AUJOURD'HUI
158
SEMAINE DERNIERE
2282
PAGES VUES
257222
TOTAL VISITES
236278

Le MSPLS confirme l’épidémie de paludisme au Burundi

BUJUMBURA, 14 mars 2017 : Le ministre de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida, Mme Josiane Nijimbere a confirmé lundi, au cours d’une conférence de presse à Bujumbura, l’épidémie de paludisme au Burundi, sur base des conclusions d’une mission d’investigation des experts de l’OMS et de la dernière mise à jour faite par le système national de surveillance épidémiologique. Elle a précisé que 8.169.484 cas confirmés de paludisme sont notifiés au cours de l’année 2016 et frappant en particulier les provinces du nord et du nord-est, à savoir Kirundo, Muyinga, Karusi, Cankuzo et dans une moindre mesure Ngozi, Kayanza, Gitega, Rutana et Ruyigi.

Mme Nijimbere a également souligné qu’à la semaine du 1er janvier au 10 mars 2017, la mise à jour faite par le système national de surveillance épidémiologique, en étroite collaboration avec l’OMS, indique un total cumulé de 1.823.012 cas de paludisme notifiés, soit une augmentation de 13%, comparés à la même période de 2016. La ministre Nijimbere a aussi déclaré qu’une mission internationale d’investigation, commissionnée par le ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida (MSPLS) et conduite par l’OMS en janvier 2017 a constaté que l’augmentation des cas et des décès liés au paludisme a été progressive depuis l’année 2013, affectant principalement les provinces du nord et du nord-est du pays. La mission a noté que les seuils épidémiques pour la déclaration de l’épidémie ont été largement dépassés dans ces provinces, a poursuivi Mme Nijimbere.

Elle a en outre identifié plusieurs facteurs ayant contribué à l’ampleur actuellement observée parmi lesquels les changements climatiques et d’autres facteurs liés à la surveillance et l’utilisation non optimale des mesures préventives, telles que les moustiquaires imprégnées d’insecticides par les communautés, ainsi que l’expansion des cultures rizicoles ayant multiplié les milieux favorables à la multiplication des moustiques vecteurs du paludisme. S’agissant des cas de décès enregistrés depuis 2016, Mme Nijimbere a indiqué que 3.000 personnes sont mortes suite à cette épidémie.

Face à cette situation, une série d’actions ont été entreprises par le MSPLS et les partenaires. Il s’agit de finaliser un plan de riposte ayant une valeur de plus de 31 millions de dollars américains, et qui permettra de s’attaquer à l’épidémie sous plusieurs angles, pour la mobilisation sociale et des ressources additionnelles pour faire face à l’épidémie. Des commandes d’urgence en médicaments sont aussi en cours et d’autres intrants pour faire face à une pression sur la consommation des médicaments et d’un pré-positionnement en prévision d’une expansion de la zone de couverture en traitement, y compris les traitements de masse dans les zones ciblées.

S’agissant des perspectives d’avenir, le MSPLS envisage l’extension progressive de la couverture en traitement anti paludique à travers la dispensation des traitements à l’artesunate-amodiaquine dans les sites éloignés des centres de santé, jusqu’à couvrir 26 districts sanitaires, le traitement de masse dans 11 districts sanitaires les plus touchés ainsi que la campagne d’aspersion intra domiciliaire dans les zones éligibles.

Mme Nijimbere a terminé ses propos par une recommandation adressée à la population burundaise et celle des zones les plus touchées, de toujours dormir sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d’action et surtout de recourir aux structures de soins, dès l’apparition des symptômes, car le traitement est gratuit.

abp

Retour
Discours: President et autres

Discours de SEM l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent du Burundi apures de l’ONU du Briefing du Conseil de Sécurité sur la situation au Burundi, New York, 20 juin 2017

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves