AUJOURD'HUI
89
SEMAINE DERNIERE
2761
PAGES VUES
172729
TOTAL VISITES
137114

M. Jean Bosco Ntunzwenimana a officiellement lancé le PURI

BUJUMBURA, 25 août 2016 : Le ministère des Transports, des Travaux publics et de l’Equipement (MTTE) a procédé ce jeudi, 25 août 2016, à Bujumbura, au lancement officiel du Projet d’urgence pour la résilience des infrastructures (PURI), a-t-on constaté sur place.

Dans son discours, le ministre des Transports, des Travaux publics et de l’Equipement, M. Jean Bosco Ntunzwenimana, a indiqué que les inondations du mois de février 2014 ont fait que le gouvernement du Burundi a approché la Banque mondiale en vue de solliciter auprès d’elle un appui financier pour améliorer le drainage et la canalisation dans les zones sinistrées. Il a en outre indiqué que la réponse de la Banque mondiale a été positive car, a-t-il fait savoir, le PURI au Burundi a été initié au mois de juin 2014.

Selon M. Ntunzwenimana, les objectifs proposés par ledit projet sont entre autres contribuer à la réhabilitation et à la préservation des infrastructures de transports et des infrastructures urbaines endommagées par les pluies diluviennes de février 2014 dans les zones déterminées et renforcer la capacité du gouvernement à prévenir et à gérer les catastrophes naturelles. De part ces objectifs, a-t-il poursuivi, le projet comprend deux volets, notamment celui des transports exécuté à travers la direction générale de l’Office des routes et un volet urbain exécuté à travers l’Agence burundaise pour la réalisation des travaux d’intérêt public (ABUTIP).

M. Ntunzwenimana a aussi fait savoir que le PURI comprend trois composantes à savoir, la réhabilitation des routes et des infrastructures urbaines, pour un coût estimé à 21.6 millions de dollar américain (USD). Concernant la réhabilitation des routes, les travaux à réaliser sont essentiellement la reconstruction ou la réhabilitation d’environ 30 km de la route no1 (RN1) Bujumbura-Kayanza et l’installation des mécanismes de protection des pentes, stabilisation des talus, la réhabilitation des systèmes de drainage et de la réorientation des eaux souterraines. Quant à la réhabilitation des infrastructures urbaines, les travaux à réaliser sont renforcer les canaux fluviaux de Nyabagere et Kinyankonge d’une longueur d’environ 7.5 km, la construction d’un canal le long du quartier Carama. Il y a aussi le redimensionnement des évacuations d’eau pour un meilleur flux du nouveau canal principal sur la RN9 Bujumbura-Bubanza et la reconstruction d’un canal de la rivière Gasenyi et la protection de la centrale de traitement des eaux usées au croisement des rivières Nyabagere et Kinyankonge.

S’agissant de la deuxième composante concernant le renforcement des capacités en gestion des catastrophes pour un coût estimé à 2 millions USD, elle se concentrera sur le renforcement des capacités pour réagir et gérer les catastrophes naturelles qui pourraient arriver aux infrastructures majeures, et surtout les routes et les infrastructures urbaines, a souligné M. Ntunzwenimana qui a indiqué également que la 3ème composante concerne le support institutionnel, la gestion et la coordination de projet, pour un coût estimé à 1.4 millions USD.

Le représentant résident de la BM au Burundi, M. Nestor Coffi a quant à lui adressé des remerciements et félicitations au ministère des Finances et à celui des Transports, des Travaux publics et de l’Equipement pour leurs rôles et leur leadership dans le développement de ce projet, dès le stade de sa préparation jusqu’au stade actuel de sa mise en oeuvre. La BM est prête à apporter sa contribution pour la réussite du projet et au-delà du développement économique du Burundi, a réitéré M. Coffi.

abp

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves