AUJOURD'HUI
71
SEMAINE DERNIERE
2177
PAGES VUES
299408
TOTAL VISITES
294434

Des malfaçons et des malversations s’observent au barrage de Kajeke

BUJUMBURA, 5 mai (DWG) : Le ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Déo Guide Rurema a effectué jeudi le 4 mai, une visite de terrain sur un projet de construction d’un barrage d’irrigation à la rivière Kajeke dans la commune et province de Bubanza (nord-ouest), a-t-on constaté sur place.

Précisant que ce n’est pas un projet des bailleurs de fonds mais que c’est un projet du gouvernement burundais, M. Rurema a fait savoir que ce barrage doit, en principe, irriguer les champs des paysans sur une superficie de 3000 hectares (ha), quoique ledit barrage ait une potentialité de 6000 ha. Les travaux de construction de ce barrage qui avaient commencé en 2009 se sont arrêtés en 2013.

Le ministre a fait savoir qu’il est venu avec une équipe mixte des experts internationaux et des experts nationaux qui va faire une étude afin de se rendre compte des imperfections et des malfaçons situées à différents niveaux, que ce soit au niveau du réservoir et du canal principal qui doit conduire l’eau, mais aussi jusqu’au niveau des canaux d’irrigation. Pour M. Rurema, ces experts vont faire le diagnostic et l’évaluation générale et complète en se basant sur des matériaux sophistiqués, donc sur des notions scientifiques pour qu’ils puissent donner une idée de ce que le gouvernement peut refaire et comment le faire.

Le ministre Rurema espère que cette évaluation sur le diagnostic va se clôturer juste avant la fin de cette année 2017 avec des propositions concrètes. Il fait savoir que l’année 2018 sera consacrée à la mise en exécution des travaux et qu’au plus tard en 2019, on va commencer à irriguer les champs.

S’agissant de l’état de l’infrastructure, M. Rurema a déclaré qu’il y a des malfaçons et des malversations qui se sont observées. Pour lui, la preuve en est que certains matériaux comme les buses qui devaient constituer la conduite principale de l’eau sont déjà en état déplorable ainsi que certaines infrastructures qui sont déjà tombées par terre. Il a également indiqué qu’au niveau des canaux d’irrigation, la situation n’est pas du tout appréciable.

abp

Retour
Discours: President et autres

Discours de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent du Burundi auprès des Nations Unies à l’occasion de la réunion du Conseil de Sécurité sur la situation au Burundi,

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves