AUJOURD'HUI
8
SEMAINE DERNIERE
2269
PAGES VUES
177609
TOTAL VISITES
139059

Le Sénat adopte le projet de loi portant ratification de la charte africaine sur la décentralisation, la gouvernance et le développement local

BUJUMBURA, 23 nov 2016 : Les membres du Sénat du Burundi viennent d’adopter à l’unanimité, le projet de loi portant ratification par la République du Burundi de la Charte africaine sur les valeurs et les principes de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local. Ce projet de loi a été présenté par la ministre du Développement communal, Mme Jeanne d’Arc Kagayo.

Selon le contenu du rapport établi par la commission permanente chargée des questions administratives, de décentralisation et du contrôle de la représentativité dans les institutions, ce projet de loi a pour intérêt de promouvoir les valeurs et les principes de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local en Afrique comme préalable à l’amélioration des conditions de vie de l’ensemble des peuples du continent. Cette résolution des Etats, poursuit le rapport, est complétée par la vision de l’Union africaine de bâtir une Afrique intégrée, prospère et paisible, dirigée par ses citoyens et constituant une force dynamique sur la scène mondiale.

Ainsi, le peuple burundais a la volonté collective d’approfondir la démocratie participative, l’autonomisation des citoyens et des communautés, et de promouvoir la transparence dans les institutions publiques.

Le ministre en charge du développement communal, Mme Jeanne d’Arc Kagayo a indiqué qu’en ratifiant cette charte, le Burundi, comme d’autres pays, gagnera beaucoup. En effet, l’article 20, alinéa 2, dispose que les Etats parties développent un système continental de reconnaissance et de prix pour primer et encourager l’excellence en matière de décentralisation, de gouvernance locale et de développement local. La ministre Jeanne d’Arc Kagayo a informé les sénateurs burundais que des évaluations sont régulièrement faites par rapport à la mise en oeuvre des politiques nationales de décentralisation et de développement local. La dernière évaluation, a-t-elle dit, date de 2015 pendant que le Burundi assurait la vice-présidence du comité technique spécialisé « Décentralisation et Gouvernance locale ».

Le Burundi a obtenu, à ce moment, une note de 24 sur 40. Cette note, ainsi que le rôle joué par le ministère du Développement communal pour asseoir la décentralisation en Afrique vient de valoir au Burundi un premier financement de 152.440 Euros accordé par l’Association faîtière des associations des élus locaux dénommée Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique « CGLUA ».

Ce financement servira à compléter le cadre juridique de la décentralisation. Dans ce contexte, les sénateurs burundais ont recommandé au gouvernement d’accélérer le processus de mise en place des textes d’application de la loi portant sur le transfert des compétences aux communes afin de rendre effective la décentralisation.

abp

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves