AUJOURD'HUI
199
SEMAINE DERNIERE
2293
PAGES VUES
250021
TOTAL VISITES
226719

Les facteurs qui influencent la mortalité maternelle au Burundi

BUJUMBURA, 9 mai (DWG) : Le décès maternel trouve son origine dans plusieurs facteurs dont certains sont liés entre autres à la qualité de l’offre du personnel soignant par rapport à celle demandée par les patientes, à l’absence de la Consultation prénatale (CPN) précoce, à l’âge des mères qui accouchent, au niveau du personnel médical, a indiqué vendredi à Bujumbura le chef de service prestation clinique au Programme national de santé de la reproduction (PNSR), Dr Fabrice Kakunze, à l’occasion du partage et diffusion des résultats de recherches faites en santé de la reproduction au Burundi. En effet, a-t-il dit, personne n’infirme que la mortalité maternelle est l’un des cas douloureux au Burundi. Qu’il s’agit de la mort survenue avant, pendant ou après l’accouchement, la cause peut toujours être identifiée.

Dr Kakunze explique que les différentes recherches qui ont été faites ont révélé que malgré la gratuité des soins pour les femmes qui accouchent, on observe parmi elles, celles qui ne font pas la CPN précoce. Ce qui est à l’origine du manque de suivi de la mère dès la conception. Le chef de service prestation clinique au PNSR fait savoir que les résultats de la recherche ont montré que la qualité de l’offre fournie par les prestataires par rapport à celle demandée par les patientes est l’une des causes de décès maternel. Souvent, les infirmiers prennent beaucoup de temps pour venir en aide aux femmes, a-t-il affirmé. Il y a même des femmes qui accouchent par terre à l’hôpital. Dr Kakunze a donné un exemple d’une femme de Makamba (sud).

Aussi, le facteur âge de la mère et le nombre des naissances jouent un grand rôle dans les grossesses à risque, surtout quand la mère atteint 40 ans et plus, et quand elle n’a pas été suivie dès sa conception. D’autres facteurs sont le manque de comité de surveillance des décès maternels dans certains hôpitaux (même ceux qui sont disponibles ne sont pas fonctionnels) ; le manque de documents écrits sur les décès maternels ; l’absence de dossiers obstétriques ou registres pour retrouver certaines informations sur les décès maternels ; le manque d’outils adéquats dans certains services des urgences. Dr Kakunze a expliqué aussi que le paludisme, les infections et l’hémorragie sont également de principales causes de décès maternels après l’accouchement.

Signalons que les résultats des recherches ont montré que pour pallier à tous ces facteurs et causes de décès maternels, il faut renforcer la capacité du personnel médical, sans oublier de leur apprendre à bien communiquer et à bien accueillir les femmes enceintes ; de sensibiliser les femmes à faire les CPN précoces ; de mettre en place des comités de surveillance des décès maternels dans tous les hôpitaux provinciaux ; d’améliorer les soins maternels ; de rendre disponibles les documents écrits sur les décès maternels et surtout de sensibiliser la population sur la planification familiale.
abp

Retour
Discours: President et autres

Commemoration of the 26th anniversary under the theme "Let us consolidate National Unity, a shield for sustainable peace and development"

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves