AUJOURD'HUI
150
SEMAINE DERNIERE
2163
PAGES VUES
127949
TOTAL VISITES
105660

MESSAGE DU GOUVERNEMENT DU BURUNDI A l’OCCASION DE LA COMMEMORATION DE L’ECHEC DE LA TENTATIVE DU COUP D’ETAT DU 13 MAI 2015.-(une année après)

1.- En date du vendredi 13 mai 2016, une année vient de s’écouler après que les ennemis de la Démocratie au Burundi eurent tenté de renverser les institutions démocratiquement élues, cherchant ainsi à endeuiller une fois de plus les Burundais. Ces derniers rendent grâce à Dieu Tout Puissant qui les a protégé jusqu’aujourd’hui où ils se rappellent de cette triste date. En effet peuple burundais a prié un Dieu qui entend, qui comprend et qui répond.

2.- Comme tout le monde le sait pour avoir suivi les événements au jour le jour, ce groupe d’ennemis de la Démocratie constitué de criminels burundais appuyés par certains éléments étrangers avait planifié de mettre le Burundi à feu et à sang, et heureusement que Dieu en a disposé autrement.

3.- Il n’est pas pour la première fois que ce genre de groupuscules se fasse connaître. De tels actes ignobles ont été observés depuis longtemps. Ils se sont manifestés chaque fois que les élections ont été organisées au Burundi et immédiatement après leur tenue. On peut citer les années 1961, 1965, 1993, 2005, 2010, et dernièrement en 2015, parce que toutes ces périodes ont été caractérisées par la perturbation de la sécurité et même des massacres de beaucoup de Burundais en commençant par leurs leaders.

Ici, nous pouvons rappeler ce qui s’est passé lorsqu’on a assassiné le Héros de l’Indépendance le Prince Louis RWAGASORE en 1961, lorsque l’on a assassiné plusieurs Dirigeants en 1965, lorsque plus de trois cents mille burundais innocents ont été exterminés en 1972 d’autres fuyant vers l’étranger, et en 1993 quand le Héros de la Démocratie Son Excellence Melchior NDADAYE fût sauvagement assassiné ainsi que ses proches collaborateurs juste après avoir gagné les élections.

4.- Ce groupe de criminels a mis en œuvre sa sale besogne avec l’appui et la complicité de certains pays étrangers et organisations pour mettre à mal la quiétude et la paix des Burundais. Et à chaque échec de leur entreprise, les auteurs ont toujours été chaleureusement accueillis et hébergés par leurs parrains. Il en a toujours été ainsi et c’est ce que l’on observe même aujourd’hui.

5.- En référence à la dernière tentative de renversement des institutions démocratiquement élues, on constate qu’il s’agit de la suite de ce qui s’est passé au lendemain des élections de 2010 lorsque des groupes de criminels ont lancé des attaques dans les Provinces de Cankuzo, Cibitoke, et ailleurs. Une quinzaine de ces groupes qui voulaient semer le chaos dans le pays ont été détruits.

6.- Ce qui s’est passé le 13 mai 2015 diffère de ce qu’on avait l’habitude de voir, par ce que cela a été pour la première fois que les forces de défense et de sécurité ont fait échouer et porté un coup très dur à ce groupe de criminels qui voulait contrarier le peuple Burundais.
C’est une nouvelle occasion pour le Gouvernement de leur exprimer tous les remerciements et gratitude et c’est un honneur pour elles et pour le pays.

7.- Ces remerciements vont également à l’endroit de la population qui n’a pas prêté l’oreille à ce groupe de criminels car chaque fois qu’ils voulaient mettre en exécution leur sale entreprise, ils ont à chaque moment tenté de diviser les Burundais en commençant par les forces de défense et de sécurité. Heureusement, ces aventuriers n’ont jamais réussi à couper le lien de solidarité et de patriotisme qui unit les Burundais, car ces derniers savent maintenant distinguer le bien du mal.

8.- Si le Gouvernement profite de l’occasion pour remercier les forces de défense et de sécurité c’est par ce qu’elles ont été le fondement de la mise en œuvre des Accords d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation, ainsi que de l’Accord de cessez- le feu définitif.

9.- Même si les choses se sont passées ainsi, les personnes éprises de démocratie se sont demandées pourquoi dans ces Accords d’Arusha, rien n’a été prévu en ce qui concerne l’arrivée au pouvoir par la volonté du peuple, et c’est le fond de la question qui se pose depuis le 26 avril 2015.
Cela montre que le véritable problème n’est pas la question de mandat évoqué par les ennemis de la démocratie et qui ne tient pas, parce même si Son Excellence Pierre NKURUNZIZA n’avait pas été Candidat, les violences avaient été programmées, comme l’affirment certains parmi ceux qui se sont repentis et ont volontairement remis les armes.

10.- En effet, si on essai de se remémorer la mémoire, il est clair que ces ennemis de la Démocratie n’ont jamais abandonné leur plan diabolique après les élections de 2005. Depuis cette année e 2005 jusqu’aujourd’hui, les ennemis de la démocratie ont toujours concocté des plans basés sur les rumeurs, les mensonges, la diabolisation et les manipulations diverses de l’opinion pour ternir l’image du Gouvernement dans l’objectif de le renverser.

A titre illustratif :
*.- Depuis 2010 juste après les élections des Conseillers Communaux, un groupe de partis politiques s’est constitué en un ensemble appelé ADC-Ikibiri non reconnu par les lois burundaises, les coalitions ne sont autorisées qu’au seul moment des élections et la loi le prévoit ainsi.
*.- Ce groupe de partis s’est coalisé avec certaines organisations de la société civile, les responsables de certaines confessions religieuses et certains médias pour combattre les programmes du Gouvernement.
Leur mode opératoire consistait à ternir l’image du Gouvernement et du Parti au pouvoir en affirmant que les deux coopèrent dans la distribution des armes aux Imbonerakure, mouvement de jeunes affiliés à ce parti.

*.- L’opinion se rappelle des histoires de Kiriba Ondes localité à l’est e la RDC, quand le Gouvernement était accusé du matin au soir qu’il était entrain d’y entrainer des jeunes Imbonerakure au maniement des armes, alors que ce sont ces même groupes qui, avec certains étrangers y formaient des groupes de combattants qui ont par la suite attaqué le Burundi en décembre 2014 à partir de Cibitoke et Kabarore en Province Kayanza, juste avant les élections prévues en mai 2015.

*.- Ces mensonges et rumeurs ont continué jusqu’à ce le Président de l’ADC –Ikibiri Léonce NGENDAKUMANA en collaboration avec Pierre Claver MBONIMPA, président d’une ONG locale Aprodh, écrivent une lettre au Secrétaire Général des Nations Unies accusant le Gouvernement de préparer un génocide, à travers ce qu’ils ont appelé « Plan Safisha ». A cette période, ce Plan était toujours chanté dans tous les médias à leur solde. D’ailleurs une action en justice a été par après intentée contre ces personnes.

*.- il convient de rappeler également les rumeurs propagées pour semer la panique au sein de la population entre autres, les histoires sur de mystérieux hommes à longs manteaux (Ba Rukoti), les histoires d’arrachage de dents, les piqûres d’aiguilles, Etc.

11.- L’année 2015 a été caractérisée par la mise en application de ce qui avait été préparé de longue date pour renverser les institutions démocratiquement élues, saboter et bannir à jamais les élections démocratiques au Burundi, et ce en travaillant avec des étrangers pour diaboliser et calomnier le Gouvernement.
Les maux et crimes qu’ils ont causés sont connus : tuer et brûler des gens et les enterrer dans des fosses communes, piller et voler, détruire et incendier des maisons et des véhicules publics et des particuliers, et d’autres crimes innommables.

12.- Heureusement, les Burundais qui aiment leur pays sont restés debout comme un seul homme surtout les Forces de défense et de sécurité qui ont fait un travail sans égal en étouffant presque dans l’œuf la tentative de renversement des institutions le 13 mai 2015. Et le message contenu dans l’hymne nationale du Burundi s’est réalisé : « Burundi Bwacu warahabishijwe ntiwahababuka » Cher Burundi, tu as été éprouvé mais tu n’as pas déprimé ».

13.- Ces ennemis de la démocratie n’ont pas désarmé car ils ont tenté d’autres voies en continuant à solliciter l’envoi des troupes étrangères au Burundi pour les aider dans leur sale besogne de déstabiliser le pays et renverser les Institutions démocratiquement installées par le peuple burundais.

14.- Pour convaincre davantage l’opinion internationale de la nécessité de l’envoi des forces étrangères d’occupation, une nouvelle stratégie basée sur un plan macabre de type terroriste a été élaborée en collaboration avec certains pays étrangers. Elle consiste aujourd’hui à organiser des assassinats de personnalités ciblées, les plus visés étant surtout des Responsables dans la Police et l’Armée accusés d’être responsables de l’échec de leur projet en refusant de plonger le pays dans le chaos. Les attaques à la grenade menées dans des endroits où se rencontrent beaucoup de monde tels que les églises, les marchés, les cabarets, dans des ménages où sont organisées des fêtes familiales et ailleurs rentrent également dans cette stratégie de prouver que l’insécurité est une réalité.

Le constat que ces groupes ont choisi la voie du terrorisme est maintenant établi. Le Gouvernement demande à tous les Burundais et toute la communauté internationale, d’unir leurs forces pour combattre et vaincre ce terrorisme, un fléau devenu un danger mondial.

15.- Par ailleurs le Gouvernement du Burundi se réjouit que même au niveau de la Communauté internationale certains de ceux qui à un moment ont failli leur prêter main forte ont déjà constaté qu’ils avaient été induits en erreur. Ici on pourrait citer comme exemple les Chefs d’Etat Africains qui, après avoir visité le Burundi et vu de leurs yeux que la sécurité règne à travers le pays, ont mis l’Union Africaine au courant de la vérité, et qui a finalement pris la bonne et sage décision de ne pas cautionner l’envoi de la MAPROBU au Burundi.

16.- Le Gouvernement remercie particulièrement les membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies qui l’ont su bien avant en adoptant les sages résolutions numéros 2248 et 2279 qui non seulement respectent la souveraineté du Burundi mais précisent qu’aucun Burundais qui a choisi la voie de la violence ou qui a tenté de renverser les institutions ne sera invité au Dialogue Interburundais.

17.- Les autres qui méritent les remerciements Gouvernement, ce sont les jeunes qui avaient été induits en erreur par les planificateurs de ces plans diaboliques de détruire le pays ont découvert et compris le danger qu’en leur donnant de la drogue et en les enrôlant dans des groupes de tueurs que ces aventuriers compromettaient leur avenir et ont décidé de leur tourner le dos et emprunter le chemin de la paix. Le témoignage de ces jeunes repentis a été suivi par la communauté nationale et internationale

18.- Dans le souci de faire respecter les lois du pays et montrer que le Burundi est résolument engagé comme un état de droit, les institutions judiciaires ont puni de façon exemplaire les criminels appréhendés. En témoigne le procès de ceux qui ont tenté de renverser les institutions le 13 mai 2015.
De son côté, l’Administration notamment le Ministère de l’Intérieur et de la Formation Patriotique a lui aussi fait du bon travail en prenant des mesures opportunes à l’égard de certaines associations dites de la société civile qui se sont alliées à ces ennemis de la démocratie.

19.- Au moment où le Burundi commémore une année écoulée après la tentative de renverser les institutions démocratiquement élues par son peuple, le Gouvernement voudrait exprimer d’une façon particulière ses remerciements à l’endroit de tous ceux qui, Burundais ou étrangers, ont joué un rôle déterminant dans la lutte pour la paix et la préservation de la sécurité au Burundi.

*.- Premièrement, le Gouvernement devrait rendre grâce à Dieu Tout Puissant parce qu’il a été aux côtés du Burundi et que sans lui le pays ne pouvait échapper à ce qui avait été préparé tellement c’était dramatique. Tout le monde est témoins que même maintenant ceux qui avait planifié de plonger le Burundi dans le chaos continuent leur entreprise satanique en versant le sang des Burundais par des actes terroristes n’épargnant ni enfant ni vieillard.

*.- Et comme il l’a fait précédemment, en date du 17 Avril 2016, le Gouvernement exprime encore une fois ses remerciements à l’endroit de tous ceux qui, au niveau interne ou externe, ont joué un rôle déterminant en venant à l’aide du Burundi pour qu’il soit dirigé jusqu’aujourd’hui par les institutions démocratiquement élues conformément à la Constitution, à l’Accord d’Arusha, et à la Loi électorale. Nos remerciements vont particulièrement :

- Aux Forces de Défense et de Sécurité qui ont été les premiers à mettre en application les accords d’Arusha en ce qui concerne le cessez-le-feu définitif, ce qui a étonné même la Communauté internationale.
- A la Commission Electorale Nationale Indépendante CENI ainsi que ses démembrements au niveau provincial et communal ;
- A la Cour Constitutionnelle exception faite de ses membres qui ont failli à leur devoir aidés en cela par certains étrangers, et mention spéciale à ceux qui n’ont pas cédé aux pressions et sollicitations.
- A tous les Burundais qui sont restés unis et préoccupés par le développement du pays et la production ne cesse de croître même s’il y a certains pays qui ont pris des sanctions injustes contre le Burundi ;

- A tous ceux qui se sont désolidarisés de ce groupe de criminels et ont mis la vérité à nu, en révélant les planificateurs et leurs objectifs ;
- . A tous les acteurs de la Communauté internationale, en tête, Le Secrétaire Général des Nations Unies Monsieur Ban ki Moon ; ainsi que le Conseil de Sécurité des Nations Unies ;
- . Les Chefs d’Etat Africains, les délégations des Assemblées Nationales et des Sénats d’Afrique et d’ailleurs dans le Monde ;
- . La Communauté des Etats d’Afrique de l’Est ; les Pays limitrophes particulièrement la Tanzanie et la République Démocratique du Congo qui n’ont pas emprunté la voie du Rwanda et de son Président Paul KAGAME de chercher à déclencher la guerre au Burundi,
- Les étrangers qui sont restés auprès des Burundais et qui ont contribué pour que le Burundi traverse et sorte la crise.
- . Les Partis politiques et les organisations de la société civile burundaises qui ont préservé la paix et la sécurité dans le pays.

20.- Le Gouvernement du Burundi, voudrait faire un clin d’œil à tous ceux, Burundais ou aux étrangers qui appuient encore d’une manière ou d’une autre ces criminels qui rêvent toujours aux régimes de transition pour se partager les postes d’arrêter de soutenir ces illusions, car devenues inutiles.
Le Gouvernement les invite à se rendre à l’évidence que les Burundais sont déjà imbus des principes démocratiques et que la marche arrière n’est plus possible. Le Gouvernement leur demande plutôt de rentrer dans leur pays natal pour exprimer ce qu’ils ont à cœur à travers le Dialogue Inter Burundais qui n’exclut personne à part ceux qui se sont exclus d’eux mêmes.

21.- Le Gouvernement voudrait encore une fois demander à tous ceux qui hébergent ou cachent des criminels qui tuent tous les jours de mettre un terme à ce comportement indigne, et que ceux qui le font sachent que fins des fins ils seront démasqués, et qu’ils se rappellent qu’un terroriste est un couteau à double tranchant, aujourd’hui la victime est votre voisin, demain c’est vous ou un proche à vous.
Ainsi, le Gouvernement fait un clin d’œil particulier aux pays qui hébergent ceux qui ont voulu endeuiller le Burundi et qui continuent d’endeuiller des familles pour qu’ils nous aident à les appréhender et les juger là où ils se sont retranchés ou les transférer à la Justice Burundaise.

22.- Aux responsables de l’administration locale, aux Gouverneurs de Province, aux Administrateurs Communaux, aux Chefs de Zone ainsi qu’aux élus collinaires, le Gouvernement demande de tout mettre en œuvre pour assurer le suivi de la tenue des registres des ménages et du registre pour étranger, de cette manière, ceux qui cachent les criminels seront facilement identifiés, et les lois seront appliquées.

23.- Avant de terminer le Gouvernement voudrait une fois de plus, lancer un appel à tous les compatriotes qui ont fui le pays à cause des rumeurs sans fondement propagées par ceux qui avaient des intérêts égoïstes, de regagner le pays et leurs ménages. Ils seront accueillis les bras ouverts et qu’ils sachent que tous leurs biens ont été protégés.

24.- En terminant, le Gouvernement du Burundi porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale qu’il va être institué une Journée Nationale dédiée à la Démocratie au Burundi. La célébration de cette Journée sera une occasion de rappeler aux Burundais ce qu’est la Démocratie et de fustiger tout pouvoir non issu de la volonté du peuple que ce soit au Burundi ou ailleurs. Ce qui s’est passé au Burundi devrait servir de leçon aux Burundais et à toute la Communauté Internationale.

25.- Et enfin, Gouvernement du Burundi tient à remercier tous les Burundais qui ont bien voulu répondre à l’appel pour l’organisation des marches de la paix organisées les 10 octobre 2015, 12 décembre 2015, 26 décembre 2015, 13 février 2016 et 17 avril 2016, car ils ont montré leur esprit hautement patriotique

Fait à Bujumbura, le 13/05/2016
Le Secrétaire Général du Gouvernement et
Porte parole du Gouvernement

Philippe NZOBONARIBA.-

Retour
Discours: President et autres

MESSAGE TO THE NATION BY HE PIERRE NKURUNZIZA ON THE OCCASION OF THE 1ST ANNIVERSARY OF HIS INAUGURATION

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves