AUJOURD'HUI
8
SEMAINE DERNIERE
2269
PAGES VUES
177609
TOTAL VISITES
139059

Burundi-Emission publique : Les porte-paroles des institutions répondent aux questions du public

Bujumbura, le 04 oct 2016 (DWG) : Les Porte-paroles de toutes les institutions publiques ont animé une émission publique ce vendredi 30 septembre 2016 en province de Cibitoke (Nord-Ouest) du pays. Notre rédaction vous propose la dernière partie sur cette activité.

A propos de l’éducation , M. Juma Edouard, porte-parole du ministère de l’éducation, dit que les enfants burundais n’ont pas à s’inquiéter. Ils ont des parents et un pays qui se soucient d’eux. Les enfants qui n’ont pas réussi au concours sont intelligents et capables de travailler pour le développement. Le Gouvernement a fait sienne cette situation en ce sens qu’ils auront accès à la reprise de l’année scolaire sauf ceux de la classe de 4ème poste fondamentale qui n’ont pas réussi le concours. M. Juma a souligné que le ministère compte aider ce groupe d’enfants pour leur préparation au concours national 2016-2017. Ils seront interrogés sur la matière étudiée en classe.

M. Juma Edouard a ensuite donné la lumière sur les résultats de l’école fondamentale. Il rassure le public que les résultats de l’école fondamentale seront bien. Cependant, il faudra du temps nécessaire et suffisant pour se rassurer de ces résultats. Il a ajouté que les rapports produit à l’échelle internationale portant sur le secteur éducatif au niveau primaire, le Burundi occupe une bonne place dans la sous- région suite à l’enseignement en langue maternelle. Il sera facile, selon lui, d’évaluer ce programme une fois que ces jeunes auront commencé à travailler. Il a souligné que le développement du pays se mesure principalement au niveau du travail basé sur les métiers.

Concernant la défense nationale : Le Colonel Baratuza Gaspard, Porte-parole de la FND dit que l’armée burundaise ne joue aucun rôle dans les enlèvements de certains membres de ce corps. En cas de faute, l’armée procède à l’arrestation des accusés pour enfin répondre aux accusations formulées à leur encontre. C’est là que l’accusé doit alors se justifier. S’il y parvient, il est mis en liberté. Au cas contraire, il répond à ses actes. Baratuza accepte que les militaires ne soient pas aimés de tous et c’est pourquoi ces gens qui sont contre ce corps peuvent se servir des enlèvements pour le ternir. Devant une telle situation, l’armée burundaise use de son savoir- faire pour sauver ses membres. Il a rappelé qu’un lieutenant colonel kidnappé dans la forêt naturelle de la Rukoko, l’armée est intervenue. Aujourd’hui, la personne est saine et sauve. L’armée joue pleinement sa mission de la défense et vient en aide à la population et de ses biens. Pour les officiers en fuite suite aux rumeurs, Col Baratuza rappelle que les listes ont circulé sur les réseaux sociaux, ce qui a causé une certaine panique. Des séances d’échanges ont été organisées. Le porte-parole dit que la situation est parfaitement maîtrisée.

En matière économique , les intérêts prélevés sur le fonds de pansions, Madame Gakunzi Ange Dani, porte parole de l’Officie Burundais de Recettes (OBR) dit que la taxe n’est pas du tout prélevée sur la pension des personnes retraitées. Elle souligne que cette mesure concerne uniquement les autres formes de cotisation dont la pension complémentaire. En complément, M. Désiré Musharitse, Porte-parole du Ministère des finances dit que les primes d’ancienneté ou d’autres fonds qui ne transitent pas à l’INSS et qui visent à reconnaître le rôle de cette personne durant son temps au service de l’entreprise, renvoient à une enveloppe qui ressemble à un salaire et, par conséquent, elle doit être taxée.

M. Musharitse a rappelé qu’une prime attribuée à la fin du mois aux membres du conseil d’administration, une fois que la somme est de 3.600.000Fbu, le bénéficiaire ne paie pas l’impôt. Au cas contraire, lorsque l’enveloppe est supérieure à cette somme, la mesure autorise le paiement de la taxe. Il lance un appel à tout bénéficiaire d’exercer le civisme fiscal.

Selon ce cadre, la révision budgétaire est motivée par la situation de manque de fonds pour réaliser les projets envisagés par l’Etat. Et d’ajouter que la loi actuelle portant fixation du budget général de la république du Burundi pour l’exercice 2016, ne sera pas révisé, car dit-il, les prévisions vont bon train. Il a saisi de l’occasion pour remercier les contribuables burundais et l’OBR dont la collecte a largement dépassé les prévisions. Il a souligné que tous les projets vont se réaliser. Les missions importantes à l’étranger sont réalisées.

Pour ce qui est du manque cruel des billets de 100 et pièces de 50 Fbu. Musharitse a annoncé qu’un commerce de ces pièces s’est créé à la République Démocratique du Congo. Les pièces de francs burundais sont mélangées avec d’autres minerais. Les mesures qui visent à arrêter ce commerce ont été arrêtées. Musharitse rappelle que la Banque de la République est en train de travailler pour avoir de nouveaux billets de 100Fbu.

Il a rejeté les informations sur la décision de Banque Africaine de Développement de ne plus accepter les projets du Gouvernement du Burundi au guichet de la BAD. L’administrateur de cette en visite au Burundi affirme que le Burundi demeure éligible. En plus des projets soumis par le Burundi, la BAD s’apprête à lui donner l’appui budgétaire. La situation est actuellement bonne avec la Banque mondial. Le Burundi va participer à la prochaine réunion prévue à Genève où les institutions multilatérales vont se rencontrer. Au cours de cette réunion les participants vont se pencher sur la possibilité de revoir à la hausse l’appui alloué au Burundi.

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves