AUJOURD'HUI
131
SEMAINE DERNIERE
2461
PAGES VUES
175060
TOTAL VISITES
138227

Burundi- Religion Catholique : Message des Evêques catholiques à leurs fidèles.

Bujumbura, 20 juin 2016 (DWG) : La conférence des Evêques catholiques du Burundi a lancé un message à ses fidèles, ce dimanche 19 juin, dans toutes les églises, basé sur la paix qui est fondée dans la vérité et la justice.

Les Evêque catholiques sont satisfaits du fait que les citoyens burundais tirent de plus en plus la leçon de l’histoire de notre pays, qu’ils apprennent à avoir de la retenue, de manière à ne plus se polariser selon leur appartenance ethnique, leurs origines régionales etc., même si des sirènes qui incitent à ce genre de divisions ne manquent pas. Ils se félicitent que les populations restent unies et continuent à cohabiter comme les enfants d’un même père.

Ils se réjouissent aussi de la conscience accrue que beaucoup de burundais ont de la dignité de la personne humaine, du sens qu’ils en cultivent pour eux-mêmes, de leur souci de la protéger et de la promouvoir. « Ça fait plaisir d’entendre divers groupes de citoyens burundais, du pays même ou de la diaspora, pas mal de journalistes ou tout simplement des gens ordinaires, prôner tous l’affirmation des droits de la personne humaine en réclamant par-dessus le marché de jouir d’une plus grande liberté en matières politiques et administratives ».

Les Evêques saluent le fait de reconnaitre que la voie du dialogue entre les burundais est la seule qui puisse préparer un meilleur avenir pour la nation et souhaitent que cette voie soit recommandée et que nous l’empruntions tous sans exclusion de personne ,tout en appréciant que c’est bien aussi que les burundais continuent à bénéficier d’une formation civique pour mieux aimer et construire leur patrie.

Les Evêques insistent sur le point sur l’exigence de nous amender nous les Burundais. « Les divergences de vues entre politiciens ont été toujours et sont en quelque sorte normales. Mais quand elles deviennent cause de violences verbales, de mort pour les uns, d’exil forcé pour d’autres, de naissance de groupes qui affirment ouvertement avoir opté pour la voie de la lutte armée, il s’avère incontournable que les gens se retrouvent autour d’une même table pour chercher ensemble les voies et moyens de construire l’avenir, constatent-ils ,ajoutant que « même si le dialogue inter-burundais a déjà commencé dans le pays, force est de noter que pas mal de politiciens de l’opposition n’y participent pas, les uns parce qu’ils ont fui le pays, d’autres pour d’autres motifs ».

Les Evêques nomment les causes des maux dont souffrent les burundais : le péché qui sépare de Dieu et entraine à poser des actes indignes de ses enfants, le refus de reconnaitre l’égalité fondamentale liée à la dignité que tout humain tient du créateur, d’autres attitudes et faits négatifs qui découlent toujours du péché, entre autres la conception égoïste du pouvoir comme moyen de s’enrichir sans égard pour autrui, le manque du sens de la finalité du pouvoir, le manque de vrais politiciens qui acceptent de subordonner leurs intérêts à ceux du pays, l’exclusion mutuelle dans la recherche des solutions aux problèmes du pays, enfin l’effritement des valeurs culturelles typiques des Burundais qui se remarque, par exemple, au non respect de la vie de la personne humaine et de sa dépouille mortelle ainsi qu’au sans gène de tenir en public un langage mensonger et injurieux.

Et Les Evêques de faire un clin d’œil à tous les Burundais : « Tout cela dénote que nous les burundais nous n’avons pas encore bien compris ce qu’est la démocratie, tant il est vrai que certains la réduisent au seul fait de tenir des élections, ignorant qu’elle a bien d’autres éléments caractéristiques ».

Ils mettent en avant la justice basée sur la vérité-Réconciliation et les Accords d’Arusha qui avaient été une bonne base pour la renaissance de notre nation et la promulgation d’une constitution consensuelle et que, suite à cela, les Burundais dans leurs différences s’étaient engagés à cohabiter dans le respect mutuel.

Retour
Discours: President et autres

DECLARATION DE S.E VESTINE NAHIMANA AMBASSADEUR DU BURUNDI LORS DE LA 15ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES AU STATUT DE ROME

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves