AUJOURD'HUI
22
SEMAINE DERNIERE
4153
PAGES VUES
277807
TOTAL VISITES
267573

Les femmes demandent à être représentées davantage dans le dialogue inter burundais piloté par l’EAC

BUJUMBURA, 10 mai (DWG) : Le « groupe Femmes », constitué par le Forum national des femmes (FNF), la Plateforme des femmes pour la paix et la sécurité (PFPS), Women in Action for Peace (WAP), Women Initiative for Development (WID) et COCAFEM/GL, ont animé ce mardi 9 mai 2017, au Sun Safari club hôtel, une conférence de presse pour informer l’opinion sur les attentes des femmes burundaises par rapport au processus de dialogue sous la médiation de la communauté de l’Afrique de l’Est (EAC).

Ce groupe qui a représenté les femmes à l’entrevue à huis clos avec l’équipe de la médiation qui a rencontré différents groupes de Burundais le 5 mai 2017, à l’hôtel Panoramique, demande l’accréditation des représentantes des femmes burundaises au dialogue inter burundais, en tant qu’entité représentative autonome des femmes en dehors des partis politiques et de la société civile.

Il demande également la prise en charge de ses représentantes participant au processus de dialogue et ses experts au même titre que les autres délégations, ainsi que l’augmentation du nombre de femmes participant au dialogue afin qu’il passe de 14 à au moins 30 femmes par rapport à plus de 100 hommes et femmes représentant d’autres groupes.

Ce groupe femme demande également que tout soit mis en œuvre pour que le rapatriement des réfugiés soit organisé et qu’il tienne compte des besoins spécifiques des femmes, avec une attention particulière à la réinsertion des femmes rapatriées.

A la question de savoir si les préoccupations des femmes qui seront présentées à la médiation incluent celles des milliers des femmes qui sont présentement en exil, les animatrices de la conférence ont indiqué que les consultations qu’elles ont menées auprès des femmes burundaises des collines en vue de collecter ces préoccupations, incluent les leurs car elles ont consulté leurs sœurs, leurs mères et leurs amies, qui savent ce qu’elles vivent.

Au sujet des femmes qui s’expriment dans les médias sur les préoccupations des femmes burundaises, à partir des pays étrangers où elles vivent en exil, le groupe des femmes a indiqué qu’il compte les approcher pour qu’elles puissent échanger et travailler ensemble.

D’après le groupe des femmes, depuis le début du dialogue, la participation des femmes burundaises dans le dialogue inter burundais n’est pas satisfaisante, ni en forme ni en nombre. Alors que normalement, la participation des femmes dans les mécanismes de paix et de développement se fait automatiquement, les quelques femmes qui participent au dialogue inter burundais ont dû demander à être invitées, en ordre dispersé.

Jusqu’aujourd’hui, poursuivent-elles, l’effectif de celles qui sont invitées comme représentantes des organisations de femmes ne dépasse pas 14, et elles sont classées dans la catégorie société civile.

Le groupe femme indique craindre que les avis des femmes en ce qui concerne leur pays ne soient pas pris en considération et que leurs priorités ne soient pas intégrées dans le dialogue. Elles rappellent que le cadre légal au niveau national, régional et international reste clair sur l’égalité homme-femme.

abp

Retour
Discours: President et autres

Ijambo rya Nyenicubahiro Umukuru w’Igihugu mu kwibuka imyaka 2 iheze Abarundi bitoreye indongozi

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves