AUJOURD'HUI
1858
SEMAINE DERNIERE
2621
PAGES VUES
262379
TOTAL VISITES
244988

Célébration de la fête internationale du travail et des travailleurs dans les provinces

BUJUMBURA, 2 mai (DWG) Les cérémonies marquant la célébration de la fête internationale du travail et des travailleurs se sont déroulées lundi 1er mai à Bujumbura et dans les provinces du pays sous le thème « Mobilisons-nous pour le travail, source du développement de notre société ».

En mairie de Bujumbura, les cérémonies ont débuté par un long défilé des travailleurs des différentes institutions publiques et privées œuvrant dans la ville de Bujumbura. Dans son discours, le 1er vice-président de la République du Burundi, M. Gaston Sindimwo a indiqué que cette journée est célébrée en mémoire des travailleurs du pays de Chicago qui ont combattu en 1886 pour que les heures de travail soient diminuées jusqu’à huit. Il a ajouté que c’est une journée du rappel du rôle primordial du travailleur, d’évaluer les réalisations et les défis en vue de prendre des mesures adéquates se ramenant au progrès et au développement.

M. Sindimwo a également indiqué que la pauvreté est une réalité dans notre société et il faut savoir que c’est un combat de tout un chacun, d’où il a interpellé à la population de garder jalousement la récolte de la saison culturale B. Il a aussi demandé à toutes les entreprises et associations de notre pays de travailler en étroite collaboration avec l’Office burundais de l’emploi et de la main d’œuvre (OBEM) en vue de réduire le nombre de chômeurs qui s’accroît du jour au jour. Il a en outre demandé aux microfinances d’apporter leur contribution dans le développement de la société.

Quant à M. Salvator Nizigiyimana qui a représenté l’Association des employeurs du Burundi (AEB), il a demandé aux travailleurs de se donner corps et âme en vue d’augmenter la production. Il a également signifié qu’il faut une politique de multiplication d’emplois et des études approfondies dans tous les services de l’Etat pour choisir les sections et départements nécessaires à introduire dans les écoles afin de réduire le chômage. Car, ajoute-t-il, il est observé qu’il y a des diplômes qui n’ont pas de valeur actuellement. M. Nizigiyimana a demandé au gouvernement de faciliter les entrepreneurs qui veulent implanter leurs entreprises au Burundi.
M. Tharcisse Gahungu qui a représenté les travailleurs a fait savoir que le développement ne peut exister sans qu’il y ait consensus entre les travailleurs et les employeurs. Il a signalé que l’union fait la force, raison pour laquelle les employeurs et les travailleurs doivent prendre le temps de dialogue pour échanger sur les problèmes qui les hantent. Il a demandé le respect du code de travail et du statut général des fonctionnaires. Il déplore que certains employeurs n’accordent pas la permission aux syndicats de faire des réunions. Il déplore également l’arrêt de certains avantages des travailleurs comme les annales ou indemnités conjoncturelles. M. Gahungu demande au gouvernement que les closes issues du comité nationale de dialogue social soient mise en application dans les plus proches délais. Il a demandé aussi la libération des étudiants de l’Université du Burundi et de l’ENS ainsi que la suppression des peines infligés aux étudiants car l’Etat est responsable de ses citoyens.

Il est à signaler que les festivités de la journée internationale du travail ont vu la participation de différentes autorités dont l’ombudsman burundais et les corps diplomatiques et consulaires.
A Gitega (centre), les festivités marquant la journée internationale du travail et des travailleurs ont connu une participation massive des groupes socio professionnelles différentes sous la présidence du gouverneur de cette province, M. Venant Manirambona en compagnie de l’administrateur de la commune de Gitega, M. Valentin Nahimana, d’un représentant de la Confédération des syndicats du Burundi (COSYBU), M. Ruben Hezumuryano. Les cérémonies ont été ouvertes par un long défilé des travailleurs des secteurs publics et para parapublics en présence de plusieurs invités notamment des parlementaires, des responsables des corps de défense et de sécurité.

Dans son mot d’accueil, l’administrateur de commune de Gitega a apprécié l’accroissement des recettes communales. Ce qui a permis la réalisation de plusieurs projets de développement notamment la construction de l’Ecole technique secondaire de Karera, l’école de Bukwazo, l’extension du marché central en cours d’exécution, la construction d’un terrain de sport mixte pour des personnes handicapées et la réhabilitation d’un centre culturel. Certains de ces travaux sont exécutés avec l’appui des partenaires techniques et financiers.

L’administrateur communal a saisi cette occasion pour décerner des prix à certains cadres et agents de la commune qui se sont distingués dans leurs prestations. Les responsables des écoles et les lauréats des écoles qui se sont mieux classés au concours de la 9ème année et à l’examen d’Etat ont également été primés. Des prix ont été aussi remis à la titulaire du centre de santé de Rutegama, aux meilleures équipes de basketball et de football. Ces prix étaient constitués par des certificats de mérite et des enveloppes variant entre 50.000 et 100.000 FBu.

A son tour le représentant provincial de la COSYBU, M. Ruben Hezumuryano a demandé au gouvernement de sensibiliser les employeurs afin qu’ils respectent les dispositions du code du travail, du statut général des fonctionnaires et d’autres lois relatives au travail. Il a aussi plaidé pour l’amélioration des conditions de travail notamment le déblocage des annales gelées dans certains services, la mise en exécution des jugements rendus en rapport avec les litiges au travail. Il a dénoncé les cas de corruption constaté dans certains services.

De sa part, le gouverneur de Gitega, M. Venant Manirambona a transmis le discours du président de la République du Burundi qui demande aux travailleurs de redoubler d’ardeur dans les activités de leurs sphères respectives et dans les travaux communautaires pour le développement de leurs familles et de leur pays. Il a lancé un appel à tous les travailleurs à prester avec assiduité et abnégation, la meilleure voie aux questions de pauvreté. Il a invité les employeurs à encourager les meilleurs travailleurs et à amener sur la bonne voie les défaillants. Il a mis en garde ceux qui s’adonnent au favoritisme dans l’octroi de l’emploi tout en recommandant de privilégier la compétence.
Dans ses actions de lutte contre la pauvreté, le gouvernement va commencer un programme d’appui monétaire à 48.000 ménages démunis moyennant 20.000 FBu par mois pour une durée de 2 ans et demi. Ces ménages sont répartis dans quatre provinces pilotes dont la province Gitega. Cette activité sera étendue progressivement dans les autres provinces du pays. Le même message invite les responsables des différents secteurs à assurer un encadrement efficient des jeunes afin que ces derniers aillent de l’avant dans leurs initiatives de regroupement dans des associations de promotion de la culture entrepreneuriale.

A Cankuzo (est), le ministre des Travaux publics, des Transports et de l’Equipement, M. Jean Bosco Ntunzwenimana a félicité, lors de ces cérémonies, la province Cankuzo pour un pas déjà franchi dans le développement, souhaitant qu’à la prochaine occasion ces résultats auront triplés. Les députés et les sénateurs élus dans la circonscription de Cankuzo ont participé à ces cérémonies qui ont débuté vers 8 heures du matin par une messe d’action de grâce qui a été célébrée en l’Eglise Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Cankuzo suivie d’un long défilé de la population de Cankuzo.

Au stade de Buhumuza, Innocent Nyandwi administrateur communal de Cankuzo, a dans son mot d’accueil confirmé qu’un climat de paix et de sécurité règne dans sa commune. Toutefois, il a invité la population à ne pas dormir sur ses lauriers, car le maintien de la sécurité est un travail de tous les jours. Le représentant des syndicats des travailleurs en cette province qui a transmis le message du président de la COSYBU remercie le gouvernement d’avoir accepté le dialogue social et demande que cette voie puisse être poursuivie dans le cadre de résoudre d’autres problèmes encore en suspens pour le bien être des travailleurs et des entreprises.

Prenant la parole, le gouverneur de la province Cankuzo, M. Désiré Njiji a souhaité bonne fête à la population avant de prodiguer des conseils concernant notamment la lutte contre la paresse et la délinquance, les boissons prohibées, le gaspillage de la production agricole de la saison B, le concubinage, la protection de l’environnement, etc. Le ministre des Travaux publics, des Transports et de l’Equipement en même temps parrain de la province Cankuzo, M. Jean Bosco Ntunzwenimana a procédé à la lecture du message que le président de la République du Burundi avait transmis à la nation suivi par la remise des prix aux meilleurs prestataires issus des différents services. Il a félicité la population pour un pas déjà franchi dans le développement tout en souhaitant qu’à la prochaine occasion ces résultats auront triplés.

A Muyinga (nord-est), le ministre de l’Energie et des Mines, Côme Manirakiza a appelé la population de Muyinga, lors des cérémonies de la journée internationale du travail et des travailleurs à lutter contre la fraude, les malversations économiques et la corruption. Il a en outre demandé aux agriculteurs de lutter contre la disette qui fait parler d’elle dans certaines contrées du pays, par la bonne gestion de la récolte qui semble prometteuse pour la saison agricole B. Aux travailleurs, il a recommandé l’assiduité au travail avant de remercier tous ceux qui ont travaillé avec abnégation. Le ministre Manirakiza a en outre demandé aux chefs de sévices et à l’administration d’encadrer sans faille les travailleurs afin d’augmenter la production.

A Bubanza (nord-ouest), l’administrateur de la commune Bubanza, François Kazoviyo, s’est dit satisfait des réalisations qui ont été faites dans différents secteurs de cette commune. Il a demandé à ses dirigés de s’organiser en associations et de mener un travail synergique pour le développement durable. L’administrateur Kazoviyo lance un appel aux habitants de sa commune de donner leurs contributions afin de mettre en œuvre des projets de développement communal comme la construction du stade, des bureaux des chefs de collines, d’un marché moderne, et autres.

Selon le représentant communal de la COSYBU, Athanase Mashandari, le développement reste impossible lorsqu’il y a mésentente entre employés et employeurs. Il a demandé donc à l’Etat de sensibiliser des employeurs en faveur du respect de la loi et de la liberté des travailleurs, de renforcer le dialogue entre employés et employeurs, ainsi que l’indépendance de la magistrature. Le syndicaliste Mashandari déplore l’absence du respect des décisions des conseils de disciplines sur certaines écoles citant le cas du lycée Bubanza. Il a également déploré « la révocation en cascade » du personnel soignant dans des centres de santé. Le conseiller principal du gouverneur de la province Bubanza, a quant à lui repris le discours à la nation prononcé par le président de la République.

A Mwaro (centre-ouest), les cérémonies de cette journée ont été rehaussées par la présence du parrain de la province, le ministre de la Bonne gouvernance et de la Privatisation M. Serge Ndayiragije et la deuxième vice-présidente de l’Assemblée nationale Jocky Chantal Nkurunziza.

Dans son mot d’accueil, le gouverneur de cette province M. Jean Marie Nyakarerwa a indiqué que la population cohabite pacifiquement. Il a saisi cette opportunité pour exhorter cette dernière à protéger le sol en plantant des arbres sur tous les bassins versants et à augmenter la production.

Le représentant de la COSYBU M. Jean Berchmans Berahino a, dans son discours demandé aux employeurs de favoriser le dialogue et l’écoute des employés pour éviter les licenciements abusifs qu’on observe aujourd’hui et qui font que les entreprises paient cher en matière de dédommagement. Il a fustigé le manque de transparence dans les recrutements, la corruption et le détournement des deniers publics dont certains responsables des services étatiques sont responsables. M. Berahino demande la libération des représentants des étudiants du Burundi sous les verrous à Mpimba et l’annulation de la mesure de renvoi des autres et que le dialogue autour de la question de prêt bourse soit amorcé.

La deuxième vice-présidente de l’Assemblée nationale Jocky chantal Nkurunziza a répété in texto le discours du président de la République à l’occasion de la journée internationale du travail et des travailleurs adressé à la population dimanche dernier.
A Bururi (sud-ouest), les festivités marquant cette journée ont été rehaussées par le ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants Emmanuel Ntahomvukiye. La population, les fonctionnaires, les élèves ainsi que quelques députés, ont répondu présents dans les cérémonies marquant cette journée. Le gouverneur de la province Bururi a demandé au ministre de la Défense qui est le parrain de la province de Bururi, de plaider pour que les routes nationales reliant la province de Bururi à Gitega et Makamba soient goudronnées car elles faciliteraient la circulation des personnes et marchandises. Le ministre Emmanuel Ntahomvukiye a repris le discours du président à la nation et a lancé un appel aux réfugiés burundais de regagner le pays natal pour construire leur pays.

A Karusi (centre-est), les activités ont commencé par une prière animée successivement par un prêtre catholique, un pasteur pentecôtiste et un musulman, une prière qui a précédé le haussement des couleurs nationales, de l’unité et de la Communauté est africaine. L’administrateur de la commune Buhiga Mme Euphrasie Ntakarutimana, dans son mot d’accueil, a signalé que la sécurité est en générale bonne, que même la situation de disette est maîtrisée.

A son tour le gouverneur de province Mme Calinie Mbarushimana, est revenu sur les projets de développement en cours, particulièrement la construction du stade moderne de Karusi. Elle a félicité et encouragé les activités génératrices des revenus initiées par certains fonctionnaires et a invité toute l’administration, de la base au sommet, à lutter contre les « ligala ».

De sa part, le ministre Janvière Ndirahisha, a demandé aux parents, aux personnels de l’éducation et aux élèves de revenir sur les bonnes pratiques, les coutumes et les mœurs qui ont caractérisés nos ancêtres. Elle a lu le discours de circonstance du président de la République.

A Muramvya (centre-ouest), les cérémonies ont été rehaussées par la présence du 1er viceprésident du Parlement burundais, Agathon Rwasa en compagnie de la ministre du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme Pelate Niyonkuru ainsi que les élus du peuple de la circonscription de Muramvya et du gouverneur de la province Muramvya. Le gouverneur Emmanuel Niyungeko a félicité sa population pour avoir sauvegardé la paix et la sécurité, participé dans les travaux communautaires. Le représentant des travailleurs, Déo Nzeyimana a quant à lui demandé que le dialogue entre l’employé et l’employeur soit développé et consolidé.

Le premier vice-président du Parlement qui a repris le discours du président de la République a appelé la population à s’atteler au travail qui est une source de développement. Il a recommandé les enseignements de qualité afin de permettre l’esprit de compétitivité. Il a enfin donné des prix aux sept meilleurs travailleurs dans le secteur des mutualités de santé de la commune Bukeye.

A Rutana (sud-est l’évêque du diocèse de Rutana a fait savoir que cette journée est pour les chrétiens une fête de Saint Joseph, patron des travailleurs et tuteur de Jésus Christ.

Après cette messe, un long défilé a commencé devant l’église jusqu’au stade de Karindo où les groupes d’animation étaient présents pour agrémenter la fête.

Dans son allocution de bienvenue, le gouverneur de la province, M. Bède Nyandwi a fait savoir que la province vit dans le calme et tranquillité grâce à la bonne collaboration de la quadrilogie composée de la population, des autorités administratives, des corps de défense et de sécurité et de l’appareil judiciaire. Il a noté que même si les fonctionnaires sont assidus au travail, les inconvénients dus à l’insuffisance de matériels de travail pour plus de productivité ne manquent pas.

Pour sa part, le deuxième vice-président du Sénat Anicet Niyongabo a, en spécifiant ce qui concerne la province de Rutana, mis en garde ceux qui se cachent derrière les sectes religieuses pour enfreindre la loi. Il a cité nommément ceux qui sont appelés « Abasohoke » et « Abahamyajambo » qui se permettent de tout partager même l’impartageable comme la compagne.

abp

Retour
Discours: President et autres

Ijambo Nyenicubahiro Umukuru w’Igihugu ashikirije Uburundi n’amakungu mu kwigina imyaka 55 y’Intahe y’Ukwikukira

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves