AUJOURD'HUI
336
SEMAINE DERNIERE
2150
PAGES VUES
256585
TOTAL VISITES
235291

A côté de sa mission première l’OTB contribue dans le développement socio-économique

KAYANZA, 15 dec 2016 : Au cours de la semaine dédiée au thé, l’Office du thé du Burundi (OTB) a effectué mercredi 14 décembre 2016, une descente à son usine de Rwegura en province Kayanza (nord), où, à part sa mission première de produire du thé, d’autres oeuvres qui entrent dans le cadre du développement socio- économique ont été réalisées, a-t-on constaté sur place.

A l’usine de thé de Rwegura, plusieurs activités d’extension de cette dernière ont été effectuées notamment, l’extension de la salle de flétrissage, construite pour une
somme de 1milliard de FBu, la mise en place d’une 3ème ligne d’usinage et le traçage d’une route de 4 km, facilitant le passage des camions. Dans cette même logique, l’OTB Rwegura effectue d’autres activités visant la protection de l’environnement. Il s’agit entre autres de la plantation des arbres autochtones tout autour de l’usine et d’autres qu’on distribue aux théiculteurs, la séparation des eaux de pluies et des eaux usées dans l’optique d’éviter la pollution de la nappe phréatique, la construction d’un hangar de stockage du bois sec dans le but de diminuer l’abattage des arbres, car pour obtenir une tonne de thé, il faut 2 à 3 stères de bois sec, contrairement au bois frais dont 4 à 5 stères suffisent pour obtenir la même quantité. De plus, dans le but de marier la production du thé avec la protection de l’environnement, l’OTB Rwegura a fait sien le phénomène du reboisement, car un arbre coupé équivaut à deux plantés.

Dans la logique du développement et de l’éducation, l’OTB Rwegura a construit par ses propres fonds un pont sur la rivière Kayove, reliant la commune Kabarore à celle de Muruta et trois salles de classe de l’école primaire de Rwegura. Il a aussi appuyé dans le transport des cahiers et des bancs pupitres ainsi que dans des travaux communautaires à côté de l’administration provinciale et communale.

M. Jacques Bigirimana, directeur général de l’OTB a indiqué que ces travaux effectués dans le domaine éducationnel rentrent dans la logique de penser toujours à l’éducation de l’enfant du théiculteur, dans le but de son épanouissement.

Au cours de cette même descente, l’OTB a procédé à la distribution des engrais chimiques et des plants de thé aux théiculteurs de la commune Muruta. A cette occasion, M. Bigirimana a indiqué qu’un seul plant coûte 190 FBu et qu’on doit attendre 4 ans durant pour la production. A cela s’ajoute un entretien régulier effectué par les vulgarisateurs payés par l’OTB. A un certain niveau, on y applique des
engrais chimiques achetés à l’étranger à un prix de 1800 FBu le kilo et qu’on distribue à la population à un prix de 500 FBu le kilo.

A cet effet, le directeur général de l’OTB s’inscrit en faux contre certains privés qu’il qualifie « d’escrocs » mal intentionnés, qui se lancent dans la filière du thé, alors qu’ils n’ont pas de champs de thé à exploiter, avec le seul objectif de ruiner l’économie nationale et faire faillite à l’OTB. « Cet office fait un suivi dès la pépinière jusqu’à la récolte et avec ses propres moyens, raison pour laquelle aucun privé ne doit s’improviser dans cette filière sans ses propres champs théicoles », a-t-il dit, ajoutant qu’il y a encore pour eux, sur le territoire national, des espaces vides et adaptés au thé, notamment en communes Ryansoro, Bururi, Cibitoke et Bubanza. Ainsi, il demande à ces privés d’approcher l’Etat en vue de leur octroyer ces étendues afin d’y exploiter leurs plantations.

M. Bigirimana demande à cet effet au gouvernement d’organiser cette filière de façon à ce que l’OTB continue de vaquer à ses activités, sans aucune entrave, car estime-t-il, « si cette usine tombe en faillite, c’est l’économie du pays qui chute, c’est la population qui périt ».

De son côté, l’assistante du ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Mme Jacqueline
Ndayihanzamaso, qui s’est jointe à l’OTB au cours de cette descente sur terrain, a salué le pas déjà franchi par l’OTB, tout en révélant qu’il est le deuxième contributeur de l’économie nationale, après la filière café. A propos de la problématique liée aux privés qui veulent se lancer dans la filière du thé, Mme Ndayihanzamaso précise qu’une commission a été mise en place par l’Etat, en vue de régler les
problèmes du genre, chaque fois qu’ils se manifestent.

abp

Retour
Discours: President et autres

Discours de SEM l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent du Burundi apures de l’ONU du Briefing du Conseil de Sécurité sur la situation au Burundi, New York, 20 juin 2017

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves