AUJOURD'HUI
337
SEMAINE DERNIERE
2301
PAGES VUES
257121
TOTAL VISITES
236083

Atelier national sur la gouvernance comme stratégie de prévention des conflits

Bujumbura, 21 mars 2017 : Le deuxième vice-président de la République, M. Joseph Butore, a procédé ce mardi 21 courant, à Royal palace hôtel, à l’ouverture d’un atelier national de trois jours sur le thème « Gouvernance politique et administrative, économique, sociale et sécuritaire comme stratégie de prévention des conflits ».

Organisé par l’institution de l’ombudsman du Burundi, avec l’appui du système des Nations Unies et de l’ambassade de France au Burundi, cet atelier rassemble différentes personnalités du monde politique, des responsables du secteur de la sécurité et les intervenants dans les domaines administratif, social et économique, tant public que privé et provenant de divers horizons qui ont un rôle à jouer dans la recherche des voies de solution à la problématique de la gouvernance.

Il a pour objectifs spécifiques d’établir un état des lieux de la problématique de la culture de dialogue au Burundi et des capacités et espaces de concertation, d’analyser l’état de mise en oeuvre des stratégies de bonne gouvernance, de sensibiliser les principaux acteurs de la bonne gouvernance sur leurs rôles respectifs dans la prévention et la résolution pacifique des conflits, et de mettre en place des mécanismes de coordination et de suivi des structures en charge de la bonne gouvernance. L’autre objectif spécifique de cet atelier est de définir les principaux axes d’intervention de l’ombudsman pour la consolidation de la confiance au sein des couches sociales sur l’exercice des droits et libertés, en particulier dans l’espace public, et de dégager des recommandations à l’endroit de chaque acteur en vue de la consolidation d’un Etat de droit.

Le deuxième vice-président de la République, M. Joseph Butore a, dans son discours d’ouverture, indiqué que le gouvernement se réjouit de l’organisation de cet atelier « au moment où le peuple burundais, longtemps victime des conflits, a besoin de cette gouvernance politique, administrative, économique, sociale et sécuritaire comme stratégie d’asseoir une paix et un développement durables ».

Il a appelé les participants à approfondir, au cours de cet atelier, les moyens d’asseoir la gouvernance politique et administrative au Burundi, ceux d’améliorer la gouvernance sécuritaire dans tous ses aspects. Ils devront en outre s’enquérir des apports pour rendre effective la gouvernance économique, et savoir comment aider et soutenir la jeunesse devant les épreuves des enjeux socio-économiques et géostratégiques.

M. Butore a promis que le gouvernement soutiendra l’institution de l’ombudsman, plus particulièrement dans le suivi des recommandations qui lui seront adressées. Il a, par ailleurs, souhaité qu’à l’issue de cet atelier, le réflexe de la bonne gouvernance politique, administrative, économique, sociale et sécuritaire puisse inspirer durablement toutes les actions visant l’édification d’un Burundi paisible et prospère.

L’ombudsman du Burundi, M. Edouard Nduwimana, a fait savoir, dans son allocution, qu’à l’issue des différentes rencontres de prévention des conflits organisées par son institution, le constat a été que, en plus de l’aspect politique, les causes des conflits relèvent de la mauvaise gouvernance, qui est l’origine des crises répétitives ayant jalonné l’histoire du Burundi.

« Pour y pallier, des recommandations ont été formulées à l’endroit de l’institution de l’ombudsman, l’invitant à exercer le contrôle sur tous les services publics dans tous les domaines, suivant l’article 2 de la loi qui régit l’ombudsman et l’axe 3 de son plan stratégique 2012-2016 » , a poursuivi M. Nduwimana, ajoutant que c’est pour cette raison qu’au cours de son mandat, il entend renforcer cette action de contrôle du fonctionnement des entités administratives et de la bonne gouvernance, entendu sous son sens large, à savoir, administratif et politique, économique, social et sécuritaire.

Pour l’ombudsman Nduwimana, cet atelier veut contribuer à asseoir une culture de dialogue et de bonne gouvernance comme mode de prévention et de résolution pacifique des conflits, ainsi que de baliser la voie vers une consolidation de la confiance dans le cadre de l’espace démocratique, où les acteurs exercent librement leurs droits fondamentaux dans le respect des principes républicains de la légalité et de l’ordre public.

Cet atelier s’inscrit, selon lui, dans la ferme volonté de son institution de circonscrire la
problématique des conflits répétitifs qui ont frappé le Burundi en général et particulièrement celles qui entourent les échéances électorales, en vue d’ébaucher des voies de solution appropriées.

Les cérémonies d’ouverture de l’atelier, note-t-on, ont connu la participation d’un délégué du maire de la ville de Bujumbura qui a prononcé le mot de bienvenue, du coordonnateur résident du système des Nations Unies au Burundi, et de l’ambassadeur de la France au Burundi, qui ont également prononcé des allocutions.

abp

Retour
Discours: President et autres

Ijambo rya Nyenicubahiro Umukuru w’Igihugu yugura ihuriro ryo guhimbaza imyaka 10 Uburundi bwinjiye mu muryango wa EAC

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves