AUJOURD'HUI
2
SEMAINE DERNIERE
2898
PAGES VUES
289238
TOTAL VISITES
280741

Evaluation des résultats atteints au premier trimestre

RUTANA, 6 juin 2017 : Le directeur de la province sanitaire de Rutana (sud-est), Dr Marc Ndayiragije a indiqué vendredi dernier, dans une réunion de coordination des partenaires techniques et financiers œuvrant dans le secteur de la santé, que les résultats atteints au premier trimestre de cette année sont satisfaisants, jusqu’à hauteur de 90 pour cent.

Le Dr Ndayiragije qui s’exprimait au micro de l’ABP à l’issue des travaux a fait savoir que cette réunion avait pour but de procéder à l’évaluation du premier trimestre et parler des perspectives d’avenir, en partant des problèmes de santé relevés qui hantent la province et des solutions à y apporter. Pour lui donc, en dépit des résultats satisfaisants enregistrés, des imperfections ne manquent pas autant que des problèmes qui ont été relevés par les participants.

Parmi les problèmes auxquels le secteur de la santé fait face, il a été cité l’épidémie du paludisme qui évolue depuis le quatrième trimestre de l’année 2016 et qui, jusqu’ici, continue de faire parler de lui en particulier dans le district sanitaire de Rutana où près de 6000 cas sont enregistrés chaque semaine dans les structures de soin. A cela s’ajoutent d’autres indicateurs qui sont en souffrance, en l’occurrence le faible taux de couverture en consultation prénatale précoce au premier trimestre, le faible taux d’acceptation des méthodes de planning familial, le problème d’infrastructures insuffisantes au niveau des formations sanitaires comme l’exigüité des locaux pour l’hôpital de Rutana et l’absence de locaux pour le service de nutrition dans les centres de santé, sans oublier le problème de faible contribution communautaire au fonctionnement du système de référence contre référence, étant donné que la communauté devrait contribuer à hauteur de 2000 francs par ménage pour faire fonctionner les ambulances qui se trouvent aux différents hôpitaux.

Concernant la hausse du taux de couverture en consultation prénatale précoce au premier, il a été dit qu’en plus de l’intensification de la sensibilisation, il a été demandé aux responsables des centres de santé de prévoir des encouragements en nature, comme des pagnes, des tee-shirts, des seaux, des savons et autres cadeaux à donner aux femmes enceintes qui viennent en consultation prénatale précoce. Cela serait un moyen sûr et efficace pour sensibiliser et mobiliser les autres femmes à y répondre et à surmonter les « qu’en dira-t-on » et les tabous ainsi que les barrières liées aux us et coutumes du Burundi. Il en est de même pour la hausse du taux d’acceptation des méthodes de planning familial.

Pour ce qui est de la faible contribution communautaire au fonctionnement du système de référence contre référence, il a été dit que les responsables du secteur de la santé vont s’asseoir ensemble pour mener des sensibilisations accrues, et pourquoi pas, ne pas prendre des mesures contraignantes, afin que chaque ménage contribue à cette œuvre.

abp

Retour
Discours: President et autres

Déclaration de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent de la République du Burundi après des Nations Unies devant la 3ème Commission de l’AG de l’ONU lors du débat général sur le point 68 de l’ordre du jour : « promotion et protection des droits de l’enfant »,

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves