AUJOURD'HUI
166
SEMAINE DERNIERE
2097
PAGES VUES
128464
TOTAL VISITES
106478

Le Burundi reste dans la course pour les élections de janvier 2017 à Addis Abbeba

Bujumbura, 19 juillet 2016 (DWG) : Le Ministre des Relations extérieurs et de la Coopération Internationale Alain Aimé Nyamitwe a animé un point de presse le mardi 19 juillet 2016 dans son cabinet sur le dialogue inter-burundais qui s’est tenu à Arusha du 12 au 14 juillet 2016 et du 27ème Sommet de l’Union Africaine qui s’est tenu à Kigali.

Le Ministre Alain-Aimé Nyamitwe a donné une clarification selon laquelle pour la conférence de l’UA, le Burundi n’a pas quitté précipitamment Kigali vendredi passé mais qu’il s’agissait d’une mauvaise information diffusée sur les réseaux sociaux. Le Burundi a choisi de participer seulement au comité du représentant permanent de l’UA, ajoutant que pour le reste des sessions, le Burundi a décidé de décliner l’invitation sans déclaration à Kigali par rapport à son retrait aux travaux.

M. Nyamitwe a indiqué que le pays a envoyé une délégation conduite par son représentant à Addis Abbeba qui a participé correctement aux travaux du comité du représentant permanent et une fois que ces travaux ont pris fin, la délégation a quitté kigali sans précipitation. Il a signalé qu’elle a décidé de ne pas participer aux travaux du conseil exécutif de la conférence pour les motifs suivants. C’ était pour donner un message à la commission de l’UA qui a fait sourde oreille aux sollicitations légitimes du gouvernement Burundais par rapport aux agissements contraires aux standards internationaux, à l’acte constitutif de l’UA ainsi qu’au protocole d’amendement de cet acte constitutif qui interdit aux Etats de se faire utiliser ou d’utiliser les éléments pour déstabiliser la sécurité d’autres Etats de l’Union, a-t-il martelé.

Ces sollicitations ont été transmises et exprimées à plusieurs reprises à travers des rencontres directes par le Gouvernement de la République du Burundi et la Présidente de la Commission de l’UA, a précisé Alain Aimé Nyamitwe. La situation inconfortable au niveau sécuritaire liée directement aux actes posés par le gouvernement Rwandais avait poussé le Gouvernement du Burundi à demander des garanties de sécurité pour nos délégations Ministérielles et Présidentielles, a-t-il poursuivi. Ces garanties ne sont jamais venues et la délégation a estimé que ce n’était pas peut être prudent de participer à ces assises à un niveau si élevé sans que ces garanties soient données.

Pour cette conférence de l’UA, le Gouvernement Burundais se réjouit de deux événements : la décision du Maroc de revenir dans l’UA et la non-conclusion des élections pour la présidente de l’Union car beaucoup de pays avaient promis de soutenir le gouvernement du Burundi qui avait trois candidatures à présenter dans différentes commission dont deux femmes et un homme. Le Burundi reste dans la course pour les élections qui sont prévues en janvier 2017 à Addis Abbeba.

S’agissant du dialogue inter-burundais qui s’est tenu à Arusha du 12 au 14 juillet, le ministre Nyamitwe a indiqué qu’il a été couronné de succès parce que le facilitateur a pu réunir les différents groupes et personnalités politiques qui avaient été invités et chaque composante a exprimé sa position sur la situation politique du pays. Le facilitateur a proposé un ordre du jour qui reste en projet mais bien accueilli par le soutien des acteurs politiques, des partis politiques et les institutions qui étaient représentés, a-t-il ajouté. Ce projet n’est pas encore consolidé mais aucun acteur politique ou parti politique ne l’a remis en cause de manière fondamentale concernant les huit points proposés a-t- il signalé. Il a encore indiqué que le Burundi reste intransigeant au sujet de ne jamais s’asseoir avec les putschistes. C’est pour cette raison que la délégation du Gouvernement suivi par d’autres délégations a choisi de quitter les lieux de la conférence suite à la présence et même l’accréditation de deux individus qui sont sur la liste des mandats d’arrêt. La position du Gouvernement a été clairement exprimé au facilitateur et tout a été fait pour que les accréditations de ces deux individus soient retirées .Ils n’ont donc pas participé au dialogue du 12 au 14 juillet.

C’est sur base de cette action que la délégation du Gouvernement a accepté de participer à ces travaux jusqu’au bout.

Thierry RWAMUYANGE

Retour
Discours: President et autres

Statement by H.E. M. Ambassador Alain Aimé NYAMITWE, Minister of External Relations and International Cooperation of the Republic of Burundi

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves