AUJOURD'HUI
126
SEMAINE DERNIERE
2094
PAGES VUES
128249
TOTAL VISITES
106115

Burundi – Démographie Sensibilisation des leaders politiques sur la pression démographique

BUJUMBURA, 14 avr (ABP) – Sans politique de contrôle de la croissance démographique, le Burundi ne pourra pas absorber la pression démographique du pays. C’est l’avis du Dr Georges Gahungu, expert du FNUAP en santé reproductive qui s’exprimait vendredi 10 avril 2015 lors d’un atelier de sensibilisation des leaders politiques.

Selon lui, les données du recensement de la population en 2008 montrent que le pays enregistre 1100 naissances en 24 heures. Ce qui montre que si l’on veut atteindre l’objectif de 3 enfants par femme en 2025, il faudra que les femmes qui utilisent les méthodes contraceptives passent de 34% aujourd’hui à une moyenne comprise entre 55-60%. Et si le Burundi parvient à relever ce défi, il pourra faire beaucoup d’économies par rapport aux dépenses.

Ainsi, dira M. Gahungu, le pays pourra économiser 953 milliards de FBu dans le domaine de la santé et 180 milliards de FBu dans le domaine de l’éducation et créer quelques 240.000 emplois d’ici 2030. A en croire M. Gahungu, le PIB de 2012 n’est pas meilleur que celui de 1962, 60 ans après. Ce qui dit que le citoyen burundais de 2012 n’est pas plus riche que celui de 1962 en raison de la population qui est actuellement de plus de 9 millions qui partagent un petit gâteau.

Pour changer la donne, il y a des secteurs clés où il faut concentrer les efforts pour faire tourner davantage cette machine de dividendes démographiques. Au cas contraire, « il est extrêmement difficile voire impossible d’absorber la vague de population qui arrive même si l’on parvenait à construire des milliers de centres de santé, d’écoles primaires, secondaires et des universités », a déclaré Dr Gahungu. Il a par ailleurs indiqué que le pays n’arrivera pas à générer des bénéfices par rapport à la croissance économique s’il n’arrive pas à gérer la croissance démographique.

Pour faire tourner davantage cette machine de dividendes démographiques, le Burundi doit faire preuve de bonne gouvernance et modifier la structure de la population. Et l’un des moyens de le permettre, c’est garder les jeunes et surtout la jeune fille puisque si elle quitte très tôt le banc de l’école, « elle a beaucoup d’années de faire autant de bébés », si l’on en croie les propos du Dr Gahungu.

Source : Agence Burundaise de Presse

Retour
Discours: President et autres

Statement by H.E. M. Ambassador Alain Aimé NYAMITWE, Minister of External Relations and International Cooperation of the Republic of Burundi

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves