AUJOURD'HUI
163
SEMAINE DERNIERE
2167
PAGES VUES
128072
TOTAL VISITES
105871

Le Burundi célèbre la journée internationale de l’alphabétisation, édition 2016

Bujumbura, 8 sept 2016 : Le Burundi a célébré ce jeudi 8 septembre 2016 la journée internationale de l’alphabétisation, édition 2016 sous le thème : « Lire le passé, écrire l’avenir ». La commémoration de cette journée, qui se fait normalement le 8 septembre de chaque année depuis 1966, s’est déroulée en province Cibitoke (nord-ouest du Burundi) en présence du ministre de la Fonction publique, du Travail et de l’Emploi, M. Félix Mpozeriniga.

Dans un message délivré à l’occasion, la directrice générale (DG) de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, a indiqué que pendant 50 ans, la Journée internationale de l’alphabétisation a été l’occasion de célébrer l’alphabétisation comme force d’autonomisation, tant pour les femmes et les hommes que pour la société dans son ensemble.

Depuis la proclamation de la Journée internationale de l’alphabétisation par l’UNESCO en 1966, poursuit Mme Bokova, nous avons observé des progrès considérables. Même si la population mondiale a fortement augmenté, le nombre de jeunes adultes non alphabétisés a diminué de 25 % entre 1990 et 2015. Un mouvement a favorisé l’alphabétisation des femmes, et dans 43 pays, la parité des genres a connu des avancées notables. Le mouvement mondial de l’Education pour tous a également été à l’origine de nombreux changements positifs.

Selon la DG de l’UNESCO, tout cela n’est pas suffisant. Il reste encore aujourd’hui 758 millions d’adultes, dont les deux tiers de femmes, qui ne savent ni lire ni écrire. A la marge du village planétaire, ils ne bénéficient d’aucun des avantages de la mondialisation, mais ils en supportent tous les coûts. Ces femmes et ces hommes sont plus exposés aux problèmes de santé, à l’exploitation et aux violations des droits de l’homme. Ils sont plus exposés au chômage et sont moins bien payés quand ils ont un emploi.

Incapables de lire ou d’écrire, ils ne peuvent réaliser leur plein potentiel, et des communautés entières sont enfermées dans le cercle vicieux de la pauvreté, terreau de la violence et des conflits. « L’analphabétisme est encore synonyme d’exclusion et de pauvreté. Nous devons y remédier », a-t-elle ajouté, précisant que c’est l’engagement pris dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, une nouvelle vision mondiale de prospérité, de durabilité et de paix, s’exprimant à travers 17 objectifs de développement durable, dont l’un énonce spécifiquement la volonté d’« assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et de promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ».

L’alphabétisation, a-t-elle souligné, est un gage de réussite pour toute la société. En tant que fondement de la dignité humaine et des droits de l’homme, elle est indispensable pour éradiquer la pauvreté, parvenir à l’égalité des genres et bâtir des sociétés plus durables et inclusives.

Mme Bokova a lancé l’Alliance mondiale pour l’alphabétisation pour mobiliser des fonds et promouvoir des initiatives novatrices, en ciblant particulièrement les questions de genre et les nouvelles technologies de l’information et de la communication.
« Nous devons saisir chaque occasion et travailler ensemble en transcendant les frontières sectorielles », a-t-elle exhorté, soulignant que le monde a changé depuis 1966, mais que la détermination de l’UNESCO à fournir à chacun, homme ou femme, les compétences, les capacités et les chances de réaliser ses aspirations, dans la dignité et le respect, reste inébranlable.

abp

Retour
Discours: President et autres

Statement by H.E. M. Ambassador Alain Aimé NYAMITWE, Minister of External Relations and International Cooperation of the Republic of Burundi

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves