AUJOURD'HUI
99
SEMAINE DERNIERE
2411
PAGES VUES
269995
TOTAL VISITES
255668

COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT SUR LE DIALOGUE INTERBURUNDAIS PREVU A ARUSHA DU 16 AU18 FEVRIER 2017

1. Le Gouvernement de la République du Burundi a reçu, en date du 13 février, une invitation de Son Excellence Monsieur William Mkapa, Facilitateur dans le dialogue interburundais, pour qu’il envoie des délégués dans la Session prévue du 16 au 18 février à Arusha en Tanzanie.

2. Le Gouvernement de la République du Burundi accuse bonne réception de cette invitation et remercie le Facilitateur pour son engagement à accompagner ce processus et sa promptitude à soutenir le peuple burundais chaque fois qu’il en a besoin. Le Gouvernement de la République du Burundi apprécie à sa juste valeur la détermination et les efforts désintéressés du Facilitateur, qui constituent le leitmotiv qui mènera à bon port le processus de dialogue interburundais en cours, ce qui a d’ailleurs été mis en exergue de la façon la plus claire qui soit lors de sa dernière visite de décembre 2016 à Bujumbura.

3. Tout en se félicitant de l’évolution appréciable du processus piloté par le Facilitateur William B. Mkapa, le Gouvernement de la République du Burundi trouve qu’il y a certaines irrégularités au niveau de l’organisation de la présente session et qui s’écartent de l’habituel esprit de concertation pour ce qui concerne l’établissement de la liste des invités ainsi que l’ordre du jour de la session. Ainsi, la présence des acteurs violents, notamment des putschistes recherchés par la Justice parmi les éventuels invités empiète sur la Souveraineté de la République du Burundi et des Lois qui régissent le pays, notamment la Loi sur les Partis politiques.

4. Par ailleurs, la présence présumée de certaines personnalités dans cette session, notamment M. Jamal Benomar, Conseiller Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, qui a été récusé par le Gouvernement de la République du Burundi et dont ce dernier attend le remplacement, ne garanti pas la sérénité des travaux de cette session.

5. Par voie de conséquence, le Gouvernement de la République du Burundi a décidé de ne pas envoyer de délégués à Arusha dans la session du 16 au 18 février 2017.Certes, les burundais ont besoin de la solidarité internationale mais doivent jouir de leur droit le plus absolu d’être respectés dans leurs choix et dans la conduite d’un processus de dialogue qui est le leur à part entière.

6. Le Gouvernement de la République du Burundi réaffirme son engagement à soutenir et à promouvoir la culture du dialogue, la lutte contre l’impunité et la préservation de la souveraineté nationale. A cet égard, le Gouvernement se réjouit de l’étape franchie par le processus du Dialogue Intérieur et dénonce toute démarche qui viendrait remettre en cause les résultats du consensus enregistrés à ce jour. Enfin, il lance un appel aux Burundais épris de Paix qui sont encore à l’étranger, de rentrer dans leur pays pour joindre leur contribution à celle de leurs compatriotes de l’intérieur, et ce pour bâtir un Burundi meilleur.

Fait à Bujumbura, le 15 Février 2017

Le Secrétaire Général du Gouvernement
et Porte Parole du Gouvernement

Philippe NZOBONARIBA.-

Retour
Discours: President et autres

Ijambo rya Nyenicubahiro Umukuru w’Igihugu mu kwibuka imyaka 2 iheze Abarundi bitoreye indongozi

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves