AUJOURD'HUI
262
SEMAINE DERNIERE
2843
PAGES VUES
230357
TOTAL VISITES
202134

LE PRESIDENT NKURUNZIZA FAIT LE POINT SUR L’ETAT DE LA NATION

Chers Compatriotes,

Amis du Burundi ;

1. L’année 2016 est derrière nous ; nous entrons en 2017 en paix et en sécurité. Nous rendons grâce à Dieu Tout Puissant qui a veillé sur le Burundi et le peuple burundais tout au long de cette année qui s’achève.

2. A tous les Burundais partout où ils se trouvent, ainsi qu’à tous les étrangers vivant au Burundi, nous souhaitons une bonne année 2017. Qu’elle soit pour nous tous, une année de la paix qui vient de Dieu.

3. Nous remercions toutes les Institutions étatiques en commençant par le Gouvernement, l’Assemblée Nationale et le Sénat, les Forces de Défense et de Sécurité, bref, tous ceux qui ont travaillé sans relâche pour que cette année se termine en beauté.

4. Le thème retenu pour l’année que nous commençons est : « Formons un front commun imperturbable pour consolider la paix et sauvegarder notre Indépendance ».

Chers Compatriotes,

Amis du Burundi ;

5. Voici que l’année 2016 s’achève et que l’année 2007 pointe à l’horizon. Depuis la nuit des temps, dans les conditions normales de paix et de sécurité, une nouvelle année a toujours été célébrée dans l’allégresse.

6. Au cours de cette année 2016, le Gouvernement a pu inscrire à son actif beaucoup de réalisations. Nous ne pourrions pas les citer toutes, mais nous voudrions revenir brièvement sur certains faits. Pour le reste, les différents Ministères et Départements prendront le soin d’en établir progressivement un bilan exhaustif.

7. Dans le domaine de la paix et de la sécurité : L’an 2016 a été caractérisé par la paix et la sécurité sur tout le territoire national.

 Le Gouvernement s’était fixé l’objectif de restaurer et de consolider la paix et la sécurité dans tout le pays. Comme d’aucuns peuvent s’en rendre compte, la paix et la sécurité sont des réalités à travers tout le pays. Nous devons cette tranquillité à la perspicacité et à la clairvoyance du Gouvernement, mais aussi à la participation active de toute la population.

 Plusieurs bandes de criminels ont été démantelées, des armes au service de ces assassins, saisies.

 Les Forces de Défense et de Sécurité ont veillé sur la paix et la sécurité jour et nuit.

 Beaucoup de réunions et ateliers de formation relatifs à la consolidation de la paix et la sécurité ont été organisés, permettant ainsi à la population d’être sensibilisée sur l’importance des ces idéaux qui constituent par ailleurs la source première du développement.

 Les Comités Mixtes de Sécurité ont été mis sur pied à travers tout le pays. Cela a été de grande utilité, surtout dans la ville de Bujumbura où le calme est revenu même dans les quartiers que les insurgés avaient pris pour bastions.

 En plus de la paix et la sécurité restaurées à l’intérieur du pays, il vous souviendra que les militaires Burundais ont continué leur mission de maintien de la paix dans d’autres pays tels que la Somalie, la Côte d’Ivoire, la République Centrafricaine, etc.

 Dans ce même secteur, le Gouvernement a fait fermement face à l’attitude des pêcheurs en eau trouble qui voulaient replonger notre pays dans la colonisation. Vous vous rappelez ici des mensonges et fausses informations rependus par le canal de certains journaux, des radios et télévisions qui n’avaient d’autres visées que de semer la zizanie et la discorde entre les citoyens burundais.

 Les propos distillés par certains burundais, et même des étrangers, étaient porteurs de ce venin visant à creuser la tombe pour le Burundi. Certaines mesures ont été arrêtées par nos détracteurs, qui avaient pour finalité d’ôter au Burundi sa dignité, et de lui priver de son droit à l’autodétermination en tentant d’envoyer de force des troupes étrangères au Burundi.

Ici, nous voudrions exprimer nos remerciements à toute la population burundaise qui, dans ses différences, s’est levée comme un seul homme pour exprimer sa désapprobation et son indignation. Nous remercions aussi les pays amis qui ont compris qu’il s’agissait d’une injustice contre le Burundi et son peuple, et qui ont par conséquent continué à nous soutenir. Que Dieu les bénisse.

Nous remercions également toute la population burundaise, et tout un chacun pour leur contribution pour consolider la paix et de la sécurité dans tout le pays. Nous remercions aussi les jeunes qui se sont désolidarisés des groupes des malfaiteurs pour se joindre aux autres pour participer à la construction du pays, et qui ont révélé tous les plans de cette méchanceté et pointé du doigt les instigateurs de l’insurrection et des tueries.

8. Nous nous souviendrons de cette année comme une période où Dieu a aménagé une voie sortie de pour nous au moment où l’ennemi creusait une tombe pour nous. Nul n’oublierait à quel point le Burundi a été injustement accusé, mis en quarantaine par ceux qui l’accablaient de préparation d’un génocide, alors que le souci des Burundais porte sur la connaissance de la vérité, la réconciliation et le développement. Nous savons maintenant que ceux qui propagent ces mensonges sur le Burundi sont ceux-là mêmes qui ont toujours endeuillé notre pays. Maintenant, nous savons que le génocide est leur plan, en aucun cas le plan des Burundais. Qu’ils gardent le génocide chez eux et dans leurs têtes !

9. Dans le secteur de l’économie : Même si certains ont imposé des sanctions économiques contre le Burundi, le Gouvernement a fait tout pour que la vie de la nation puisse poursuivre son cours normal.

 Les projets et programmes du gouvernement sont réalisés parfaitement, les salaires des fonctionnaires sont versés en totalité et à temps, sans compter sur l’appui budgétaire. L’office Burundais des recettes (OBR) a collecté plus de 635 milliards de nos francs, ce qui traduit une augmentation de plus de 60 milliards, soit près de 10.5% par rapport à l’année 2015. Nous honorerons toujours la mémoire de nos ancêtres, qui disaient : « On ne se lave mieux que lorsque l’on a soi-même puisé son eau », et ailleurs : « Quiconque incapable de voler à ton secours ferait mieux de te quitter le plus tôt possible ».

 Il a d’ailleurs été institué une journée dédiée au contribuable, qui sera célébré chaque année au mois de décembre. A cette occasion, les contribuables honnêtes seront primés, de même que ceux qui versent le plus d’impôts, ou bien qui créent beaucoup d’emplois.

 Les Communes reçoivent chaque année les 500 millions qui leur ont été promis pour aider au développement. Bref, tous les programmes de développement se sont poursuivis.

 Le Gouvernement a poursuivi son programme de lutte contre la corruption et les malversations économiques.

 Vous savez que les Burundais dépendent de l’agriculture et de l’élevage à plus de 90%. Le Ministère concerné a donné plus de 34.000 tonnes d’engrais chimique et à peu près 4.300 tonnes de dolomie à un prix abordable.

Il a en outre distribué des vaches, des chèvres et autre petit bétail de bonne race afin que la population puisse obtenir du fumier organique, augmenter la production et ainsi lutter efficacement contre la faim et la pauvreté. Nous remercions vivement les burundais qui ont pris l’initiative d’investir considérablement dans l’agriculture et l’élevage.
 Les groupements ont poursuivi leurs activités, et leur nombre va toujours croissant. Nous citerions ici les associations pour la fabrication des sacs, la transformation du maïs, le traitement et la conservation du riz, de l’huile, etc.

10. Dans le secteur de la santé publique, les femmes enceintes et les enfants âgés de moins de 5 ans ont continué à bénéficier gratuitement des soins de santé, et leurs effectifs sont allés croissants, passant de 61% en 2010 à 79% cette année.

11. Au regard des attitudes répréhensibles et des comportements malhonnêtes déjà observés dans ce domaine, le Gouvernement prendra des mesures qui conviennent afin que ce programme connaisse plus d’équité. Nous souhaitons que ce programme soit au service des citoyens burundais qui se conforment au Code des Personnes et de la Famille.

12. Le Gouvernement a poursuivi la distribution gratuite des moustiquaires, des médicaments antipaludiques, des antirétroviraux, des médicaments contre la tuberculose et la lèpre, et les enfants reçoivent régulièrement les vaccins prévus. Le Burundi est parmi les premiers pays africains pour ce qui est de la mise en œuvre de ces programmes cis mentionnés.

13. Dans le secteur de l’éducation, le programme de la gratuité de l’enseignement au niveau primaire ainsi que la distribution d’une certaine quantité de matériel scolaire a continué ; des écoles de métier ont été créées pour les lauréats de l’Ecole Fondamentale n’ayant pas été admis à l’enseignement post-fondamental. En plus de cela, des écoles d’excellence pour les plus doués ont été initiées à travers tout le pays.

14. Dans ce même secteur, on n’oubliera pas de mentionner les réalisations au niveau des Universités, des Instituts Supérieurs et des Ecoles Fondamentales. Il a été organisé des recyclages pour améliorer la qualité de l’enseignement surtout au niveau post-fondamental, de l’enseignement des métiers et des écoles d’excellence.

15. Le secteur des sports a lui aussi a connu des progrès remarquables.

- Les compétitions sportives se sont déroulées normalement, aussi bien à l’intérieur du pays que sur le plan international. Le Gouvernement a poursuivi son programme d’appui aux activités sportives et culturelles.
- Le Burundi a fait un pas en avant dans les compétitions internationales. On se souviendra ici des performances de l’athlète Francine NIYONSABA dans différentes compétitions, mais aussi d’autres athlètes qui ont honoré notre pays. Même dans d’autres disciplines, le Burundi s’est bien comporté. Nous pourrions évoquer ici le judo, le karaté, les matches opposant les Parlementaires de l’EAC, etc.

16. Sous le Chapitre de la Coopération, le Burundi a continué à élargir le cercle des amis, en fonction des intérêts du pays et des citoyens, présents et à venir. Depuis 2015, les relations entre le Burundi et certains pays tels que le Rwanda et la Belgique se sont détérioré à cause de ces mêmes pays. Nous demandons à ces pays de se ressaisir, qu’ils respectent les dispositions internationales en matière des relations internationales et de la souveraineté des pays, faute de quoi le Burundi est prêt à rompre sans délai toutes les relations qu’il entretient avec eux.

17. Il y a aussi des Organisations, des médias et des personnes se disant experts qui n’ont rien ménagé pour ternir l’image du Burundi par le biais des rapports faits de mensonges et de montages. Ils ont tous pour objectif de charger notre pays pour l’inculper à tort. Nous protestons encore contre ces agissements, et nous demandons aux tribunaux devant lesquels nous avons porté plainte de nous rendre justice. Bien plus, s’ils ne renoncent pas à leur campagne de diabolisation, toutes les mesures nécessaires pour cesser toute relation avec ces malintentionnés seront prises, pour le bien de notre pays.

18. Aucun pays indépendant ne peut digérer l’opprobre et le mépris dont notre pays a été l’objet. Nous avons officiellement annoncé que nous n’accepterons jamais une mise en application d’une mesure, quelle qu’elle soit, qui serait prise contre le Burundi sans que le Gouvernement soit consulté à l’avance. Nous le réitérons aujourd’hui, contre ce beau pays que nous devons de la bonté divine, aucune injustice, aucune médisance, aucun dénigrement ne sera toléré par le peuple burundais. A aucun instant nous n’accepterons de retourner sous la l’emprise coloniale, nous sommes indépendants.

19. Dans le secteur minier, il a été créé l’Office Burundais des Mines et des Carrières pour mieux organiser ce domaine. Nous voulons que le travail se fasse dans le respect de la loi, en association ; la production doit être connue, et les taxes versées. Il faut que le trésor public y gagne plus qu’avant.

20. Dans le but d’aider la population à augmenter ses ressources et à lutter contre la faim et la pauvreté, le Gouvernement a mis sur pied un fond spécial pour les microcrédits. Ceux-ci permettront l’implantation de petites entreprises et près de 5.000 citoyens ont déjà bénéficié d’un montant de 430.000.000 en provenance de ce fond spécial.

21. Nous saisissons cette occasion pour inviter toute la population à s’occuper davantage de l’environnement : plantons beaucoup d’arbres et protégeons-les, traçons les courbes de niveau, lutons contre l’érosion et sauvegardons nos terres cultivables et les rivières.

22. Pour que s’accomplissent les grands et petits projets dont la réalisation demande de l’énergie électrique, le Gouvernement a continué la construction des centrales hydro électriques sur les rivières Mpanda, Kaburantwa, Jiji, Murembwe et Rusomo. Des travaux sont également en cours pour alimenter en électricité différentes Communes, et nous envisageons faire des aménagements d’envergure pour l’utilisation de l’énergie solaire dans les Provinces de Gitega, Makamba et Rutana.

23. En ce qui concerne les villages, une étude est en cours pour servir en eau potable et assurer la propreté dans 20 villages, cela pour une meilleure salubrité et une planification du développement. Nous avons demandé aux propriétaires d’occuper leurs maisons dans les villages, sinon elles seront données aux autres, et nombreux sont les nécessiteux qui attendent.

24. Au cours de cette année 2016, les travaux de développement communautaires ont été poursuivis.

- Des routes macadamisées ont été construites, d’autres ont été réhabilitées.
- Toujours au cours de ces travaux avec l’aide de la population, le Gouvernement a construit des écoles primaires, des écoles secondaires, et même des Universités. On a construit des centres de santé, des hôpitaux, des bureaux pour l’Administration provinciale, communale, collinaire, des stades et terrains de jeux, des marchés, des villages, des adductions d’eau, etc. D’autres infrastructures ont été construites à travers tout le pays tels que les hôtels pour accueillir touristes et voyageurs, des églises, etc.
Depuis que nous avons commencé le programme des travaux communautaires, cette année s’est distingué en qualité et en quantité d’œuvres inaugurées.
- Les travaux de construction du Palais Présidentiel arrivent à un niveau d’exécution appréciable.
- Nous saisissons cette occasion pour exprimer nos remerciements à tous ceux qui continuent à appuyer le Burundi dans ses multiples travaux de développement.

25. Nous félicitons les Provinces de Cibitoke, Ngozi et Gitega qui se sont hissées au premier plan dans la conception et l’exécution des projets de développement en 2015. Nous félicitons également les Communes de Gihanga, Mutumba, Mwumba et Rumonge qui ont été classées premières. Nous demandons aux communes de Bururi, Mpinga-Kayove et Mukike qui ont été encore une fois classées dernières de se ressaisir.

Chers Compatriotes,
Amis du Burundi ;

26. Au cours de cette année qui commence, il est prévu ce qui suit :

• Les activités proprement dites de la Commission Vérité et Réconciliation vont se poursuivre.
• Il sera mis sur pieds une Commission chargée d’étudier et de proposer des amendements à certains articles de la Constitution, pour les actualiser et les harmoniser avec les lois et conventions que le Burundi a ratifiées, et surtout avec celles qui régissent l’intégration régionale au sein de la Communauté Est Africaine. Tous les amendements vont se conformer aux desiderata exprimés par la population de différentes couches sociales.
• Nous allons poursuivre les grands programmes déjà initiés notamment l’harmonisation des salaires pour les fonctionnaires, l’extension du réseau électrique, la protection de l’environnement, la gratuité des soins de santé en faveur des femmes enceintes et des enfants âgés de moins de cinq ans, la gratuité de l’enseignement primaire, la distribution des moustiquaires imprégnés, ainsi que d’autres projets susceptibles d’améliorer le bien-être de la population.
• Même si la paix et la sécurité se sont améliorées à travers le pays, le Gouvernement du Burundi restera vigilant pour parer à toute éventualité. Nous invitons ici tous les Burundais à continuer à sauvegarder la paix et la sécurité dans leurs communautés respectives et à signaler aux autorités compétentes tout ce qui leur paraît suspect, dans le cadre des Comités Mixtes de sécurité.
• Nous saisissons cette occasion pour lancer un appel à toutes les personnes qui penseraient encore à perturber la sécurité, d’y renoncer. Nous vous rappelons encore une fois que celui qui tentera toute forme de déstabilisation en ressentira les conséquences, et que celui qui déclenchera la guerre, cette guerre débutera chez lui et s’arrêtera chez lui. Nous ne permettrons à personne d’allumer le feu, nous l’éteindrons d’entre ses mains. Le Gouvernement est prêt à combattre tout ce qui viendrait perturber la sécurité des Burundais, d’où qu’il provienne et quelle que soit sa nature.
• Les causes d’insécurité dans le pays peuvent être de plusieurs ordres : il y a le banditisme, la polygamie, les grossesses en dehors du mariage, l’ivrognerie, la consommation des stupéfiants, etc. Le Gouvernement continuera son programme de lutte contre tous ces fléaux comme il l’a toujours fait, jusqu’à leur éradication.
• Conformément à la Constitution, Nous continuerons à protéger et à faire respecter les frontières de notre pays, à sauvegarder l’intégrité et l’indépendance de la République du Burundi. Que ceux qui se targuent de pouvoir violer impunément les frontières de notre pays se désillusionnent. Nous les mettons en garde : nous ne laisserons jamais leurs actes impunis. Nous nous engageons à préserver et à renforcer l’Unité Nationale.
• En ce qui concerne nos troupes en mission de maintien de la paix, le travail qu’ils ont accompli est louable en dépit de l’attitude de certains partenaires qui nous ont souvent mis les bâtons dans les roues, surtout à travers le gel des « soldes » de nos militaires. Au cours de cette année qui commence, le Gouvernement va prendre la question en main, et s’il le faut, intenter un procès contre les auteurs de cette injustice. Nous porterons à la face du monde la violation flagrante des droits de l’homme dont les militaires burundais ont été victimes à travers la confiscation de leurs soldes plus que méritées.
• Nous demandons le respect du Mémorandum d’entente signé entre l’Union Africaine et le Burundi.
Si la question n’est pas vidée avant la fin de l’année 2016, le Burundi se réserve le droit de rapatrier ses troupes, pour éviter des dépenses de trop et refuser d’être subjugué de la sorte.

27. Sur base de ce qui a été exprimé lors du dialogue inter-burundais, des textes de lois seront révisés, surtout concernant certaines peines contre ceux qui commettent des crimes crapuleux, ceux qui sont attrapés en fragrant délit de malversations économiques ou de corruption, sans oublier le Code des Personnes et de la Famille.

28. Le Gouvernement poursuivra les grands chantiers de développement national :
• Les travaux de bitumage des routes en cours de construction se poursuivront. Avec l’aide de Dieu, de nouvelles routes seront aussi construites.
• Dans le but d’accroître la production en électricité, les chantiers de construction des centrales hydroélectriques se poursuivront également, et nous amorcerons aussi de nouveaux chantiers.
• Des infrastructures publiques et communautaires telles que les écoles, les centres de santé, les hôpitaux, les marchés, les villages, les terrains de jeux, etc. continueront à être construites en collaboration avec la population dans le cadre des travaux communautaires. Nous n’allons pas oublier la protection de l’environnement, l’hygiène dans les ménages, dans les villes et partout où cela s’avère nécessaire.
• Pour que l’économie nationale et la production s’accroissent davantage, le Gouvernement maintiendra ses mesures d’assouplissement des lois régissant les investissements ; les impôts et taxes seront payés par tous les contribuables avec équité et les entreprises publiques et parapubliques seront redynamisées et réorganisées convenablement.
• Dans les domaines social et de la promotion des sports et de la culture burundaise, le Gouvernement ne manquera pas à soutenir les personnes à faibles ressources et à donner son appui à la promotion de différents sports ainsi qu’à ceux qui ont de bons projets visant à sauvegarder notre culture et nos valeurs positives.

Chers Compatriotes,
Amis du Burundi ;

29. Avant de conclure, Nous voudrions prodiguer quelques conseils :
• Nous rappelons à tous les Burundais que le Burundi est leur pays, un jardin commun qu’ils partagent avec Dieu. Ils doivent comprendre qu’aucun étranger n’aimera le Burundi plus que ses Fils et Filles, à qui il a été donné.
• Mettons-nous tous ensemble pour former un front commun et travaillons en associations. Nous sommes appelés à aimer le travail et à bien utiliser nos richesses.
• Formons une synergie sans faille et vivons selon les valeurs culturelles de notre pays ; respectons nos coutumes et nos mœurs, et que les valeurs d’Ubuntu nous caractérisent aussi bien en paroles qu’en action, toujours et en tous lieux.
• Nous invitons tous les Burundais et tous les amis du Burundi à refuser de prêter oreille attentive ou donner des appuis à ceux qui les tromperaient pour nous replonger dans les pleurs et les gémissements.
• Nous demandons aux Corps de Justice et de Police judiciaire de se soucier sans cesse des droits de l’homme et la tranquillité des citoyens.
• Nous demandons aux citoyens burundais de s’organiser en associations dans toutes les communes de notre pays, que ce soit des Associations de développement ou de protection de l’environnement.
• Affichons partout notre esprit patriotique, et que les personnalités héroïques comme Ntare Rushatsi, Ntare Rugamba, Mwezi Gisabo, Rwagasore, Ndadaye et Ngendandumwe nous servent de bon exemple.
• Préoccupons-nous de payer les impôts et taxes, relevons l’économie de notre pays, et disons adieu à la mauvaise habitude de tendre les mains à des gens qui ne se soucient guère de notre développement.
• Occupons-nous davantage de l’éducation de nos enfants, fustigeons les attitudes divisionnistes.
• Nous demandons à tous les Burundais, en particulier les jeunes, d’éviter l’oisiveté et de se garder de la compagnie de ceux qui les induisent en erreur. Gardez toujours à l’esprit ces belles paroles : « Heureux l’homme qui ne suit pas le conseil des méchants, qui ne se tient pas sur les chemins des pécheurs, et ne prend pas place sur la table des impies ». Que ceux qui le font sachent que Dieu les dévoilera un jour.
• Aux journalistes, Nous demandons de multiplier la production des émissions qui sont de nature à renforcer l’Unité Nationale, la paix et la sécurité, le développement, la bonne santé, et l’éducation fondée sur les valeurs culturelles positives de nos ancêtres, les Burundais.
• Nous demandons aux étrangers vivant sur le sol burundais d’y séjourner en se conformant aux lois du pays, et d’être en ordre avec les services administratifs de l’immigration. Celui qui ne dispose pas de documents exigés, qu’il s’empresse de les chercher.
• Aux Membres des Missions Diplomatiques accrédités au Burundi et aux Représentants des Organisations Internationales œuvrant dans notre pays, Nous demandons de faire respecter les lois du pays et de donner des informations véridiques et vérifiées sur le Burundi. Dans tout ce qu’ils font, Nous leur demandons de respecter les Conventions et les lois régissant les relations internationales, de se comporter comme ils l’exigent dans leurs pays respectifs.
• Aux Institutions Étatiques, Nous recommandons la prudence afin d’éviter des faux pas. Soyez très attentifs dans vos rapports régis par les relations et la coopération internationales, et s’il le faut, consultez le Ministère ayant la Coopération dans ses attributions.

Chers compatriotes,
Amis du Burundi,

30. Nous lançons encore une fois un appel aux Burundais se trouvant hors du pays, ceux qui se savent exempts de toute reproche, de se raviser et de revenir au pays. Nous le savons, certains parmi eux ont été induits en erreur ; Nous savons aussi que certains autres se sont simplement trompés. Que tous ceux-là comprennent que le fait de tomber est tout à fait normal. Le mal, c’est tomber et refuser de se relever. Nous souhaitons que l’année 2017 soit l’année de leur retour au pays. Les Burundais sont prêts à les accueillir ; qu’ils viennent afin qu’ensemble nous construisions notre pays, qu’ensemble nous préparions les élections de 2020, car c’est le moment.

31. Cet appel au rapatriement est également lancé aux réfugiés Burundais partout où ils se trouvent. Que l’année 2017 soit une année de retour au pays natal. La paix et la sécurité sont une réalité au Burundi, et le Gouvernement est prêt à les accueillir.

32. Nous remercions beaucoup ceux qui sont déjà retournés au pays et qui ont répondu à l’appel que Nous ne cessons de leur lancer. Nous saisissons cette occasion pour demander au pays hôtes des réfugiés burundais ainsi qu’au H C R de bien vouloir faciliter le retour des réfugiés qui le souhaitent.

33. En ces jours de fêtes qui terminent l’année, Nous vous demandons de rester vigilants. Veillez à la sécurité de vos communautés respectives.

34. Pour conclure, Nous réitérons nos remerciements à vous tous, citoyens burundais, pour la façon dont vous restez solidaires pour sauvegarder votre indépendance et celle de votre pays dans nos différences et divergences qui sont une richesse. Nous remercions aussi tous ceux qui ont contribué au rétablissement de la paix et de la sécurité ainsi que la mise en œuvre des programmes de développement. Nous vous exhortons à continuer cette action combien louable.

35. Dans le but de répandre partout dans le pays la paix, la dignité et le bien-être, et conformément à la Constitution de la République du Burundi en son Article 113, Nous avons donné une amnistie aux prisonniers qui avaient été condamnés à une peine d’emprisonnement ne dépassant pas cinq ans et à ceux qui ont déjà purgé 3/4 de leur peine. Nous avons également allégé la peine à des prisonniers condamnés à des peines diverses, selon la gravité des crimes commis et leur comportement dans les milieux carcéraux.

Grâce à cette mesure, environ 2.500 détenus vont bénéficier d’un élargissement. Nous leur demandons d’éviter tout ce qui pourrait les amener à tomber de nouveau dans les mêmes erreurs.

36. Nous vous souhaitons encore, à vous tous, une heureuse année 2017, une année de la paix venant de Dieu, une année de plein succès en tout et partout. « Formons un front commun imperturbable pour consolider la Paix et sauvegarder notre Indépendance ».

QUE DIEU VOUS BENISSE,
JE VOUS REMERCIE.

Retour
Discours: President et autres

Commemoration of the 26th anniversary under the theme "Let us consolidate National Unity, a shield for sustainable peace and development"

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves