AUJOURD'HUI
8
SEMAINE DERNIERE
2269
PAGES VUES
177609
TOTAL VISITES
139059

Les leaders religieux appelés à sensibiliser les populations sur le danger des conflits identitaires et religieux

Bujumbura, 27 sept 2016 : Le deuxième vice-président de la République du Burundi, M.Joseph Butore, a ouvert ce mardi 27 septembre 2016, à Bujumbura, les travaux de la conférence internationale sur le rôle des ombudsmans et médiateurs et des confessions religieuses dans la prévention des conflits identitaires et religieux, a-t-on constaté sur place.

« Il est souhaitable que les chefs religieux des régions affectées par des conflits identitaires et interreligieux se concertent pour mettre en place des stratégies appropriées visant la sensibilisation des populations, que ce soit en Afrique, en Asie et dans le monde entier, sur les menaces qui pèsent sur l’humanité
entière », a lancé M. Butore. Le deuxième vice-président de la République a indiqué qu’aujourd’hui plus que jamais, le dialogue interreligieux s’avère indispensable, particulièrement dans cette période délicate où dans certains pays d’Afrique et d’Asie, l’intolérance religieuse gagne du terrain et provoque des guerres fratricides.

« Nous pensons qu’il revient maintenant aux leaders religieux, ombudsmans et médiateurs, de redoubler d’efforts pour jouer pleinement leur rôle dans l’édification et la consolidation de la paix, tant dans leurs pays respectifs que sur les continents africain et asiatique », a-t-il dit.

Il n’a pas manqué de souligner qu’en définitive, les conflits interreligieux doivent interpeller les pouvoirs publics à ramener l’ordre en cas d’affrontements directs ou négocier un mode pacifique de cohabitation.

« La paix règne au Burundi, contrairement à ce que certaines personnes de mauvaise foi veulent faire croire au reste du monde, en présentant le Burundi comme un pays à feu et à sang », a souligné M.Butore. Il a profité de l’occasion pour demander aux organisateurs de la conférence à faire visiter les hôtes venus d’Afrique et d’Asie, l’intérieur du pays et d’autres coins de la ville de Bujumbura pour se
rendre compte de la réalité sur terrain.

Le deuxième vice-président de la République a remercié l’ombudsman du Burundi, M. Mohamed Rukara qui, pour la deuxième fois, organise une telle rencontre, au moment où les leaders religieux ont besoin de revisiter les relations qui les unissent afin de mettre fin à la crise de moralité à l’intérieur de certaines confessions religieuses.
M. Rukara a, quant à lui, remercié les différentes délégations venues de différents pays. « Votre présence est un signe éloquent de votre attachement aux valeurs universelles auxquelles le monde aspire, aujourd’hui plus qu’hier, à savoir l’amour d’autrui, la parole de fraternité, d’unité, de cohésion sociale, de tolérance, d’acceptation de l’autre, la sécurité, de paix et de solidarité internationale », a-t-il noté,
soulignant que sans ces valeurs, le développement intégral et durable de la personne humaine ne serait
qu’un rêve.

Il a lancé un appel aux représentants des différentes confessions religieuses, aux ombudsmans et médiateurs ainsi qu’à tout autre acteur de la paix, à prendre des résolutions sur le rôle de chacun en vue de consolider la paix et prévenir les conflits de toute nature afin que le continent africain et le monde entier en général soient un havre de paix. Il les a invités à adopter de meilleures stratégies de nature à
juguler les extrémismes de tous bords et créer des espaces de dialogue respectueux des différences identitaires.

L’ombudsman Rukara a profité de cette occasion pour dire adieu aux différentes délégations car, a-t-il dit, son mandat d’ombudsman de la République du Burundi prend fin très prochainement. Cette conférence a réuni les leaders religieux issus de différentes confessions religieuses du Burundi, d’Afrique et d’Asie, les députes, les ministres, les ambassadeurs et représentants des missions diplomatiques, les ombudsmans et médiateurs des pays africains et asiatiques ainsi que les représentants des organismes internationaux œuvrant au Burundi.

Cette conférence, qui durera trois jours, a débuté par une prière guidée par les évêques Evariste Ngoyagoye de l’Eglise catholique du Burundi et Blaise Martin Nyaboho de l’Eglise anglicane, Dr Sami Man Dour de communauté musulmane et Estaphonos Morkos de l’Eglise Orthodoxe copte d’Egypte.

abp

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves