariba a répondu que ce point a été précédemment étudié par le Conseil des Ministres. Pour lui, la loi a été étudiée par les experts en communication. La recommandation du conseil a été de revoir le projet de texte. Une période d’un mois a été donnée pour que les concernés puissent insérer les doléances et observations de tous pour une bonne mise en exécution sans faille. Dans ce même contexte Madame Agnès Bangiricenge, porte-parole du Ministère de la Justice a annoncé qu’en ce qui concerne le dossier des stations de radios en conflit avec la loi, la commission mise en place à ce propos a déjà transmis le rapport à qui de droit. La suite sera communiquée par les organes habilités.

Le processus de redéploiement des enseignants se poursuit

Dans le secteur de l’éducation, le Porte-parole, M Juma Edouard dudit ministère a précisé dans ses interventions qu’il y a la différence entre un diplôme et un certificat. En effet, les diplômes sont réservés aux élèves qui terminent les enseignements techniques pour attester leurs compétences professionnelles et le certificat est attribué au reste du groupe d’élèves, le but étant de permettre a cette catégorie de gens à pouvoir poursuivre leurs études au niveau supérieur par la passation de l’examen d’Etat. M Juma Edouard, se souvient que cette pratique date de longue période.

M. Juma Edouard a précisé en outre que le travail de redéploiement des enseignants est très pertinent pour que le Ministère ait l’idée sur le personnel. C’est aussi une mesure de promouvoir la bonne gouvernance des moyens de l’Etat. Pour lui, c’est une forme de la mise en pratique de la justice pour tous en évitant les fonctionnaires pléthoriques qui perçoivent indûment les salaires.

A la question portant sur la recrudescence de l’insécurité dans la capitale Bujumbura, le porte-parole du Ministère de la sécurité publique Pierre Nkurikiye avoue que la police se donne corps et âme pour arrêter les criminels, il a donné une série d’exemples où la police a pleinement joué son rôle.

L’octroi de certificat de contrôle technique rentre dans le cadre du respect du règlement international

Madame Jeanne Mukengura porte-parole du Ministère des Transports a rappelé que la décision de contrôle technique de véhicule en vigueur s’applique au Burundi comme dans les pays de la communauté est africaine et même ailleurs. En effet, a-t-elle poursuivi, l’octroi de certificat de contrôle technique rentre dans le cadre du respect du règlement international. Elle a rassuré que les techniciens de l’Otraco sont bien outillés pour bien accomplir leur travail.

Monsieur Omer Niyonkuru, porte-parole du Ministre de l’Eau, a réagi sur le problème occasionné par la parcelle où s’érige le palais présidentiel à Gasenyi province de Bujumbura, qui s’étend sur une superficie de 200 hectares, comme le montre la loi de 2009. Il dit qu’une commission technique a été créée et les enquêtes sont en cours. Il conseille aux personnes qui essaient aujourd’hui de se trouver des abris dans cet endroit, d’approcher plutôt l’administrateur de la commune Mutimbuzi pour avoir la réponse.

Il recommande plutôt aux patients de s’approvisionner via les pharmacies

Concernant le secteur de la santé avec la découverte des médicaments dont les délais ont expiré, Dr Thaddée Ndikumana conseille les burundais à ne plus utiliser les médicaments vendus à la rue. Dr. Ndikumana recommande plutôt aux patients de s’approvisionner via les pharmacies dont une certitude de produits de bonne qualité est garantie. "Après Kinama, quartier Muramvya, il a été constaté que les gens de mauvaise intention se servent des produits périmés, un danger pour la vie", a-t-il souligné. Une commission composée des représentants du ministère de la santé publique, de la sécurité, de l’OBR et du Ministère de Commerce a été créée pour procéder à l’indentification et destruction ce mercredi 21 juin, des médicaments dont le délai d’utilisation a expiré.

En ce qui concerne la création de la banque pour soutenir les projets des jeunes burundais, madame Rosette, le porte-parole du ministère de la Jeunesse a annoncé qu’une commission d’experts a été créée pour analyse et faisabilité. Elle a rappelé que les jeunes devraient d’ores et déjà s’organiser et apprêter leurs projets.

Le porte-parole du président de la république a indiqué que le Bureau du président de la république compte construire au moins deux stades pour le volley et le basket dans chaque commune du pays. Les efforts de toute la population en travaux de développement communautaires sont attendus. A cet effet, le bureau de la présidence de la république promet la fourniture de différents matériels nécessaires pour gagner le pari. M Karerwa a en outre interpellé les particuliers et/ou le secteur privé d’investir dans la construction des stades, comme le fait l’association Messager FC. Notons que l’émission publique de ce vendre 16 juin est la deuxième en 2017.

Retour
Discours: President et autres

Déclaration de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent de la République du Burundi après des Nations Unies devant la 3ème Commission de l’AG de l’ONU lors du débat général sur le point 68 de l’ordre du jour : « promotion et protection des droits de l’enfant »,

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves